☀︎
Notes de lecture 2014, Nouveautés

Note de lecture : « Si les bouches se ferment » (Alban Lefranc)

D’une dénazification sans conviction jusqu’à la Fraction Armée Rouge, une lecture étrangement poétique du drame d’un pays et d’une jeunesse, face aux silences du monde.

x

Si les bouches se ferment 2

Publié en mars 2014 chez Verticales, ce texte d’Alban Lefranc est une réédition remaniée de son « Des foules, des bouches, des armes » paru en 2006 chez Léo Scheer.

Presque trente ans après le climax des actions de la Fraction Armée Rouge et de sa répression, du « suicide » d’Ulrike Meinhof en mai 1976 aux assassinats du féroce procureur fédéral Siegfried Buback en avril 1977 et du président de la Dresdner Bank en juillet 1977, de l’enlèvement du dignitaire nazi non repenti et devenu patron des patrons, Hans-Martin Schleyer, en septembre 1977, au détournement d’avion finissant à Mogadiscio en octobre 1977, suivi quelques heures plus tard du toujours aussi étonnant « suicide collectif » par armes à feu, dans la prison la plus sécurisée d’Allemagne, des trois dirigeants historiques Andreas Baader, Gudrun Ensslin et Jan Carl Raspe, Alban Lefranc retrace ici en un peu moins de deux cents pages une histoire de cet épisode de violence révolutionnaire allemande.

La prouesse n’est pas mince, tant les actions et réactions s’enchaînèrent vivement entre 1968 et 1991, tant le sujet fut sulfureux et déchaîna les passions à l’époque, avant de rejoindre progressivement l’histoire et ses cendres, tant la Fraction Armée Rouge fut emblématique d’un certain type de violence, et tant sa répression força l’Etat allemand à se révéler sous certains jours qu’il aurait certainement préféré garder plus feutrés. L’originalité et la subtilité du travail d’Alban Lefranc, qui le démarquent des autres ouvrages, directement historiques (ou polémiques) consacrés à la Rote Armee Fraktion, tiennent à un angle, un rythme et une voix étrangement poétique.

x

schleyer

Hans-Martin Schleyer, membre des SS (1933), responsable économie et déportation en Tchécoslovaquie occupée (1938), dirigeant de Daimler-Benz (1967) et du BDA (1973).

Un angle : l’appui sur le personnage moins connu de Bernward Vesper, écrivain, poète et éditeur, fils écrasé par l’ombre gigantesque de son père, le poète nazi Will Vesper, couvert d’opprobre sans doute après 1945, mais au fond, comme beaucoup d’autres dignitaires du régime qui furent capables de se distancier d’une participation directe aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité du régime, fort brièvement inquiété à l’issue du conflit mondial. Bernward Vesper, compagnon de Gudrun Ensslin avant qu’elle ne rejoigne Andreas Baader, dépressif fondamental portant comme une croix les crimes de son père et son absence totale de repentir, écrira un livre bizarre et foisonnant, « Le voyage », avant de finir par se suicider en 1971, à trente-trois ans. Il joue aussi le rôle du « chaînon manquant », dans sa courte et tragique vie d’activiste de gauche, entre la vraie-fausse dénazification des années 1950, quasiment arrêtée pour cause d’indispensable lutte contre le communisme, et les mouvements sociaux étudiants de la fin des années 1960.

Un rythme : enchaînant comme autant de vignettes les réécritures de textes d’époque, les brèves journalistiques, les créations ex nihilo de positions et de pensées probables ou vraisemblables, pour rendre compte au plus près de l’alternance d’actions, de répressions, de reprises de souffle et de durcissements qui marquent ces dix années centrales entre 1968 et 1978, où les « petits » attentats initiaux feront place à quelques assauts plus spectaculaires et à cinq enlèvements et assassinats ciblés, tandis que les lois d’exception et les renforcements de la sévérité pénitentiaire s’accumulent rapidement dans un crescendo pouvant paraître au minimum étonnant (ou non ?), trente ans après les faits.

Une voix : trouvant un ton très particulier pour assembler les éléments disparates du puzzle, pour décrire sans trahir, proposer les faits sans simplifier, installer un éclairage spécifique à tel ou tel endroit, tout en gardant le tout en équilibre entre une subtile ironie et une rage rentrée, Alban Lefranc met en œuvre une langue bien particulière qui rend unique cette expérience de lecture, cette véritable machine à casser du storytelling bien établi.

Capture d’écran 2014-05-02 à 23.23.52

Très loin du panégyrique, encore plus loin de l’accusation hystérique (pour cela, il faudrait relire tel ou tel éditorial d’époque de Jean d’Ormesson, par exemple), ce texte qui parvient à entremêler efficacement notes théoriques et historiques et poésie des perdants (dans un curieux écho volodinien) est une inquiétante réussite.

« On raconte que Bernward Vesper » (1938-1971), fils de Will Vesper, barde nazi qui fit brûler des livres, connut Gudrun Ensslin, future icône égérie de la Fraction Armée Rouge, eut un fils avec elle, écrivit un livre et se suicida ; qu’il fut écrasé par ce père majuscule qui s’installa avec armes et bagages dans les pages du grand cahier que le fils avait toujours avec lui ; que les drogues faillirent bien l’emporter tout près d’une révélation qu’il voulait faire partager à tous ; que dans l’ivresse, aux confins de l’aube, il n’était pas toujours ridicule. »

« Ne pleurez pas ce petit garçon à culottes courtes qui vous regarde avec des yeux de chien battu, il serait sans nul doute devenu méchant avec l’âge. Il aurait, c’est oracle, trahi la cause de ses pères, avili – j’en suis sûr – sa bouche dans une de ces foules hirsutes qui veulent faire la loi au pays. Sous prétexte de saine révolte, il aurait bafoué père et mère. On l’aurait vu sur les parvis haranguer les passants et prêcher l’anarchie. Il aurait appris par cœur des livres aux titres incompréhensibles. Sang de chat dans ce garçon, sang traître : ne vous laissez pas apitoyer par ses jérémiades. S’il avait survécu aux terribles corrections du père, il serait devenu Bernward Vesper, écrivain raté, suicidé précoce, érotomane sans humour, maître ès haine et dégoût de sa race, Ophélie mâle made in Germany. N’écoutez pas les cris du jeune garçon dans la cour de la ferme. Laissez la main du père lui donner le coup de trop sur la nuque. Qu’il meure ! Oubliez-le ! »

autodafé nazi

« Certes, Will Vesper est un père un peu encombrant pour un adolescent gauche à la fin des années 50, quand il découvre qu’il ne fera aucun pas dans l’autre monde s’il ne se greffe d’abord la langue de cet autre monde. Il est empêtré dans les arguties du père qui tombent sur les faits comme de la neige mouillée et finissent par adoucir les arêtes les plus tranchantes, baigner d’un clair-obscur délicat la pire abjection. Que reste-t-il du discours officiel tenu très officiellement par Will Wesper un certain 10 mai 1933, lors de l’autodafé de Dresde, trois mois après l’arrivée des nazis au pouvoir ? Que reste-t-il des mots et des gestes après presque trente ans de retouches infimes, contestations de détails, mises en perspective, révélations inouïes ignorées de tous ? (…) Le père, tout compte fait, n’est rien de moins que la conscience malheureuse du pays en perdition et, à ce titre, attend toujours la décoration que lui doit le nouveau régime. »

L’excellent article de Christine Marcandier dans Médiapart est ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

28 réflexions sur “Note de lecture : « Si les bouches se ferment » (Alban Lefranc)

  1. Un roman déroutant. Je ne connaissais que partiellement l’époque, du coup j’ai beaucoup appris. 🙂

    Publié par novelenn | 2 juillet 2014, 21:34

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : "RAF – Guérilla urbaine en Europe Occidentale" (Anne Steiner & Loïc Debray) | Charybde 2 : le Blog - 16 mai 2014

  2. Pingback: Note de lecture : "Protection encombrante" (Heinrich Böll) | Charybde 2 : le Blog - 28 mai 2014

  3. Pingback: Note de lecture : "Fassbinder – La mort en fanfare" (Alban Lefranc) | Charybde 2 : le Blog - 3 juin 2014

  4. Pingback: Note de lecture : "Le zoo de Mengele" (Gert Nygårdshaug) | Charybde 2 : le Blog - 2 juillet 2014

  5. Pingback: Note de lecture : "Volodine post-exotique" (Lionel Ruffel) | Charybde 2 : le Blog - 10 août 2014

  6. Pingback: Note de lecture : "Des enfers fabuleux" (Antoine Volodine) | Charybde 2 : le Blog - 16 août 2014

  7. Pingback: Note de lecture : "L’effrayable" (Andreas Becker) | Charybde 2 : le Blog - 9 septembre 2014

  8. Pingback: Note de lecture : "Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige" (Alban Lefranc) | Charybde 2 : le Blog - 24 septembre 2014

  9. Pingback: Note de lecture : "Vous n’étiez pas là" (Alban Lefranc) | Charybde 2 : le Blog - 25 septembre 2014

  10. Pingback: Note de lecture : "Le ring invisible" (Alban Lefranc) | Charybde 2 : le Blog - 26 septembre 2014

  11. Pingback: Note de lecture : "Scènes de la vie d’un faune" (Arno Schmidt) | Charybde 2 : le Blog - 7 octobre 2014

  12. Pingback: Mes lectures les plus marquantes en 2014 | Charybde 2 : le Blog - 5 janvier 2015

  13. Pingback: Note de lecture : « La dénazification  (sous la direction de Marie-Bénédicte Vincent) | «Charybde 2 : le Blog - 6 février 2015

  14. Pingback: Note de lecture : « L’amour la gueule ouverte (hypothèses sur Maurice Pialat)  (Alban Lefranc) | «Charybde 2 : le Blog - 3 mars 2015

  15. Pingback: Note de lecture : « Entre les deux il n’y a rien  (Mathieu Riboulet) | «Charybde 27 : le Blog - 10 septembre 2015

  16. Pingback: Note de lecture : « Le chant du monstre – 4  (Revue) | «Charybde 27 : le Blog - 19 octobre 2015

  17. Pingback: Note de lecture : « L’autre vie de Valérie Straub  (Stéphane Padovani) | «Charybde 27 : le Blog - 20 février 2016

  18. Pingback: Note de lecture : « En procès  (Collectif) | «Charybde 27 : le Blog - 1 mai 2016

  19. Pingback: Note de lecture bis : « En procès  (Collectif) | «Charybde 27 : le Blog - 25 juin 2016

  20. Pingback: Note de lecture : « Les Œuvres de miséricorde  (Mathieu Riboulet) | «Charybde 27 : le Blog - 30 janvier 2017

  21. Pingback: Note de lecture : « Nous avons arpenté un chemin caillouteux  (Sylvain Pattieu) | «Charybde 27 : le Blog - 2 avril 2017

  22. Pingback: Note de lecture : « L’ordre du jour  (Éric Vuillard) | «Charybde 27 : le Blog - 1 mai 2017

  23. Pingback: Note de lecture : « Camarade Lune  (Barbara Balzerani) | «Charybde 27 : le Blog - 30 août 2017

  24. Pingback: Note de lecture : « Des châteaux qui brûlent  (Arno Bertina) | «Charybde 27 : le Blog - 23 septembre 2017

  25. Pingback: Note de lecture : « La disparition de Josef Mengele  (Olivier Guez) | «Charybde 27 : le Blog - 27 octobre 2017

  26. Pingback: Note de lecture : « Table rase  (Alban Lefranc) | «Charybde 27 : le Blog - 31 mars 2018

  27. Pingback: Note de lecture : La moitié du fourbi – 8 : « Instants biographiques  | «Charybde 27 : le Blog - 20 octobre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :