☀︎
archives

Nouveautés

Cette catégorie contient 564 articles

Note de lecture : « Les métamorphoses » (Ovide)

Est-ce que les rêves ont un poids ? Marie Cosnay ressuscite la fête du langage mutant d’Ovide. x Il y a souvent comme un moment de frémissement et de saisissement, juste avant de plonger dans une nouvelle traduction d’un texte majeur, d’un texte canonisé qui hante la bibliothèque mentale classique de la lectrice ou du … Lire la suite

Note de lecture : « La crise » / « Je ne me souviens pas » (Joachim Séné)

Justification capitaliste hypnotique et dystopie totale, scandées poétiquement en aphorismes libres et acérés. x Sur la photo, LA CRISE C’EST CHAQUE FIN DE MOIS, le S de MOIS est effacé, ou écrit plus vite, moins fort. La crise c’est chaque fin de moi. Le S écrit en dernier, et soudain il n’y a plus de … Lire la suite

Note de lecture : « Le sympathisant » (Viet Thanh Nguyen)

Par les yeux d’une taupe communiste au sein de la police secrète sud-vietnamienne, à la fin de la guerre, une chasse déterminée, hilarante et tragique, au sens culturel du cliché de l’Ouest envers l’Asie. x Professeur américain de littérature et d’anthropologie (à l’Université de Californie du Sud), d’origine vietnamienne (il est arrivé à quatre ans … Lire la suite

Note de lecture : « Les Persécutés / Histoire d’un amour trouble » (Horacio Quiroga)

Délires interprétatifs et jalousies inavouables, tortures et ruses de l’esprit. x – Qu’est-ce que ce diable d’individu ? demandai-je à son retour. Lugones haussa les épaules. – Un individu terrible. Je ne sais comment il a pu échanger dix mots avec vous cette nuit. En général, il passe une heure entière sans parler, si ce … Lire la suite

Note de lecture : « Le dernier cri » (Pierre Terzian)

L’amour, la mémoire et le sens à retrouver au pays de la performance. x L’art était fait par des pleureuses. Des immatures. Des arrogants. Des coupés-du-monde. Des apothicaires. Des victimes de collège qui cherchaient à se venger. Des fils de médecins. Des fils de profs. Des fils d’artistes. Des communicants. Klaus se considérait comme un … Lire la suite

Note de lecture : « Urbi et orbi » (Giosuè Calaciura)

Le Vatican de Jean-Paul II passé au crible acéré de la farce et du langage. x Huit ans après « Malacarne » et quatre ans après « Passes noires », le quatrième roman de Giosuè Calaciura quittait en 2006 le terrain sulfureux de la grande Mafia et des petits trafics siciliens de survie pour appliquer la même verve sombre … Lire la suite

Note de lecture : « Réparer le monde – La littérature française face au XXIe siècle » (Alexandre Gefen)

Une thèse exploratoire passionnante, servie par un riche parcours littéraire. x Directeur de recherche au CNRS, spécialiste des théories littéraires contemporaines, et critique littéraire avisé, Alexandre Gefen nous offre en ce mois de novembre 2017, chez José Corti, une édition passionnante de son travail récent, soutenu pour son habilitation à diriger des recherches, proposant une … Lire la suite

Note de lecture : « Petit ailleurs » (Collectif)

Quatorze cabanes de toutes formes et de toutes résonances pour habiter ailleurs, en petit. Un grand recueil. x Un an après « Parties communes » et son thème des voisins, voici une petite fête en perspective avec ce nouveau recueil collectif des éditions Antidata, mes spécialistes préférés de la forme courte. « Petit ailleurs », sous le signe de … Lire la suite

Note de lecture : « L’Anglais volant » (Benoît Reiss)

Une délicieuse fable poétique, conjurant le fantastique en un enchantement villageois transitoire et essentiel. x Ce n’est pas une rumeur ; on est nombreux à l’avoir vu, on est nombreux ici à Fayolle à pouvoir le raconter. On l’a vu faire, on l’a bien vu, et de près, le petit coup de pied qu’il a … Lire la suite

Note de lecture : « Souvenirs de la marée basse » (Chantal Thomas)

Sonate littéraire splendide pour une mère nageuse. x «Encore en maillot de bain, debout au-dessus des vagues, tenant contre moi mes affaires trempées, je m’abandonne au ruissellement. L’eau du ciel glisse sur mon front, mes yeux, se sale du sel de ma peau. Et moi qui ai toujours vu en ma mère une femme indifférente … Lire la suite