☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Le glamour » (Christopher Priest)

Identité et mémoire, solubles dans la discrétion et l’invisibilité ? x Publié tout d’abord en 1984 (traduit alors en français en 1986 par Henry-Luc Planchat en Ailleurs & Demain chez Laffont), le septième roman de Christopher Priest a été largement refondu en 2005, et traduit sous cette nouvelle forme par Michelle Charrier aux Lunes d’Encre … Lire la suite

Note de lecture : « La démocratie à pas de caméléon » (Richard Banégas)

Une thèse remarquable, d’une grande portée politique au-delà de son sujet précis. x Publié chez Karthala et très fortement actualisé en 2003 à partir d’une thèse de 1998, ce livre fondateur de Richard Banégas, responsable du DEA « Études africaines » de science politique à Paris I et plusieurs années rédacteur en chef de la … Lire la suite

Note de lecture : « Métal hurlant » (Valerio Evangelisti)

  Trépidant, dur, cynique, toujours étrangement poétique, du grand Evangelisti liant plusieurs cycles. x Traduites en 2001 chez Payot / Rivages, par Sophie Bajard, Jacques Barbéri, Serge Quadruppani et Éric Vial, ces quatre nouvelles de 1998 permettaient à Evangelisti de lier, de manière surprenante, le cycle d’Eymerich (il publiait « Picatrix » la même année), et celui, … Lire la suite

Note de lecture : « Au nom d’Ismaël » (Giuseppe Genna)

Le deuxième roman de Giuseppe Genna, et le grand début d’une réinvention mythologique contemporaine du roman d’espionnage et de conspiration. x x Publié en 2001, traduit en français en 2003 par Julien Gayrard chez Grasset, le deuxième roman de Giuseppe Genna exploite brillamment le décor solidement installé dès la première apparition de l’inspecteur milanais Guido … Lire la suite

Note de lecture : « Et si les œuvres changeaient d’auteur ? » (Pierre Bayard)

Une nouvelle facétie de méta-littérature par Pierre Bayard, particulièrement réussie. x Dernier livre en date (2010) de Pierre Bayard, qui poursuit sur la lancée du « Comment améliorer les œuvres ratées » (2000) et du « Plagiat par anticipation » (2009) en se proposant cette fois, dans la tradition du Pierre Ménard de Borges, de « relire » certaines œuvres en … Lire la suite

Note de lecture : « Chronique vénitienne » (Marcelin Pleynet)

Chronique d’une convalescence, dans une complicité érudite avec Venise. x Publiée en 2010, cette chronique pensive et poétique est celle de la convalescence, après un grave accident, de Marcelin Pleynet (le célèbre auteur de, entre autres, « Système de la peinture ») à Venise en 2008. Lui dont Sollers disait, dans son « Dictionnaire amoureux de Venise » : … Lire la suite

Note de lecture : « Le Théâtre du Soleil, notre théâtre » (Collectif)

Une lecture passionnante sur le théâtre du Soleil et sur la création collective. x x Ce numéro spécial de l’Avant-Scène Théâtre, paru en juillet 2010, est entièrement consacré au Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine, et plus particulièrement aux trois derniers spectacles : « Le dernier Caravansérail » (2003), « Les éphémères » (2006) et « Les naufragés du Fol Espoir » … Lire la suite

Note de lecture : « Chansons de la Terre Mourante » (Collectif)

L’extraordinaire hommage de vingt-deux auteurs au cycle de la Terre Mourante de Jack Vance. x NOTE DE LECTURE RÉDIGÉE À L’ORIGINE EN ANGLAIS À PARTIR DE L’EDITION ORIGINALE AMÉRICAINE (SEE AT THE BOTTOM END OF THIS PAGE). Cette anthologie publiée en 2009 sous l’égide de George R.R. Martin et du grand spécialiste de l’exercice, Gardner … Lire la suite

Note de lecture : « Windswept Dawn » (William Heinesen)

Peut-être l’œuvre maîtresse du grand écrivain féringien, celle dont les îles Féroé elles-mêmes sont le véritable héros. x NOTE DE LECTURE ORIGINALE RÉDIGÉE EN ANGLAIS, À PARTIR DE LA TRADUCTION ANGLAISE DE W. GLYN JONES (SEE AT THE BOTTOM OF THIS PAGE). x Premier roman de William Heinesen, jusqu’alors poète et nouvelliste, publié en 1934, … Lire la suite

Note de lecture : « Éloge de la fadeur » (François Jullien)

Fine analyse du concept culturel chinois de la fadeur comme « potentiel intact ». x x Publié en 1991, cet « Éloge de la fadeur » est presque une « œuvre de jeunesse » du célèbre sinologue François Jullien, avant ses travaux majeurs « Le détour et l’accès » et « Traité de l’efficacité ». x En 150 pages, on y trouve toutefois une belle … Lire la suite