☀︎
archives

Notes de lecture 2020

Cette catégorie contient 258 articles

Note de lecture : « Thésée, sa vie nouvelle » (Camille de Toledo)

Une redoutable expérience de psychogénéalogie comparée, lancinante, cruelle et poétique. x un père dénoue seul la corde à laquelle son fils s’est pendu, je suis dans un taxi qui traverse le fleuve, j’ignore tout de ce qui est en cours, mais le message sur mon répondeur dit de me dépêcher, et c’est une voix de … Lire la suite

Note de lecture : « Comète » (Hans Limon)

La violente naissance, arrachée à une féroce tourbe calaisienne, fantasmée et retravaillée, d’un poète, d’un conteur, d’une comète. x Dans mon rêve prémonitoire, le village restait pourtant paisible et muet, depuis quelques discrètes minutes échappées du fracas diurne. Un peu d’ombre et de vent, des fleurs jetées au hasard des parpaings lézardés, une cheminée poisseuse, … Lire la suite

Note de lecture : « Dictionnaire amoureux de la voile » (Loïck Peyron)

Par l’un des navigateurs sportifs actuels les expérimentés et les plus diversifiés qui soient, un attachant dictionnaire de la voile, de compétition avant tout. x Pourquoi écrire aujourd’hui ce dictionnaire ? Parce que j’aurais trop parlé durant plus de quarante ans ? Qu’il serait temps de coucher sur papier toutes les voiles que j’ai connues, … Lire la suite

Note de lecture : « Les morts perdent toujours leurs chaussures » (Raúl Argemí)

Dans la Nord-Patagonie argentine férocement corrompue du retour à l’ordre libéral d’après la dictature militaire, un très grand roman noir, charmeur et vénéneux. x Le camion déboucha de la route de la ferme. Il transportait un troupeau de porcs qui pressentaient l’imminence de la mort. À cause de leurs hurlements assourdissants, le fermier n’entendit pas … Lire la suite

Note de lecture : « Les lois du ciel » (Grégoire Courtois)

Une classe verte transformée en cauchemar absolu, sans surnaturel, par la magie d’un conteur froid et cruel. x Les papas et les mamans leur avaient dit au revoir par la fenêtre du bus. Certains petits pleuraient en agitant la main et d’autres bavardaient déjà entre eux comme s’ils n’avaient jamais eu de parents. Tous partaient … Lire la suite

Note de lecture : « Spinoza encule Hegel » (Jean-Bernard Pouy)

L’inénarrable road novel de la Fraction Armée Spinoziste, sur les routes de Provence livrées à une Mad Max apocalypse provisoire, avec de la dialectique affûtée et du panache glam. Mythique. x RELECTURE PROLÉGOMÈNES A TOUTE CRASHITUDE FICTION SPINOZISTE N°1 Le cadavre est au bord de la route, une de ses mains est prise dans le … Lire la suite

Note de lecture : « La guerre est une ruse » (Frédéric Paulin)

Les cruautés et les manipulations de la « sale guerre » algérienne de 1992-2002, par le prisme d’un agent de la DGSE au bord du gouffre. Impressionnant. x À l’ombre des murs de l’université, Djaber attend encore quelques minutes en jetant discrètement des regards alentour, dissimulé derrière ses lunettes noires. C’est inutile, sans doute, parce que les … Lire la suite

Note de lecture : « Portraits cannibales » (Dominique Forma)

En amoureux passionné du cinéma et de ses mystères, inventer d’étranges contenus dans des interstices des vies de Sophia Loren et de Fritz Lang, et voir autrement La Grande Bouffe. x Comme je le mentionnais récemment à propos du « Énigmes, cinéma » d’Olivier Maillart, le travail de Marest Éditeur, tous auteurs et toutes autrices confondues, ou … Lire la suite

Note de lecture : « Le Gros, le Français et la Souris » (Raúl Argemi)

L’Argentine de la « transition démocratique ». Un enlèvement crapuleux. Une complexité plus grande qu’il n’y paraît. Une froideur crue et implacable. Impressionnant. x Il s’agit presque toujours d’une question de pouvoir, de l’exercer ou d’être un perdant. Ni les dix commandements ni les tables de multiplication ne sont des points d’appui solides sans le pouvoir. Avec … Lire la suite

Note de lecture : « Meta donna » (Suzanne Doppelt)

L’étrange et somptueuse poésie de la mythique morsure de la tarentule, des danses et des transes qui y sont associées. x « La morsure de la tarentule fixe l’homme dans son propos, c’est-à-dire dans la disposition d’esprit où il se trouvait quand il a été mordu » écrit Léonard de Vinci, et ce passé souvent mauvais ne … Lire la suite