☀︎
archives

Littérature américaine

Ce tag est associé à 84 articles

Note de lecture : « Le sot de l’ange – Un chaleureux conte de Noël et d’épouvante » (Christopher Moore)

Retour à Pine Cove pour une nouvelle farce épique et débridée sur la côte californienne de Big Sur. x L’esprit de Noël s’immisça dans Pine Cove. Sournoisement. Comme un truc pitoyable. Sous la forme de guirlandes ou de rubans que l’on accroche à pendouiller, de cloches de traîneau, de lait de poule qui passe par-dessus … Lire la suite

Note de lecture : « L’intuitionniste » (Colson Whitehead)

Une industrie imaginaire des ascenseurs, en 1930, en métaphore noire et joueuse d’une course au progrès et à l’argent à la relation non résolue. x L’ascenseur est neuf, il vient d’être installé, il ne devrait pas dégringoler à cette vitesse. Une ville qui pourrait aisément être New York, disons quelque part dans les années 1930 … Lire la suite

Note de lecture : « Contrenarrations » (John Keene)

Nouvelles et novellas folles et rusées pour baliser la condition de l’Afro-Américain à travers les siècles. x C’est plus rapide, t’a une fois prévenu quelqu’un, quand on se laisse aller. Ici, dans la salle à manger étouffante, tu ne reconnais personne, pas une seule. Ta mère a soupé à son heure habituelle et est déjà … Lire la suite

Note de lecture : « Les fantômes du vieux pays » (Nathan Hill)

Une fresque baroque et foisonnante pour relier l’Amérique de 1968 à celle d’aujourd’hui, en addiction terminale et maladive. x Si Samuel avait su que sa mère allait partir, peut-être aurait-il fait plus attention. Peut-être l’aurait-il davantage écoutée, observée, aurait-il consigné certaines choses essentielles. Peut-être aurait-il agi autrement, parlé autrement, été une autre personne. Peut-être aurait-il … Lire la suite

Note de lecture : « Landfall » (Ellen Urbani)

Le choc de Katrina comme amplificateur de désarroi et bizarre révélateur pour des vies fragiles et dures. x Pendant près de dix-neuf ans, Rose vécut avec une femme qu’elle connaissait à peine. Elles s’acquittaient de toutes les tâches parallèles qu’on peut attendre d’une vie partagée : Rose faisait la lessive en utilisant le détergent acheté … Lire la suite

Note de lecture : « Les sables de l’Amargosa » (Claire Vaye Watkins)

L’affrontement généralisé des storytellings politiques, sociaux et intimes, déguisé en bizarre fable post-apocalyptique et écologique. x Elle n’aurait pas dû faire entrer le chien de prairie dans la bibliothèque. Luz Dunn le savait à présent, mais c’était la première bestiole vivante qu’elle voyait depuis longtemps et son apparition l’avait déstabilisée. Elle s’était réveillée un peu … Lire la suite

Note de lecture : « Le Joyeux Anniversaire de la mort » (Gregory Corso)

Quinze poèmes saisissants du plus énigmatique des grands auteurs de la beat generation. x Si le beau travail des confidentielles éditions Derrière la salle de bains et de la traductrice Laure Nuguyen-Huynh nous donnait, avec le petit diptyque « J’ai tenu un manuscrit de Shelley » / « Rembrandt autoportrait », un magnifique aperçu de la poésie de Gregory … Lire la suite

Note de lecture : « Vulnérables » (Richard Krawiec)

Un cambriolage sordide en révélateur des maux terminaux d’une certaine Amérique. Décapant. x C’est arrivé le mercredi des Cendres. Ma mère déjeunait chez elle, comme d’habitude, et, comme d’était devenu l’habitude, quand le téléphone a sonné elle a décroché et son « Allô » n’a rencontré que le bruit d’un combiné qu’on raccroche. Elle savait ce que … Lire la suite

Note de lecture : « 2312 » (Kim Stanley Robinson)

Intenses et riches spéculations sur une socio-politique du système solaire, après l’échec climatique, la révolution martienne et l’accelerando. Réinvention de l’amour à l’âge transhumain, en prime. Grand. x RELECTURE (PREMIÈRE LECTURE EN VERSION ORIGINALE AMÉRICAINE) Celles et ceux parmi vous qui suivent ce blog un peu régulièrement savent sans doute que Kim Stanley Robinson compte parmi mes … Lire la suite

Note de lecture : « Gangraine » (Elizabeth Stromme)

Un bon polar précurseur sur l’appropriation du vivant par l’agro-business et le pharma-business, dès 1991. x Je pris mon élan et y allai à fond. Je lui balançai un coup de pied vicieux, expurgeant tout ce que je me trimbalais sur le coeur depuis trois mois. C’est à peine si la voiture, en admettant qu’on … Lire la suite