☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Fragments d’une révolution » (Sébastien Doubinsky)

Les beaux souvenirs fictifs, d’un activiste retraité, d’une révolution mexicaine avortée.

xxx

fragments d'une révolution

Publié en 1998 chez Actes Sud, le troisième roman de Sébastien Doubinsky est un ouvrage particulièrement attachant, sous la forme de fragments de mémoire, brisés mais enjoués, d’un activiste retiré au Danemark, se consacrant principalement à sa famille, qu’une commande d’article d’un journal engagé allemand vient replonger dans les moments effrénés d’une révolution mexicaine avortée, à laquelle il participait en 1969…

Saisissant contraste, bien entendu, entre les pensées du sage « retraité » et les automatismes mi-sérieux mi-guillerets du jeune révolutionnaire débridé qu’il fut. Nostalgie sans amertume, humour teinté d’ironie, qui font inévitablement penser aux récits de Paco Ignacio Taibo II (auquel le livre est d’ailleurs en partie dédié), et tout particulièrement à son superbe recueil « Archanges – Douze histoires de révolutionnaires – Sans révolution possible », récemment réédité en poche chez Métailié.

Sous ses dehors quasi primesautiers, un livre que l’on peut lire et relire régulièrement à l’aune de notre XXIème siècle restant largement à « réenchanter »…

« Le hall d’entrée de la demeure était impressionnant. Un immense escalier vous déboulait dessus, cascade de marbre et de fer forgé. C’était un escalier droit, à la française.
– Typiquement 1860, déclara quelqu’un devant lui.
Il suivit le mouvement qui l’entraîna à travers un dédale de couloirs rococo.
Rien n’avait été saccagé.
Les révolutionnaires déambulaient tranquillement dans la bâtisse, leurs armes et leur bouteille de tequila à la main, insensibles à tout ce luxe. Les frères Rivas avaient par avance interdit tout pillage.
Tous les biens devaient être inventoriés puis distribués aux habitants du village. Cette hacienda représentait trois siècles de richesses accumulées par l’exploitation des paysans indigènes. À quoi bon, par conséquent, piller ce qui vous appartenait de droit ? Cela tombait sous le sens. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :