☀︎
archives

Poésie

Ce tag est associé à 556 articles

Note de lecture : « Esthétique du machinisme agricole » (Pierre Bergounioux)

Faire tenir les Trente Glorieuses, leurs caractéristiques essentielles et leurs conséquences à long terme, dans la brève saisie d’objets agricoles, artisanaux ou industriels, devenus œuvres d’art insoupçonnées. Un autre miracle décisif de Pierre Bergounioux. x Les changements des dernières décennies, la mécanisation du travail, la révolution de l’information, la libéralisation des moeurs sont l’aboutissement de … Lire la suite

Note de lecture : « Alcool mon amour » (Andréas Becker)

Inattendue, la prose poétique ramifiée et inventive, cruelle et tendre, de la maladie alcoolique. x Les pastis, les vins rosés, les bières, les toilettes, les vomissements dans les toilettes, les allers, les retours, le troquet, le supermarché, le caviste, y en a partout à boire, on est sauvé, partout. Ensuite, oui, je sais, je suis … Lire la suite

Note de lecture : « Melmoth furieux » (Sabrina Calvo)

La douceur combattante d’une épopée de proximité, dans la grande guerre du contrôle marchand des imaginaires. Gorgé de paradoxes et de surprises, un chef-d’œuvre, cousu main bien entendu. x Eurodisney ouvre ses portes le 11 avril 1992 à 10 heures du matin. Une journée de fanfares – du sinistre à perte de vue. Les hôtels … Lire la suite

Note de lecture : « Par instants, le sol penche bizarrement » (Nicolas Richard)

Les carnets d’un traducteur éclectique en diable : une ode à l’art étrange du changement de langue, et à la littérature tous azimuts, tout simplement. x « Ah, vous traduisez des livres ? Vous faites comment ? Mot à mot ? » Quand je dis que je suis traducteur, cette question m’est régulièrement posée et chaque fois … Lire la suite

Note de lecture : « La semaine perpétuelle » (Laura Vazquez)

La folle danse langagière des soupapes de sûreté d’un monde qui écrase, réduit et in-signifie, transformant les vies en spectaculaires obsessions de l’instant. x Une tête ne tombe pas, elle ne peut pas tomber. Elle est reliée par un fil qui descend jusqu’en bas de la personne, et si la tête tombe, le reste tombe. … Lire la suite

Note de lecture : « L’aiguilleur » (Bertrand Schmid)

En Sibérie, au bout de la voie ferrée à entretenir coûte que coûte, on ne vous entendra ni rêver ni crier. Sauvage et somptueux. x D’abord, en entrant, il leva le menton. On le salua, un doigt vers la tempe, sourcil haussé. Vassili, c’était un taiseux. Avant de s’avancer, il tapa la botte gauche contre … Lire la suite

Note de lecture : « Plasmas » (Céline Minard)

Dix pas de côté savoureusement insensés pour ouvrir et relier nos pensées du vivant. Magistral et essentiel. x Trapézistes de métier, Galván, Rodric et Lena exécutent régulièrement leur numéro le plus spectaculaire et le plus complexe à huis clos, pour un public choisi de trois mille Bjorgs qui en dissèquent chaque détail, dans toutes les … Lire la suite

Note de lecture : « Décomposée » (Clémentine Beauvais)

Tour de force intelligent et poignant : la transformation d’un bref poème de Baudelaire en un roman en vers, socio-politique et intime. x Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme, Ce beau matin d’été si doux : Au détour d’un sentier une charogne infâme Sur un lit semé de cailloux, Les jambes en l’air, comme … Lire la suite

Note de lecture : « La patience du lichen » (Noémie Pomerleau-Cloutier)

Sur la rive nord québécoise du golfe du Saint-Laurent, où la route ne va pas et où même le bateau ravitailleur s’arrête en hiver, une complice poésie anthropologique d’une rare puissance, en trois langues. x Toute mon enfance, j’ai été ballotée d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre. Adolescente et adulte, il semble que … Lire la suite

Note de lecture : « La boîte à écriture » (Milorad Pavić)

Un puzzle ténu et magnifique, en trois dimensions et en plusieurs trames narratives à reconstituer le cas échéant, contenu dans une simple boîte à écriture de marine, entre France, Bosnie et Monténégro. Un chef-d’œuvre. x Moi, l’actuel propriétaire de la boîte à écriture, je me la suis procurée au cours de l’avant-dernière année du XXe … Lire la suite