☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Guerre aux humains » (Wu Ming 2)

La forêt d’un ermite écologiste comme champ de farce, où triompheront peut-être… les sangliers.

guerre aux humains

À côté de leurs ouvrages écrits en commun tels les monumentaux « L’Œil de Carafa » ou « Manituana », les membres du collectif bolognais Wu Ming s’octroient régulièrement des escapades dans des projets en solo.

« Guerre aux humains », publié en 2004 (et traduit en français en 2007 par Serge Quadruppani chez Métailié) est pour l’instant, en 2010, le seul de Wu Ming 2 (Giovanni Cattabriga).

Dans cette narration déjantée et électrique, Marco, un jeune écologiste philosophe, bien décider à accéder à un état supérieur de pouvoir spirituel (« devenir un super-héros ») fuit la ville babylonienne pour prendre le maquis, et vivre dans les bois en troglodyte, adoptant le nom de code « Walden » en référence bien entendu à son héros Thoreau.

Mais ces bois italiens de l’exil sont bien loin d’être aussi tranquilles qu’il l’espérait : en une succession échevelée et enchevêtrée de quiproquos et de télescopages, clandestins en fuite, écoterroristes plus ou moins inspirés, carabiniers aveugles ou matois, enquêteurs avisés, chasseurs, braconniers, et… sangliers mutants ou fous vont tous participer à la construction d’une gigantesque farce, pas si éloignée de celle de l’Ammaniti de « La fête du siècle », farce qui pose néanmoins presque toutes les questions politiques, sociales et écologiques que l’on peut imaginer en ce début de millénaire…

xxx

Guerra agli umani

« Trop de règles à la con.
Les écriteaux. Les plastrons. Les procès-verbaux.
Boni lorgna les aiguilles de la montre sous l’ourlet de la grosse veste. Il n’y avait pas moyen de commencer à un horaire décent. Interdit avant 10 h. Interdit après 17 h.
Rizzi était un chef d’équipe rigide, scrupuleux. Élu à défaut d’autres choix. Sur quarante chasseurs, le seul avec les qualités requises. Cinq ans d’expérience et le petit diplôme : gestion faunico-cygénétique de l’espèce sangliers.
Avant de tirer les postes au sort, il vérifiait que tout le monde portait les vestes orange avec leur numéro d’équipe. Les fusils devaient être déchargés. Sur le type de canon, il était plus permissif. Utiliser la lisse était une coutume, pas une règle. Quant aux munitions, il évitait de vous fouiller pour le contrôle, mais vous pouviez être sûr que ça lui déplaisait. (…)
C’était comme voyager en Ferrari avec un type qui fait du cinquante en agglomération, ralentit à l’orange et se plaint qu’on mette pas la ceinture. Gonflant. Dès que possible, Lele et Graziano devaient fréquenter le cours provincial. L’expérience, ils l’avaient. Ils remplaceraient le Pinailleur. »

Impressionnant de maîtrise, mêlant habilement les registres et les codes du roman noir, du fantastique, de l’essai social, de la comédie politique et de la science-fiction, « sérieux sans se prendre au sérieux » : la devise implicite du collectif Wu Ming est une fois de plus mise en œuvre avec brio.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

xxx

sanglier1

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Madame Courage  (Serge Quadruppani) | «Charybde 27 : le Blog - 31 janvier 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :