☀︎
archives

Nouveautés

Cette catégorie contient 469 articles

Note de lecture : « Heimska – La stupidité » (Eiríkur Örn Norđdhal)

Pleine d’humour noir, une fable acérée du narcissisme terminal contemporain. x Avant de l’épouser, Áki avait prévenu Lenita que, si elle le trompait, il ne se gênerait pas pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Je sortirai et je coucherai avec quelqu’un d’autre, avait-il menacé. N’importe qui, avait-il répété en voyant qu’elle ne répondait … Lire la suite

Note de lecture : « Un souffle sauvage » (Jérôme Lafargue)

Les racines intimes et sauvages d’une écriture libre. x «Un souffle sauvage», court récit autobiographique paru en mai 2017 dans la très belle collection «Ce que la vie signifie pour moi» des éditions du Sonneur, nommée d’après le texte de Jack London de 1906, s’ouvre sur l’image d’un chemin forestier, où le sol recouvert de … Lire la suite

Note de lecture : « Le salut viendra de la mer » (Chrìstos Ikonòmou)

Le solide désespoir de l’émigration intérieure grecque, et toute une terrifiante nouvelle mythologie contemporaine. x Et pourquoi tout ça ? Pour rien. Groupements solidaires, réseaux de consommateurs, produits sans intermédiaires. Pauvre Tàssos. Il rêvait de nous faire fonder une coopérative, lancer notre marché à nous, aider les gens, créer des situations nouvelles en Grèce, sans … Lire la suite

Note de lecture : « L’Homme qui s’envola » (Antoine Bello)

Perplexes psychologies d’une disparition volontaire x x x Walker détestait sa vie. Son temps lui échappait. Entre Sarah, les enfants, la boîte, il n’avait pas une minute à lui. Il n’en avait pas toujours été ainsi. Il avait connu durant ses premières années chez Wills l’ivresse du bâtisseur. Il contentait des clients, faisait vivre des … Lire la suite

Note de lecture : « Jean-Patrick Manchette et la raison d’écrire » (Nicolas Le Flahec & Gilles Magniont)

Une somme critique intelligente, politique et esthétique à propos de Jean-Patrick Manchette x Publié en 2017 aux éditions Anacharsis sous l’égide de Nicolas Le Flohec et de Gilles Magniont, cette somme critique propose un assemblage cohérent d’une belle pertinence, parcourant aussi bien, en les renouvelant largement, les aspects les plus connus de l’œuvre de Jean-Patrick … Lire la suite

Note de lecture : « Comme un blues » (Anibal Malvar)

Dans les replis contemporains de l’état profond espagnol. Bien noir et superbe. x Publié en 1998, « Comme un blues » est le quatrième et dernier roman à date écrit en galicien par Anibal Malvar (son « La ballade des misérables » de 2012, traduit en français chez Asphalte en 2014, l’a été en castillan). Également journaliste et scénariste … Lire la suite

Note de lecture : « Kalpa impérial » (Angélica Gorodischer)

Dense, épique, baroque et subtilement politique, l’art du conte d’un empire imaginaire. x   RELECTURE (PREMIÈRE LECTURE DANS LA TRADUCTION AMÉRICAINE D’URSULA K. LE GUIN) L’art du conteur, lorsqu’il est pratiqué au plus haut niveau de conscience – et qu’il utilise toutes les ressources des abîmes qu’il invente au fur et à mesure, feignant si … Lire la suite

Lecture BD : « Soft City » (Pushwagner)

Une incroyable BD ressurgie des années 1970 pour nous foudroyer d’un choc visuel de première grandeur. x x Cet album saisissant de l’artiste norvégien Hariton Pushwagner semble surgi brutalement d’une autre époque, celle de sa conception (1969-1975), disparu qu’il fut dans les méandres d’un déménagement compliqué, avant d’être miraculeusement ressuscité en 2002, pour être traduit … Lire la suite

Note de lecture : « L’ordre du jour » (Éric Vuillard)

Montée du nazisme : coups de force et coups de bluff à l’ère des connivences fort peu paradoxales. x   Nous sommes un lundi, la ville remue derrière son écran de brouillard. Les gens se rendent au travail comme les autres jours, ils prennent le tram, l’autobus, se faufilent vers l’impériale, puis rêvassent dans le … Lire la suite

Note de lecture : « Relever les déluges » (David Bosc)

Quatre hommes contre l’ordre du monde, pour leur liberté, l’égalité ou la fraternité. Quatre nouvelles somptueuses. x Les personnages de David Bosc apparaissent comme des rêveurs démesurés ou des fous, épris d’un idéal ou d’une liberté qui souvent se refusent. Après la vitalité enfiévrée et généreuse de Gustave Courbet dans «La claire fontaine», le geste illuminé … Lire la suite