☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Petites natures mortes au travail » (Yves Pagès)

Il était une fois l’aliénation.

x

Depuis la parution en 2000 aux éditions Verticales de ce livre ironique et mordant dès son titre, les «petites natures mortes au travail», ces travailleurs fragiles qui résistent mal aux petits métiers, sont sans doute plus mortes que jamais, car la précarité n’a cessé de gagner en vivacité dans le monde du travail.

«cdd d’aujourd’hui, dcd de demain, videurs posthumes de greniers, ex-psychiatrisés en rééducation taylorienne, retourneurs de crêpes en hiver, cracheurs de white-spirit, fleuristes itinérantes, opératrices de saisie bancaire, licenciés en sociologie du licenciement, yogi à grande flexibilité horaire, porteurs de perche hors champ, pigistes pigeonnés sous presse, junkies sevrés à la tâche…»

Après un premier chapitre en forme de liste de petits métiers pas si improbables que ça, Yves Pagès nous décoche vingt-trois flèches, vingt-trois courts récits saisissants entre témoignage et fiction, des portraits qui dénoncent l’aliénation et la précarité du salariat moderne, mais sans simplification outrancière, tout en montrant les contradictions ou continuités surprenantes dans lesquels nous sommes nous-mêmes plongés, à l’image de cette femme ayant choisi l’agritourisme pour ses vacances et qui se retrouve dans une ferme concentrationnaire, élevage de 28 000 poussins. Epouvantée, elle passe ses vacances alitée, avant de retourner à son poste de travail.

«À l’autre extrémité de ce cauchemar à la chaine, quand Alice retrouvera son poste de caissière et les vingt-huit mille codes-barres mémorisés par le lecteur optique de l’hypermarché, elle se sentira presque soulagée de s’en être sortie vivante.»

Un homme étouffant dans un costume de Pluto à Disneyland, des consultants réducteurs d’effectifs, une femme africaine sans papiers embauchée au noir pour faire de la figuration au cinéma, la femme enquêtrice pour un institut d’études qui remplit elle-même tous ses questionnaires, ou encore le clochard acteur face à son public dans le métro : Avec une virtuosité pour tordre le langage et nous faire profiter de son pouvoir de subversion, un sens aigu de la provocation, les shots du travail précaire d’Yves Pages seraient totalement jubilatoires, si tout ceci n’était pas si familier.

Yves Pagès était l’invité de la librairie Charybde en avril 2014 pour fêter la parution de «Souviens-moi», et on peut le réentendre ici.

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

4 réflexions sur “Note de lecture : « Petites natures mortes au travail » (Yves Pagès)

  1. Salut Hugues.

    Je te le commande de suite. Et s il faut grouper rajoute en 2 de ton choix.

    Au plaisir.

    Richard

    Publié par Jeantet | 18 octobre 2017, 09:24

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Note de lecture : « Portraits crachés  (Yves Pagès) | «Charybde 27 : le Blog - 15 octobre 2017

  2. Pingback: Note de lecture bis : Souviens-moi (Yves Pagès) | Charybde 27 : le Blog - 15 décembre 2017

  3. Pingback: Note de lecture : « Robledo  (Daniele Zito) | «Charybde 27 : le Blog - 13 juillet 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :