☀︎
Notes de lecture 2015

Note de lecture : « La bête aveugle » (Edogawa Ranpo)

Les cauchemars macabres d’un esthète monstrueux.

x

Edogawa Ranpo

Visitant le musée du parc d’Ueno, Mizuki Ranko, reine des variétés de Tokyo, surprend un aveugle aux lunettes noires qui caresse longuement une sculpture de marbre qui la représente, de façon si insistante et répugnante qu’elle ressent la brûlure de ces caresses jusque dans sa chair.

«Il y avait quelque chose de troublant à vous donner le frisson que de voir un homme, ne disposant que du toucher, admirer la statue nue de la femme qu’il aime. Ses cinq doigts, menaçants comme les pattes d’une araignée, rampaient à la surface du marbre poli. L’homme s’attarda longtemps sur les lèvres semblables à des pétales de fleur. Puis les paumes caressèrent le reste du corps, la poitrine… le ventre… les cuisses…»

© Tsukioka Yoshitoshi

Quelques jours plus tard, un aveugle aux doigts arachnéens remplace son masseur habituel, et le contact de ses mains laisse à Mizuki Ranko une sensation visqueuse durable et terriblement déplaisante.

Attirée implacablement dans un guet-apens, elle se retrouve séquestrée dans un lieu obscur, atroce et indescriptible, sous l’emprise de ce psychopathe fasciné par les corps féminins, piégée comme une souris à la merci d’un chat monstrueux.

«Elle venait de parcourir quelques mètres lorsque l’obscurité se fit soudain plus épaisse en même temps qu’elle ressentait un imperceptible souffle d’air. En se retournant, elle constata que le miroir était revenu à sa place et qu’il n’y avait maintenant plus trace de lumière.
Ranko frissonna. Une immense solitude l’envahit, elle se sentit abandonnée de tous et se demanda si elle reverrait un jour le monde des vivants.»

«Point d’inspecteurs, ni de détectives dans cette histoire», «La bête aveugle» n’est pas une enquête policière, contrairement aux célèbres romans de l’auteur tels que «Le lézard noir» ou «Inju : La bête dans l’ombre».
À l’opposé des êtres aux corps difformes du «Démon de l’île solitaire», le héros pervers et psychopathe de «La bête aveugle», esthète de l’horreur, est obsédé par les corps féminins aux formes parfaites.

© Yasuzô Masumura. Moju : The Blind Beast (1969)

Publiée initialement en 1931, portée à l’écran en 1969 par Yasuzô Masumura, et traduite en français par Rose-Marie Makino-Fayolle pour les éditions Philippe Picquier en 1992, l’histoire dérangeante de ce monstre qui attire et s’empare des femmes comme des proies, passant des pulsions sexuelles à la cruauté nue dans un irrépressible et extrême mouvement d’attraction – répulsion, semble réunir  les obsessions majeures d’Edogawa Ranpo en un récit macabre, érotique, aussi dérangeant qu’inoubliable.

Pour acheter ce livre chez Charybde, c’est ici.

Une soirée sera consacrée à l’oeuvre d’Edogawa Ranpo à la librairie Charybde le 17 septembre prochain, à l’occasion de la parution du «Démon de l’île solitaire» aux éditions Wombat, en présence de sa traductrice Miyako Slocombe et de Stéphane du Mesnildot, écrivain, critique aux Cahiers du cinéma et spécialiste d’Edogawa Ranpo.

Edogawa Ranpo

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :