☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Fantasmagories du capital » (Marc Berdet)

Une promenade urbaine et un voyage dans le temps, pour comprendre l’invention de la ville-marchandise.

x

berdet

L’historien et sociologue Marc Berdet, spécialiste de Walter Benjamin, s’empare ici du concept de fantasmagorie, développé par Benjamin dans «Paris, capitale du XIXe siècle» à propos de ces lieux clos chargés d’une certaine magie, pour explorer les fantasmagories du capital déployées dans les grandes villes modernes depuis la fin du XIXe siècle – dont se sont parés la marchandise et les espaces commerciaux urbains au cours du temps -, en s’appuyant pour les décoder sur les réflexions de nombreux penseurs, dont Walter Benjamin, Karl Marx, Auguste Blanqui, Sergueï Eisenstein, ou encore Ken Kesey à Las Vegas.

Au fil de ce parcours passionnant depuis les fantasmagories originelles, jusqu’aux fantasmagories modernes et postmodernes, l’auteur nous guide ici dans une découverte de la galerie du Palais Royal et des passages parisiens sur les pas de Fourier et de Benjamin, lieux d’utopies rapidement digérées par le capitalisme, et préfiguration des développements ultérieurs des Grands Magasins, de la première exposition universelle au Crystal Palace, des transformations de la ville de Paris et de la conception de la ville comme entité marchande sous la houlette d’Haussmann, jusqu’aux centres commerciaux des banlieues et des centre-ville du XXe siècle, conçus en détournant l’utopie sociale de Victor Gruen, le fondateur du premier «shopping mall», et en s’inspirant des espaces mythologiques de Disneyland analysés très finement ici.

Crystal Palace. Exposition universelle de Londres – 1851.

«Que ce soit aux États-Unis, en Chine, au Canada ou en Europe, la confusion imaginale règne à tous les étages : le passé et le futur s’enchevêtrent dans un présent insignifiant, le vrai et le faux s’emmêlent dans un «authentique» monde synthétique, le proche et le lointain s’amalgament dans une géographie comprimée, nature et culture se liquéfient dans les jeux d’eau, le même et l’autre s’embrouillent dans un ego omniprésent. Le «mall» est une machine optique qui fait défiler indifféremment, mélangées au réel, des images de l’histoire, de la nature et de la technique […]
 Depuis près de trois siècles, le capital façonne des environnements oniriques qui, sur fond de règne de la marchandise, refoulent leur origine économique en vue de canaliser les plaisirs individuels et collectifs.»

Évoquant certains aspects des écrits de Mike Davis et de Bruce Bégout, ou encore l’excellent «Paris est un leurre» de Xavier Boissel, Marc Berdet nous guide au fil de l’histoire pour montrer comment ces fantasmagories échafaudent des expériences sensibles féeriques qui déconnectent le visiteur de sa vie quotidienne, occultent la violence des rapports sociaux, la production et les conflits, et permettent de susciter une séduction profonde et de déclencher un comportement de consommation dans lequel le comportement rationnel n’intervient plus ou très peu : Dès l’exposition universelle de Londres de 1851 au Crystal Palace, le clou de l’exposition fut un diamant noir spectaculaire ramené d’Inde, Kohinoor, exposé au centre de l’exposition dans un espace ressemblant à «un temple des mille et une nuits», tandis que les ouvriers n’étaient pas représentés dans les représentations de la production : «pour représenter le monde du travail, on préfère le vieux paysan, le noble artisan ou l’ingénieur inventif.»

«Les fantasmagories postmodernes n’invoquent donc le réel que pour l’esthétiser aussitôt selon ses traits les plus luxueux, les plus éloignés de l’existence ordinaire de la plupart des gens. Il s’agit là de l’opposition essentielle du mall, qui se cristallise dans un eternel état de nature, un passé glorieux ou un futur technologique.»

Avec le capitalisme mondialisé, le développement de ces fantasmagories est international et standardisé, mais Marc Berdet souligne aussi les échecs répétés de ces immenses shopping malls, et la poésie inattendue et subversive de ces espaces désertés, lorsqu’ils retombent dans un état de ruines fantomatiques.

Une lecture foisonnante et hautement recommandable.

Pour acheter chez Charybde ce livre paru en 2013 dans la collection Zones des éditions La Découverte, c’est ici.

 dead malls

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :