☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Le soufre et le moisi – La droite littéraire après 1945 » (François Dufay)

Chardonne, Morand et les hussards, cynisme et réhabilitation morale.

x

Le_soufre_et_le_moisi_la_droite_litteraire_apres_1945

Dans cet essai de 2006 publié chez Perrin, s’appuyant notamment sur un épluchage minutieux de correspondances, dont beaucoup inédites ou publiées depuis peu, François Dufay ne dressait pas tant le portrait de la « droite littéraire après 1945 » (comme l’indique de façon un peu trop ambitieuse le sous-titre), mais plutôt – comme l’avoue plus modestement le deuxième sous-titre – celui des stratégies, manœuvres et collusions diverses tentées ou mises en œuvre par Jacques Chardonne et Paul Morand pour « survivre » ou raviver leur statut littéraire lourdement flétri à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale et des faits de collaboration qui leur furent reprochés.

La manière dont les passions et les intérêts de ces deux gloires ternies et ceux des tout jeunes « hussards » (au premier rang desquels Roger Nimier) s’allièrent dans les années 50, puis au-delà, pour, tout en luttant contre la gauche littéraire, exister à nouveau, constitue un récit plutôt passionnant.

Tout aussi passionnante est la démonstration que la revendication du style, de l’esprit et de la qualité d’écriture, à l’exclusion de tout « engagement », est bien loin d’être toujours innocente (bien que position souvent adoptée au nom d’un indéniable « snobisme littéraire »), et que cette mécanique fut utilisée de manière souvent cynique pour parvenir à la partielle « réhabilitation » recherchée. Passionnant aussi, à sa manière, le recensement (loin d’être exhaustif toutefois) des innombrables bassesses, vacheries et piques dont ces esprits acérés étaient tout sauf avares, y compris à l’égard de leurs soutiens (notamment au sein de l’abondante correspondance entre Chardonne et Morand jusqu’au décès du premier en 1968).

Une page fort intéressante d’histoire littéraire, et un rappel salutaire, malgré tout, sur ce que le statut de l’écrivain a pu signifier, ou peut signifier encore – et sur, souvent, le manque d’innocence des revendications de « neutralité politique » en littérature.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :