☀︎
Notes de lecture 2017, Nouveautés

Note de lecture : « Nous avons arpenté un chemin caillouteux » (Sylvain Pattieu)

Détourner un avion pour tenter de faire dévier l’Histoire.

x


«C’est l’histoire de Jean et Melvin McNair, l’histoire d’un temps où détourner un avion était plus facile que braquer une banque, où il ne serait venu à l’idée de personne de le précipiter contre une tour ni de le faire exploser. Deux Africains-Américains devenus pirates de l’air, inextricablement inscrits dans leur époque.
Une destinée qui relie la France et les Etats-Unis, être noir ici et là-bas.»

Sur les traces de Roger Holder et de Cathy Kerkow, Jean et Melvin McNair détournèrent un avion de ligne américain le 31 juillet 1972 avec trois complices et en compagnie de leurs deux enfants. Pirates improvisés pour défendre la cause des Noirs américains, ils apparaissaient déjà dans l’impressionnante galerie de personnages du roman de piraterie épique de Sylvain Pattieu, «Et que celui qui a soif, vienne – Un roman de pirates».

Nés en 1946 et 1948 en Caroline du Nord dans l’Amérique ségrégationniste, à cette époque où l’on apprenait «aux enfants noirs américains le respect de l’autorité en toutes circonstances, parce que manquer de respect à des Blancs, c’était une question de vie ou de mort», Jean et Melvin McNair eurent sans doute comme les autres enfants noirs peu de contacts avec les Blancs pour «éviter les problèmes», problèmes signifiant en réalité violence, barbarie ou meurtre.

Les McNair au début des années 1970.

Tandis que le mouvement des droits civiques peine à obtenir des avancées dans les années soixante, Jean et Melvin se rencontrent sur un campus universitaire. Melvin tombe sous le charme de Jean, de deux ans son aînée. Ils se marient quelques jours avant que Melvin ne parte à l’armée, direction l’Europe puis le Vietnam. La violence de la guerre et les humiliations cuisantes à l’armée l’amènent à déserter.

À l’orée des années 1970 aux Etats-Unis, tandis que  la lutte pour les droits civiques s’enlise dans une société de consommation triomphante, que la contestation des années 68 reflue avec l’arrivée de Nixon à la Maison Blanche, la poursuite de la ségrégation et des violences envers les Noirs précipite des individus dans des actes définitifs et irrévocables, comme Jean et Melvin McNair et leurs trois complices avec le détournement d’avion du vol 841, ligne régulière Détroit-Miami, le 31 juillet 1972. Quatre-vingt-quatorze passagers.

Marche pour les droits civiques – 1963

«Les manifestations du mouvement pour les droits civiques sont souvent pacifiques, symboliques. La réaction en face est violente : tabassages, meurtres, emprisonnements. Le Ku Klux Klan est implanté et puissant dans de nombreux États. Son objectif est de maintenir les Noirs dans la peur.
C’est tellement dur, de savoir quoi faire, face à une violence aussi ancrée. Après des années d’esclavage, de ségrégation, de lynchages. Tous ceux qui se défendent, revendiquent, se battent, n’en peuvent plus. Mais il y a les gradualistes et ceux qui veulent aller plus vite. Faut-il se battre au nom des Etats-Unis d’Amérique ou contre eux ? Rationnellement, on pourrait dire : des stratégies différentes, complémentaires. Mais il y a urgence, question de vie ou de mort, alors les divergences s’expriment  vivement, brutalement.»

Construit en allers et retours entre la vie américaine, l’épopée du détournement d’avion et l’exil ultérieur en France de Jean et Melvin McNair, devenus des travailleurs sociaux généreux et respectés en périphérie de la ville de Caen, ce récit de Sylvain Pattieu, paru en février 2017 aux éditions Plein Jour, est sobre et précieux : avec de courts chapitres comme des éclats de la grande et de la petite histoire, il permet d’interroger le point de basculement du destin des McNair et leur place dans l’Histoire, comme Alban Lefranc l’avait fait si brillamment pour Bernward Vesper et les membres de la Fraction Armée Rouge dans «Si les bouches se ferment», l’un des livres évoqués par l’auteur comme un phare éclairant en postface.

Sylvain Pattieu

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :