☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Hellfire » (Nick Tosches)

Biographie enflammée d’un des enfants les plus turbulents du rock.

x

HellfireNick Tosches, écrivain et journaliste de rock américain, frappa un grand coup avec Hellfire, une biographie de la démesure de Jerry Lee Lewis, parue en anglais en 1982.

Cette histoire de l’ouragan Jerry Lee Lewis est aussi celle des origines du rock blanc, enracinée dans les valeurs sauvages des pionniers d’Amérique. La biographie démarre donc par les racines, des grands-parents, des parents de Jerry Lee Lewis, puis par la disparition de son «grand» frère de neuf ans.

«L’un des deux petits garçons devait mourir. L’autre, auquel échut le patrimoine des Lewis, devait s’élever plus haut que le vieux juge Lewis lui-même, plus haut que tous les hommes des histoires de son père, avant de tomber encore plus bas. C’était le dernier fils sauvage, et il le savait, tout comme il savait ce que ces hommes ressentaient, dans les histoires, entendant le tonnerre sans la pluie.»

Les deux piliers de la famille Lewis sont la musique et la foi, dont la pratique est marquée par la construction à Ferriday d’une église Pentecôtiste. Brièvement prédicateur dans ses jeunes années, Jerry Lee Lewis oscillera sans cesse entre la foi et sa véritable passion, la musique, convaincu qu’il y emmène le public en enfer avec lui.

«Jerry avait trouvé sa terre d’élection ; une terre sur laquelle allait s’élever une histoire de plus en plus sauvage, de plus en plus sombre, plus grande et plus méchante que toutes les histoires vécues, racontées ou même rêvées par ceux qui étaient venus avant lui – une histoire dont les charbons ardents, en un sinistre cortège, allaient piquer les yeux du Saint-Esprit en personne avant de retomber, encore étincelants, pour s’enfoncer à nouveau dans le mystère tranquille des basses terres de Louisiane.»

HellfireSon surnom d’enfance, The Killer, le suivra toute sa vie, mais c’est dans sa propre destruction qu’il sera le plus acharné, déchiré entre sa musique des bords de l’enfer et sa volonté d’exorciser ses péchés.
Convaincu toute sa vie de son génie musical, même lorsque démarre sa traversée du désert, à partir du scandale de la révélation de son mariage avec sa cousine de treize ans, il devient au fil des années de plus en plus violent et tyrannique, bourré de whisky et d’amphétamines et frappé par de terribles drames familiaux. Un chaos grandissant l’entoure, il est acculé par les huissiers et la police, ouragan de cette autodestruction à laquelle il était voué « depuis le ventre de sa mère ».

L’incroyable contrepoint de Jerry Lee Lewis dans le récit est son cousin germain  Jimmy Lee Swaggart, qui semble être son exact double inversé, musicien talentueux et premier télévangéliste d’une célébrité inouïe, lui aussi rattrapé par le scandale bien des années plus tard.

Great balls of fire n’est seulement un titre, c’est l’essence même de Jerry Lee Lewis.

«Je suis un fils de pute qui joue du piano, qui fait du bruit et qui tape du pied. Un salaud de fils de pute. Un mec bien.»

Après cette biographie romancée et survoltée de Jerry Lee Lewis, il faut lire le parcours magnifique de Johnny Cash sous la plume d’Arno Bertina, J’ai appris à ne pas rire du démon, et on sera frappé par la proximité des démons qui les habitent.

Un livre (éditions Allia, 2001, traduit de l’anglais par Jean-Marc Mandioso) découvert grâce à Julien Delorme, libraire d’un soir chez Charybde en Juin 2013 et on peut réécouter sa présentation et sa lecture électrisées ici. Pour acheter le livre chez Charybde, c’est .

 Hellfire

À propos de Charybde 7

Une lectrice, une libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :