☀︎
Notes de lecture 2017

Note de lecture : « Essais sur l’art de la fiction » (Robert Louis Stevenson)

Stevenson au service incisif de la littérature d’imagination, de récit et d’aventure.

x

RELECTURE

52910

C’est en 1988 à la Table Ronde que Michel Le Bris publia cette édition décisive, riche en inédits et en textes jusqu’alors éparpillés de ci de là, de l’ensemble des essais consacrés par Robert Louis Stevenson, sous diverses formes, à l’art de la fiction, entre 1877 et 1894, dans une traduction de son cru, à laquelle était associée France-Marie Watkins.

C’est Oliver Gallmeister, lors de son récent passage en tant que libraire invité à la librairie Charybde, où il présentait notamment « L’île au trésor », qui m’a remis en mémoire – et donné envie de relire – ce formidable outil de compréhension et de réjouissance sur, entre autres, la place de l’imagination narrative au centre de nos cœurs et de nos esprits littéraires personnels.

Il est un conte qui touche de très près au vif de l’existence : celui de ce moine qui traverse une forêt, entend un oiseau chanter, l’écoute un bref instant et se trouve à son retour étranger à la porte de son couvent, car il a été en fait absent cinquante années et, parmi tous ses camarades qui ont survécu, un seul le reconnaît. Cet oiseau ne chante pas seulement dans les forêts, même s’il en est peut-être natif. Il chante dans les endroits les plus misérables. L’avare l’entend, et sourit, et les jours pour lui ne sont plus que des instants. Je l’ai évoqué sans autre accessoire qu’une lanterne nauséabonde parmi les dunes rases. Toute vie qui n’est pas purement mécanique est tissée de deux fils : la recherche de cet oiseau, et son écoute. Et c’est simplement cela qui rend la vie si difficile à évaluer, et les délices de chacun d’entre nous si incommunicables. La simple connaissance de ce fait, un seul souvenir de ces instants où l’oiseau chanta pour nous, suffisent à nous remplir d’étonnement quand nous tournons les pages d’un écrivain « réaliste ». Là, c’est certain, nous trouvons une image de la vie – mais pour autant qu’elle est faite de boue et de craintes mesquines, dont le souvenir nous fait honte, et que nous aimerions mieux oublier : de la note de ce rossignol effaceur de temps, nous ne saurons rien. (« Les porteurs de lanternes », 1888)

x

Stevenson 3

Qu’il évoque la manière dont la lecture d’enfance, sa fantaisie, sa jubilation et sa poésie instinctive forment imperturbablement le lecteur adulte (« Les porteurs de lanternes », 1888, « Un simple à un sou, et un en couleur à deux sous », 1884, « Rosa quo locorum », 1893), qu’il évoque certains auteurs et textes parmi ses préférés ou ceux qu’il juge essentiels (« À propos d’un roman de Dumas », 1887, « Les romans de Victor Hugo », 1874, « Une humble remontrance », 1884, « Des livres qui m’ont influencé », 1887), qu’il se penche sur la place de la littérature dans la société (« Une apologie des oisifs », 1877, « Le choix d’une profession », 1879, « La moralité de la profession d’écrivain », 1881, « Causerie et causeurs », 1882, « De la littérature considérée comme un art »,1880, « Lettre à un jeune homme qui se propose d’embrasser la carrière artistique », 1888, « Auteurs et éditeurs », 1894, « Écrivains populaires », 1888), qu’il se penche fiévreusement sur un ensemble de considérations techniques (« À bâtons rompus sur le roman », 1882, « Une note sur le réalisme », 1883, « De quelques considérations techniques sur le style en littérature », 1885), ou qu’il nous livre certains secrets de fabrication de ses propres œuvres et de leurs sources oniriques occasionnelles (« Mon premier livre : l’Île au trésor », 1894, « À propos du Maître de Ballantrae », 1894, « À propos de Kidnapped ! », 1894, « Un chapitre sur les rêves », 1888, « Pulvis et umbra », 1888), Robert Louis Stevenson déploie pour notre plus grand intérêt une formidable érudition orientée tous azimuts, sans guère d’a prioris, et propose au fil de cette production critique poétique une vision progressivement de plus en plus complète de la littérature.

Dans pareil cas, la poésie court, souterraine, et l’observateur (pauvre âme, avec ses documents !) est toujours au mauvais endroit. Car prétendre « observer » l’homme, c’est aller au devant de bien des déconvenues. Nous voyons le tronc d’où il tire sa subsistance, mais lui-même est bien au-delà, déployé dans le dôme du feuillage, traversé par les murmures du vent, peuplé de nids de rossignols. Et le véritable réalisme est celui des poètes, qui grimpent après lui comme un écureuil et ainsi entrevoient un coin du ciel pour lequel il vit. Oui, le véritable réalisme, toujours et partout, est celui des poètes : découvrir où réside la joie, et lui donner une voix, bien au-delà du chant. (…) Car aucun homme ne vit dans la réalité extérieure, parmi les sels et les acides, mais dans la chaude pièce fantasmagorique de son cerveau, aux fenêtres peintes et aux murs historiés. (« Les porteurs de lanternes », 1888)

x

6f055bf7127f1a24395e0c19561b6920

Extrêmement pénétrant et étonnamment actuel, tant en matière de littérature proprement dite que de compréhension du champ littéraire au sens large, Robert Louis Stevenson nous offre une singulière leçon de lecture et d’écriture, soutenu ici par une édition remarquable, aux notes précises et aux annexes judicieuses, et par une captivante préface de Michel Le Bris, qui trouve dans ces textes une ample matière à la fois à rendre justice à un auteur trop souvent relégué, depuis la première guerre mondiale, dans la zone de la littérature pour enfants (ce que rappelait aussi, justement, et pour s’en moquer, Oliver Gallmeister), et à donner une roborative épaisseur à une théorisation toujours un peu à la traîne an matière de littérature s’appuyant sur l’aventure et l’imagination.

Il est un autre point, dans le Vicomte, que je trouve incomparable. Je ne puis citer aucune autre œuvre d’imagination où la fin de la vie est représentée avec un tact aussi délicat. On me demandait l’autre jour si Dumas me faisait rire ou pleurer. Eh bien, je viens de terminer ma cinquième lecture du Vicomte, j’ai ri une fois de la petite affaire Coquelin de Volière et peut-être en ai-je été un peu surpris – aussi, à titre de compensation, j’ai souri le reste du temps. Quant aux larmes, je ne sais pas. Si vous me mettez un pistolet sur la gorge, j’avouerai que le récit va d’un pas très aérien – en se maintenant dans une certaine irréalité. Et pour ceux qui aiment les gros coups de canon, le déploiement des grandes passions, il peut même paraître, du début à la fin, quelque peu insuffisant. Pas pour moi : je ne puis tenir pour médiocre un dîner, ou un livre, où je rencontre ceux que j’aime, et par-dessus tout, dans ce dernier volume, où je découvre un singulier charme de l’esprit. On y respire une plaisante et tonique tristesse, toujours vaillante, jamais hystérique. Sur la vie encombrée et bruyante de cette longue histoire, le soir tombe progressivement ; les lumières sont éteintes, les héros disparaissent un par un. Un par un ils s’en vont et aucun regret ne teinte leur départ d’amertume, les jeunes leur succèdent, Louis XIV prend de l’ampleur, et brille de plus en plus, une autre génération, une autre France se lèvent à l’horizon, mais pour nous et pour ces vieux hommes que nous avons si longtemps aimés, l’inévitable fin approche, et elle est la bienvenue. Bien lire cela, c’est anticiper sur l’expérience. Ah, si seulement nous pouvions espérer, quand ces heures des longues ombres arriveront sur nous dans la réalité et non plus en images, les affronter avec un esprit aussi paisible !
Mais mon article se termine ; les canons du siège tonnent à la frontière de Hollande ; et je dois dire adieu pour la cinquième fois à mon vieux camarade tombé au champ d’honneur. Adieu… ou plutôt au revoir ! Une sixième fois encore, très cher d’Artagnan, nous enlèverons Monk et nous galoperons ensemble vers Belle-Isle. (« À propos d’un roman de Dumas », 1887)

x

R L Stevenson

Logo Achat

xxx

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :