☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Manituana » (Wu Ming)

L’indépendance des États-Unis du côté des vaincus, colons et Indiens fidèles à la Couronne, dans l’un des meilleurs romans historiques que je connaisse.

x

Manituana

Avec « Manituana » en 2007 (publié en français en 2009 – dans la remarquable Bibliothèque Italienne animée chez Métailié par Serge Quadruppani), le collectif d’écrivains italiens Wu Ming renouvelait l’exploit de « Q » (en français, « L’Œil de Carafa ») : construire un roman historique au souffle puissant, rigoureusement documenté, parfaitement orchestré, présentant de vrais personnages qui ne soient pas de fugitives caricatures, tout en s’attachant à mettre à jour « l’envers du décor », de l’histoire communément acceptée, du « récit des vainqueurs ».

Ici, loin du XVIème siècle de la Réforme et de la Contre-Réforme en Europe (qui était l’objet de « L’Œil de Carafa »), les Wu Ming nous emmènent en Amérique du Nord, à la veille de la guerre d’Indépendance qui donnera naissance aux États-Unis. Adoptant en détail le point de vue de colons humanistes et fidèles à la Couronne britannique, et de leurs amis amérindiens préférant un souverain lointain et relativement bienveillant à des colons et marchands ô combien présents, et en quête avide et incessante de terres, d’esclaves et de profits, ils nous livrent une vision crédible, documentée et décapante des mythes fondateurs des treize Colonies, loin en effet des réécritures solennelles qui en seront effectuées par la suite. Avec un « morceau de bravoure » indéniable et une authentique fête du langage, lorsqu’une ambassade iroquoise ira affronter Londres, ses splendeurs et ses bas-fonds, pour être reçue à la cour du roi George…

Poursuivant au fond des buts proches de ceux d’un Vollmann dans « Central Europe » ou d’un Claro dans « CosmoZ », avec des moyens entièrement différents, les Italiens chantres du « New Epic » réussissent à nouveau un grand moment d’histoire des vaincus, et nous donnent peut-être le meilleur roman historique de ces dernières années. Travail salutaire et jouissif à la fois, bien servi aussi par une traduction impeccable de Serge Quadruppani.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :