☀︎
Notes de lecture 2022, Nouveautés

Note de lecture : « Angélus des ogres » (Laurent Pépin)

Un formidable exercice de psychologie fantastique des profondeurs, une démonstration de tendresse et de bienveillance appliquées au traumatisme et à l’horreur : un court roman poétique qui fait suite et honneur à « Monstrueuse féérie ».

x

Pépin

J’habitais dans le service pour patients volubiles depuis ma décompensation poétique. Au fond, je crois avoir toujours su que cela se terminerait ainsi. Peut-être parce qu’il s’agissait du dernier lieu susceptible d’abriter une humanité qui ne soit pas encore réduite à une pensée filtrée suivant les normes d’hygiène. Ou plus simplement, parce qu’il n’y avait plus de place ailleurs dans le monde pour un personnage de conte de fées.
Je dois pourtant reconnaître qu’il n’y avait rien eu de féérique dans les événements qui avaient présidé à mon admission : ma rencontre amoureuse avec une Elfe avait terriblement mal tourné, et les Monstres de mon enfance en avaient profité pour ressurgir. Je m’étais retrouvé plongé à nouveau dans le désert de ma venue au monde, un monde étranger et dangereux, où je ne savais pas bâtir. Sur ma langue desséchée, les mots mouraient ou devenaient fous. Et parfois, mon corps se déchirait, sans savoir pourquoi.
Très rapidement après mon arrivée, cependant, le contact des Monuments m’avait permis de rapprivoiser la parole en m’enveloppant de leurs mots et de leurs images, avec lesquels ils fabriquaient le monde dans lequel ils vivaient. C’était une énergie constante, éminemment réconfortante. Puis, les Voix dans ma tête avaient appris à se taire. En tout cas, quand il le fallait. Et je pouvais désormais scruter pleinement le champ spectral sans craindre à tout moment d’y voir apparaître mes ombres familières.
Mais je savais pertinemment que je faisais tache pour la direction du Centre. D’après nos archives officielles, c’était d’ailleurs la première fois qu’un salarié s’y trouvait interné. Cela tombait d’autant plus mal que le service pour patients volubiles était en pleine mutation : il avait rompu pour de bon avec sa tradition asilaire au profit de nouvelles méthodes thérapeutiques consistant pour l’essentiel à l’élaboration d’un système de filtration de la pensée des patients. En somme, la psychiatrie ne prétendait plus offrir droit de cité aux décompensations poétiques des Monuments, mais concevoir des dispositifs d’épuration de la marge…

Publié en octobre 2021 chez Flatland, « Angélus des ogres » se présente comme la suite immédiate du formidable « bref traité romanesque de psychiatrie merveilleuse » que pourrait incarner sans peine « Monstrueuse féérie », paru un an un plus tôt chez le même éditeur. Le narrateur, praticien atypique s’il en est au sein de sa profession médicale, où il se refuse à voir dans ses patients de simples « fous », préférant les considérer comme des « Monuments » éventuellement hantés par quelques « Monstres », croyait avoir triomphé de ses propres démons, liés à une enfance particulièrement traumatisante, avec le concours de son amoureuse « Elfe », patiente possible, aux caractéristiques nettement différentes. Hélas (et sans divulguer d’informations précieuses liées à la conclusion du premier volume), tout n’a pas parfaitement fonctionné, et le voici à présent fort déboussolé, patient à son tour de sa propre institution, dans une situation pour le moins délicate et ambiguë, même s’il y est doté d’un statut subtilement hybride.

Avant, je croyais que tous les enfants étaient élevés parmi les Monstres. Du temps de mes études, je pensais même que l’on devenait psychologue pour aider ceux-ci à devenir des Elfes ou des Monuments. En ce temps-là, il est vrai, les dispositifs de purification de l’esprit cohabitaient encore avec les traditions humanistes dans les services pour patients volubiles…
Par exemple, j’ai toujours considéré que mon métier de psychologue consistait, en quelque sorte, en un poste d’assistant auprès d’inventeurs. Cela me semblait le seul positionnement défendable. Mais aujourd’hui, ce n’est plus cela qu’on nous demande. On attend du psychologue qu’il entrave l’avènement de la pensée singulière. On nous impose même des outils de mesure : on estime la quantité de pensée singulière d’une personne par rapport à une norme établie par des experts. Ensuite, en fonction des résultats, on la filtre à l’aide des nouvelles méthodologies en vigueur.
L’évaluation de l’efficacité de notre action est simplifiée par le fait qu’il n’existe plus que deux théories dans la psychiatrie contemporaine : si le patient n’obéit pas, c’est qu’on n’a pas crié assez fort, ou bien qu’on n’a pas tous crié de la même façon. L’idée forte, dans les deux cas, se résumant au fait que le sujet ne serait rien d’autre que la réponse inversée de la consigne qu’on lui a donnée. Les tenants des deux théories organisent des colloques, ils débattent, mais dans l’ensemble, ils s’entendent bien. Sur le terrain, pour faire consensus, on nous demande donc de crier tous très fort et de la même façon.
Et si ça ne suffit pas, on asperge les patients d’anesthésiant…

x

4x01_HurleyCharlie

Comme on le signalait bien entendu dans la note de lecture à propos de « Monstrueuse féérie », la psychiatrie est bien un objet littéraire à part entière, amplement démontré par exemple par le praticien pratiquant des deux disciplines Emmanuel Venet. On sait aussi l’extrême importance que peut revendiquer la psychanalyse jungienne dans le travail de Valerio Evangelisti en général, et dans le cycle de l’inquisiteur Nicolas Eymerich en particulier. En oscillant avec grâce entre le terrible réveil hagard de la patiente « narratrice » et « héroïne » orchestré par Chloé Delaume (qui sait bien par ailleurs ce que signifie habiter dans la télévision) dans « La nuit je suis Buffy Summers » et le captivant décryptage non-fictionnel conduit par le médecin Jean-Victor Blanc dans « Pop & Psy – Comment la pop culture nous aide à comprendre les troubles psychiques », Laurent Pépin nous offre toutefois avant tout une leçon impressionnante d’imagination en action, jouant avec les codes de tendresse et de bienveillance opposées à l’horreur qui menace et à l’apocalypse qui guette, codes familiers aux lectrices et aux lecteurs de la saga Bobby Potemkine de Manuela Draeger (clin d’œil encore accentué ici par l’usage de patronymes tels que « Blanche-Colombe ») : on ne saurait rêver meilleur guide poétique, aussi sérieux que joueur, dans une pareille entreprise de psychologie fantastique des profondeurs.

x

81732330_o

En tout cas, j’étais fier de mon intronisation auprès d’eux. À présent que je faisais partie des leurs, ils m’avaient d’ailleurs confié quelques-uns de leurs secrets. J’avais appris, par exemple, qu’ils quittaient régulièrement le Centre, à l’heure des ombres. Qui à cheval sur un mouton d’écume, qui traversant des catacombes secrètes, d’autres encore attachés aux pattes d’oiseaux de nuit, ils s’en allaient rendre visite aux enfants malades.
Peut-être parce que je leur avais lu Les Araignées, de Boris Vian, en leur expliquant ce que voulait dire ce poème : les enfants malades veillés par les vieilles personnes n’y meurent pas de leur maladie, mais leur maladie est elle-même une construction des vieilles personnes qui engendre leur mort.
Alors, les Monuments s’en allaient et entraient par les fenêtres des enfants malades pour leur faire le récit de vies extraordinaires, de trouvailles miraculeuses : ils réveillaient l’imagination éteinte des enfants malades de la pensée filtrée. Puis ils revenaient et n’en parlaient plus. Sauf, à demi-mots, dans mon bureau.
Et parfois, ils ne rendaient pas visite aux enfants. Quand la pensée était trop lisse, qu’il n’y avait plus de prise pour y accrocher les émotions humaines et que la pesanteur s’en trouvait si complètement altérée qu’on ne pouvait plus marcher droit, ils s’amusaient à terrifier leurs parents. Enfin, ils considéraient cela comme leur devoir, mais il me semble tout de même que ça les amusait beaucoup. Ils les réveillaient en pleine nuit, dans leur chambre d’honnêtes gens anesthésiés, et ils leur parlaient des fantômes des noëls passés ou de la vieillesse en gelée qui vit dans la télévision. Je savais qu’ils pouvaient être très impressionnants. Si les honnêtes gens étaient trop sages, ils les secouaient doucement. C’était nécessaire. Et ils n’aimaient pas abîmer leurs affaires, mais en prélevaient des échantillons qu’ils rapportaient au Centre.
Quelques jours plus tard, ils retournaient voir les enfants. S’ils n’étaient plus malades et que leurs pensées avaient brisé leurs chaînes, il y avait des sourires d’enfants qui se dessinaient dans les fines particules au-dessus des oreillers, pour indiquer qu’ils rêvaient. Il faisait nuit, mais les sourires d’enfants qui rêvent projettent toujours une lueur pâle autour d’eux quand il y a des Monuments. Alors les Monuments rapportaient aux parents les échantillons de leurs affaires, emballés comme des cadeaux de Noël. Normalement, les enfants n’étaient plus malheureux, après.
Cependant, parfois, cela ne fonctionnait pas, lorsque les circonstances familiales étaient compliquées. Peu après, certains parents disparaissaient, sans laisser de trace. Comme ça, le hasard. Ou alors, les Monuments avaient simplement fait leur travail.
Puis, l’on pouvait voir des sourires revenir dans la chambre des enfants…
Certes, j’étais le plus souvent incapable de les suivre, n’étant en somme que novice dans le registre de la décompensation poétique, et mon esprit se perdait rêveusement au fil de l’onirisme ambiant.
En somme, j’étais là où je devais être depuis que je vivais dans le Centre. Même si je n’ai jamais cessé d’y penser avec nostalgie, comme si je savais déjà que cela prendrait fin prochainement.
Je savais que je devrais quitter le Centre, mais un retour à la vie normale me terrifiait.
Parce qu’il signifiait devoir réapprendre à faire avec moi-même et mes petits passagers clandestins…
À moins que…

x

FB_IMG_1633014245714

Logo Achat

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :