☀︎
archives

Antoine Volodine

Ce tag est associé à 101 articles

Note de lecture : « Géographies de steppes et de lisières » (Anna Milani)

Une rêverie poétique organisée, pour arpenter avec détermination une géographie frontalière où se jouent des choses insoupçonnées. Éblouissant. x On habitait une maison à deux étages dans un endroit anonyme du pays. Il y avait un lac et des noyés. Aucun panneau pour indiquer le centre-ville, il n’y avait que des périphéries. Les vieilles avançaient … Lire la suite

Note de lecture : « La péninsule » (Louis-Bernard Robitaille)

Entre un ordo-libéralisme de surveillance porté à son paroxysme et de dérisoires havres radioactifs, une dystopie mélancolique et radicale. x Je n’avais jamais imaginé que cela m’arriverait à mon tour. Je le savais bien pourtant, personne n’était à l’abri, il suffisait d’un mot de travers, d’une maladresse ou d’un peu de malchance pour être happé … Lire la suite

Note de lecture : « Le Domaine des Douves » (Benjamin Planchon)

Incarner un imaginaire de Jérôme Bosch dans un récit contemporain baroque, hirsute, horrifiant, hilarant et dangereusement poétique, aux marges signifiantes de l’irréel : un pari fou et pleinement réussi. x Je ne repense jamais à mon enfance. Je n’en rêve pas et ne ressens pas le besoin d’en parler. Ce n’est pas que je sois … Lire la suite

Note de lecture : « Ilona vient avec la pluie » – Maqroll le Gabier 2 (Alvaro Mutis)

Coincé à terre dans le calme plat et glauque de Colón, au Panama, Maqroll le Gabier cherche une issue où le tragique et le fantastique vont s’inviter sans prévenir. x Lorsque j’ai vu s’approcher l’embarcation grise des douaniers avec le pavillon du Panama flottant fièrement en poupe, j’ai immédiatement su que nous étions arrivés au … Lire la suite

Note de lecture : « Désarroi – Tout autour du gouffre » (Antoine Volodine / Pascal Engel / Nathalie Piégay)

Au cœur d’un colloque de 2019 sur le désarroi contemporain, une lumineuse mise en perspective du post-exotisme par Antoine Volodine lui-même. Indispensable ! x Depuis 1946, les Rencontres Internationales de Genève proposent chaque année ou presque à trois ou quatre autrices, auteurs, exégètes de la littérature, philosophes, sociologues, autres scientifiques ou artistes de communiquer et … Lire la suite

Note de lecture : « L’année de la comète » (Sergueï Lebedev)

Chaque enfant est un enquêteur sur le sens caché de son univers. Mais dans l’Union Soviétique apparemment immuable de 1986, sur quoi peut porter l’investigation ? À moins que le retour de la comète de Halley cette année-là, et l’explosion de Tchernobyl, soient en effet des présages ? x Oh, les longues soirées d’hiver ! … Lire la suite

Note de lecture : « Le banquet annuel de la Confrérie des Fossoyeurs » (Mathias Énard)

Une formidable tranche d’anthropologie rabelaisienne et de métempsycose truculente, au cœur du Marais Poitevin, entre langue, politique, joie du récit et sens de la vie. x 11 décembre J’ai résolu d’appeler cet endroit la Pensée Sauvage, bien sûr. Je suis arrivé il y a deux heures. Je ne sais pas encore vraiment ce que je … Lire la suite

Note de lecture : « Le Théâtre des paroles » (Valère Novarina)

Neuf textes dits « théoriques » de Valère Novarina sur son théâtre et sur le théâtre, neuf étincelles d’intelligence littéraire et de souffle continu, neuf œuvres à part entière. x RELECTURE L’acteur n’exécute pas mais s’exécute, interprète pas mais se pénètre, raisonne pas mais fait tout son corps résonner. Construit pas son personnage mais s’décompose le corps … Lire la suite

Note de lecture : « Terraqué » (suivi de) « Exécutoire » (Guillevic)

En 1942 et 1947, deux recueils fondamentaux de poésie combattante, d’émancipation de l’homme face aux choses mauvaises qui rôdent dans la matière, par la force pensée du langage de l’émotion brute. x CHOSES L’armoire était de chêne Et n’était pas ouverte. Peut-être il en serait tombé des morts, Peut-être il en serait tombé du pain. … Lire la suite

Note de lecture : « L’énigmaire » (Pierre Cendors)

Sans frontières, parfois sans nom, nous ne régnons pas, nous allons : monstrueux de subtilité et de poésie, un labyrinthe science-fictif et tarkovskien pour réinterroger la possibilité puissante de l’art après Ravensbrück x Ma première reconnaissance du Bois désert, à Orze, dans les terres du Nord – un petit village qui n’existe plus -, m’a … Lire la suite