☀︎
archives

Archive de

Note de lecture : « Le culte de l’urgence » (Nicole Aubert)

Il y a quinze ans, une passionnante étude du caractère majoritairement fallacieux de l’urgence dans les organisations, et de son désastreux coût humain et social. x Sociologue et psychologue, docteur en science des organisations et professeur émérite à l’ESCP Europe, Nicole Aubert étudie depuis plus de trente ans ans les méandres des rapports complexes et … Lire la suite

Note de lecture : « Lyonesse » (Jack Vance)

Fusionnant des mythes celtiques et pré-arthuriens dans le creuset de la magie systémique vancienne, osant une narration géopolitique endiablée, sans doute l’une des plus belles œuvres de l’histoire de la fantasy. x RELECTURE Reconnu au fil des années, par ses pairs comme par le public, à la fois comme l’un des grands maîtres d’œuvre d’univers … Lire la suite

Note de lecture : « Rhialto le Merveilleux » (Jack Vance)

Les toutes dernières nouvelles de la Terre Mourante, toujours goûteuses même lorsqu’elles jouent à la caricature. x RELECTURE Quatrième et dernier volume de ce qui constitua in fine le « cycle de la Terre mourante », publié en 1984 (trente-quatre ans après « Un monde magique », tout de même !) et traduit en français en 1985 par Michel … Lire la suite

Note de lecture : « Les dix meilleurs films de tous les temps » (Luc Chomarat)

Ozu, Bava et Argento comme étranges piliers d’une quête cinéphilique oscillant follement entre humour absurde et sérieux académique. x x x Je fais irruption dans la cuisine, le stylo dans une main et le carnet Muji dans l’autre, décidé à en finir une fois pour toutes avec cette histoire. Ma jeune épouse, habituée à ces … Lire la suite

Note de lecture : « Un monde magique » (Jack Vance)

En 1950, les fondations toujours vivantes et alertes de la meilleure fantasy moderne. x RELECTURE Peu de textes, au total, auront été aussi souvent relus par mes soins, et auront exercé autant d’influence sur ma manière d’aborder autant de lectures ultérieures, que ce petit recueil de cinq nouvelles et une novella, ayant posé pour moi, … Lire la suite

Note de lecture : « Le magasin de jouets magique » (Angela Carter)

En 1967, un brillant faux conte fantastique pour traduire le malaise intime d’une société britannique traversée de bouillonnements souterrains. Et tout autre chose encore. x Comme le rappelait récemment (et avec sa ruse coutumière) le grand Iain Sinclair dans son « Quitter Londres », Angela Carter demeure aujourd’hui l’une des plus fascinantes romancières de la deuxième moitié … Lire la suite

Note de lecture : « La guerre en douce » (Frederik Pohl)

Un roman de 1981, un peu raté mais néanmoins fort intéressant, avec glissement énergique de l’action secrète des Etats. x RELECTURE Publié en 1981, traduit (remarquablement) en français en 1986 par Nathalie Serval chez La Découverte, ce roman de Frederik Pohl est un bon exemple de la manière dont l’auteur, régulièrement, sut s’emparer d’idées prometteuses … Lire la suite

Note de lecture : « Un petit chef-d’oeuvre de littérature » (Luc Chomarat)

Un (vrai-faux) petit chef-d’œuvre de littérature. x « C’était un petit chef-d’œuvre de littérature. Sur l’étagère, malgré son peu de volume, il n’hésitait pas à tutoyer Proust.  – Comment vas-tu ? – Non mais, dites donc, le rembarrait Proust, qui était un peu à cheval sur les bonnes manières. Il plaisait beaucoup aux filles. Sur l’étagère, il … Lire la suite

Je me souviens de : « Octobre rouge » (Tom Clancy)

Il y a trente-quatre ans : le roman à l’origine de la révolution du military procedural et du techno-thriller. Six ans avant que Sean Connery et Alec Baldwin y incarnent les héros d’un film changeant les données du film de sous-marin. x Il n’est pas nécessairement évident de se souvenir en 2018 à quel point … Lire la suite

Note de lecture : « Discernement » (Guillaume Contré)

Un rusé dispositif d’exploration des frontières et des seuils, déguisé en promenade vespérale anodine et pleine de doutes. x Que s’était-il passé ? L’heure était étrange : lorsque la nuit n’est pas jour et que le jour n’est pas nuit. Une lumière diffuse régnait, on n’aurait pas su dire si électrique ou naturelle, comme répandue … Lire la suite