☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Kampuchéa » (Patrick Deville)

Fascinant voyage au Cambodge, et autour de lui, du XIXème siècle au temps présent.

kampuchea

Publié en 2011, le neuvième ouvrage de Patrick Deville se sortait plutôt brillamment de l’un des grands défis auxquels est confronté le roman dit (souvent abusivement) « d’écrivain voyageur » : proposer un contenu qui ne soit pas uniquement fulgurance anecdotique, et disposer d’un fil conducteur qui permettre d’irriguer la géographie visée en en traversant les époques sans (trop) d’artifice.

Pour nous inviter à parcourir à ses côtés Cambodge, Laos, et dans une moindre mesure, Vietnam, l’auteur a su habilement utiliser le procès international à grand spectacle alors en cours à Phnom Penh, celui des Khmers Rouges, donnant ainsi immédiatement au propos à la fois épaisseur et tragique, et a choisi intelligemment de structurer le voyage autour du Mékong, seul véritable axe de circulation de la région, et formidable frontière naturelle qui, chamboulée par le heurt des colonialismes français et anglais à la fin du XIXème siècle, ne put finalement jamais jouer ce rôle…

On apprécie donc dans le périple le style sec et toujours subtilement ironique, parfois à la limite du décharné et du moqueur, adopté par Patrick Deville, ses sauts référentiels qui savent ici rester discrets et pertinents (y compris ses fétiches personnels, Savorgnan de Brazza – sujet de son précédent opus, « Equatoria » – et Arthur Rimbaud), et sa froide sagesse dans l’appréciation d’événements historiques parfois singulièrement embrouillés.

220px-Lieutenant_de_vaisseau_Francis_Garnier_Angkor_Vat_1866

Aux côtés de Pierre Loti et d’André Malraux, bien sûr, mais aussi des explorateurs / militaires / aventuriers Doudart de Lagrée et Francis Garnier, et surtout des innombrables personnalités politiques, souverains et dictateurs ayant précédé l’innommable, le régime honni des idéalistes jusqu’au-boutistes Khmers Rouges, et leurs trois ans et demi de pouvoir ayant tenté de démontrer jusqu’où pouvait aller la folie politique, aux côtés de leurs rares dénonciateurs précoces comme de leurs soutiens bien peu éclairés (surtout rétrospectivement, toutefois – ce que ne manque pas de noter l’auteur avec sa sombre malice…), ou encore de ceux qui choisirent, las de vingt ans de guerres indochinoises et encore prisonniers de leur grille de lecture « Spéciale Guerre Froide » (e.g. « mieux vaut des illuminés pro-chinois que de redoutables expansionnistes vietnamiens pro-soviétiques »), de détourner quelque peu le regard durant ces trois années de malheur…

Capitaine_de_fregate_Ernest_Doudard_de_Lagree_Angkor_Vat_1866

Suffisamment étonnante, brillamment cultivée, toujours efficace, une belle réussite dans ce genre parfois risqué…

« Ponchaud [NDC : le missionnaire catholique présent à l’époque au Cambodge qui fut le tout premier à dénoncer la folie des Khmers Rouges, ici interviewé en 2010] lève les bras au ciel. Les luttes sont sociales et environnementales. C’est le désastre naturel et l’impossibilité de toute contestation. « Que restera-t-il du Cambodge dans dix ans ? Les autorités cambodgiennes ont vendu toutes les forêts, ont bradé des concessions énormes aux étrangers. Les Cambodgiens sont dépossédés de leurs propres terres, avec le cortège de spoliations, d’expulsions. Les affres du présent comptent bien plus pour les Khmers que les tragédies d’il y a trente ans. » Toute dénonciation des injustices est impossible à cause du passé khmer rouge. Devant la moindre revendication d’équité, on brandit la menace du retour au communisme. « On peut dénoncer les massacres et exactions en tous genres des Khmers rouges, mais à part Ieng Sary, aucun d’entre eux ne s’est enrichi, ni n’a placé un magot à l’étranger. C’étaient des nationalistes intransigeants et utopiques. On ne peut en dire autant des dirigeants actuels, qui dépècent le pays à leur propre profit. » Ces dirigeants sont en majeure partie d’anciens cadres khmers rouges ayant appliqué les préceptes de l’Angkar. Ponchaud soutient l’idée de Sihanouk : il faut en finir, incinérer les ossements des deux musées, organiser une cérémonie bouddhiste. La gestion du charnier de Choeung Ek est aujourd’hui sous-traitée à une société japonaise qui vend des billets pour la visite. Ponchaud semble se dire qu’il faudrait ici une bonne révolution. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

pol_pot

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :