☀︎
archives

Obsession

Ce tag est associé à 40 articles

Note de lecture : « Mousse » (Klaus Modick)

Une fascinante mise en roman de la métaphore invasive de la mousse pour ébranler nos certitudes face au vivant maltraité. x J’aurais dû revenir ici plus tôt. Ai-je eu peur des souvenirs ? Je voulais être productif, mener à bien un projet, faire sortir quelque chose de moi-même – quelque chose dont le sens me … Lire la suite

Note de lecture : « Le Métier de mourir » (Jean-René Van der Plaetsen)

Au Sud-Liban, un rêveur casqué caricatural pour tenter d’exprimer certaines facettes du métier de soldat. Une bien triste déception littéraire. x « Inch Allah. Si Dieu le veut, Favrier. » Belleface cracha vers le sol puis il se tut. Il venait d’allumer une cigarette dont il inhala la fumée jusqu’au fond de ses poumons. Le mélange âcre et … Lire la suite

Note de lecture : « Les poètes morts n’écrivent pas de romans policiers » (Björn Larsson)

Un art poétique profond et intense enchâssé à l’intérieur d’un noir polar joliment parodique. x Karl Petersén, directeur littéraire de la vénérable maison d’édition Amefors et Fils, regarda ses deux plus proches collaborateurs, les fidèles Sund et Berg. Il savait qu’ils étaient impatients et attendaient de savoir pourquoi il leur avait demandé de participer à … Lire la suite

Note de lecture : « Venise à double tour » (Jean-Paul Kauffmann)

Les églises fermées de Venise comme obsession révélatrice et graal d’un apaisement possible. x Je crois avoir exploré toutes les églises ouvertes au public. Une investigation menée à chacun de mes nombreux séjours. Je n’affirmerai pas que je les connais toutes par cœur. Il est pratiquement impossible de venir à bout d’une telle profusion. Chaque … Lire la suite

Note de lecture : « Des mirages plein les poches » (Gilles Marchand)

Cinq nouvelles inédites et neuf nouvelles plus anciennes pour composer comme un bréviaire poétique de la forme courte, rêveuse et malicieuse. x Beaucoup de lectrices et de lecteurs connaissent et aiment désormais Gilles Marchand à travers ses deux romans publiés chez Aux Forges de Vulcain, « Une bouche sans personne » (2016) et « Un funambule sur le … Lire la suite

Note de lecture : « Une vie en l’air » (Philippe Vasset)

« Toute ma vie j’ai rêvé d’avoir la tête en l’air » : le récit sublime d’une quête onirique à l’intensité peu commune, autour d’un grand rail de béton. x C’est un long trait de béton, tendu à sept mètres au-dessus de la Beauce, entre les communes de Saran, Cercottes, Chevilly et Ruan. Tout entortillé d’arbres et … Lire la suite

Note de lecture : « Là où leurs mains se tiennent » (Grégory Nicolas)

Du concentré de poisse d’un orphelin à la gloire et à l’amour : une tendre et magique lecture à rebours du champion cycliste et de bien d’autres choses. x L’encyclopédie Wikipedia nous apprend que Jean-Baptiste Moisan signa sa première licence en quatrième. Sa grand-mère lui avait offert un vélo d’occasion. Un vieux Peugeot. Il s’agissait … Lire la suite

Note de lecture : « L’empire – Comment Vincent Bolloré a mangé Canal+ » (Raphaël Garrigos & Isabelle Roberts)

Une opiniâtre enquête au long cours sur un emblème contemporain du « capitalisme à la française » (ou « à la françafricaine »). x Deuxième expérience de lecture issue de l’émission de Radio Ground Control consacrée au collectif « Les Jours » (émission que l’on peut écouter ici), collectif qui prône joliment un journalisme inscrit dans la durée et – selon … Lire la suite

Note de lecture : « Surface de réparation » (Olivier El Khoury)

Un beau brin d’humour et de décalage à propos d’apprentissage et d’obsession, en matière de football comme ailleurs. x C’est pas qu’il m’aimait pas mon père, ou qu’il était pas heureux de me voir arriver, non. C’est pas pour ça qu’il a pesté quand il a appris la nouvelle. J’arrivais au mauvais moment, tout simplement. … Lire la suite

Note de lecture : « La douleur porte un costume de plumes » (Max Porter)

Un journal de deuil inventif et poignant, désespérant et merveilleusement drôle. x Miraculeusement, et comme Philippe de Jonckheere dans «Une fuite en Égypte», Max Porter réussit dans ce premier livre, publié en 2015 et superbement traduit par Charles Recoursé pour les éditions du Seuil (2016), à parler du deuil le plus douloureux, avec authenticité, une … Lire la suite