☀︎
archives

Pouvoir de l’imagination

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Les échappées » (Lucie Taïeb)

Porté par les mots furtifs et post-exotiques d’une radio clandestine inimaginable, un chapitre décisif de l’histoire de la Grande Peur en Occident – et de comment la surmonter. x On porte en soi la mort comme un fruit qui mûrit, paraît-il, mais on ne veut pas, pour autant, qu’elle parvienne à maturité. On préfère qu’elle … Lire la suite

Note de lecture : « Buée » – Sur champ de sable II (Françoise Morvan)

Légendes et forêts, pierres du collège et du lavoir, une magie secrète transmute l’enfance en adolescence, en ne la laissant pas se perdre de vue. x Deuxième volume du monumental « Sur champ de sable » de Françoise Morvan, après « Assomption », également publié en 2019 aux éditions Mesures, « Buée » poursuit son exploration poétique d’une enfance et d’une … Lire la suite

Note de lecture : « La magie dans les villes » (Frédéric Fiolof)

Un extraordinaire et paradoxal réenchantement du quotidien par la plume de l’imagination. x Publié en août 2016 chez Quidam éditeur, le premier texte long de Frédéric Fiolof, dont je ne connaissais jusqu’ici que les excellentes interventions dans les trois premiers numéros de la revue « La moitié du fourbi » (1, 2 et 3), dont il est … Lire la suite

Note de lecture : « La grande eau » (Živko Čingo)

L’imagination enfantine débridée contre les hauts murs, réels et métaphoriques, de l’orphelinat totalitaire. x Publié en 1971, traduit en français par Maria Bejanovska, d’abord en 1980 à l’Âge d’Homme, puis en 2016  au Nouvel Attila, qui en propose une somptueuse édition illustrée par Giovanna Ranaldi, le premier roman du Macédonien (Yougoslave à l’époque) Živko Čingo … Lire la suite

Note de lecture : « Des enfers fabuleux » (Antoine Volodine)

Peut-être la plus complexe narration jamais entreprise par Volodine, pour un enchevêtrement onirique particulièrement gratifiant in fine. x RELECTURE Publié en 1988 en Présence du Futur chez Denoël (il sera le dernier, avant le « saut » chez Minuit, en littérature dite « générale » et hors de ce qu’il est (trop) convenu d’appeler le genre science-fiction), le quatrième … Lire la suite

Note de lecture : « Les absences du capitaine Cook » (Éric Chevillard)

Questionner inlassablement l’usage de la langue, sonder en profondeur les métaphores, autour d’un grand absent de ce roman, le navigateur et explorateur James Cook. x Publié en 2001 chez Minuit, le dixième roman d’Éric Chevillard poursuivait le formidable travail de questionnement rieur de l’usage de la langue qu’illustraient déjà auparavant, dans des registres voisins mais … Lire la suite