☀︎
archives

Symbolisme

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Le Monde terrible » (Alexandre Blok)

De larges extraits richement commentés de la grande « Trilogie lyrique » (1900-1916) x Une vieille voyante, sur son seuil, Interrogeait le passé révolu. Et soudain, au-dessus de la foule, Une fenêtre s’ouvrit en tintant. Les cartes bruissaient une à une. La porte était sombre et noire. Et les gens harcelaient, frénétiques : Que va-t-il arriver – … Lire la suite

Note de lecture : « La tourmente » (Vladimir Sorokine)

Hilarante, parodique et grinçante, l’urgence médicale bravant la tempête de neige, au rythme de 50 chevaux pas plus gros que des perdrix. x Platon Ilitch s’approcha du poêle : « Je dois impérativement être à Dolgoïé aujourd’hui. Il y a une épidémie. Impérativement ! – Une épidémie… De ses gros doigts calleux aux ongles sales, le … Lire la suite

Note de lecture : « Des nombres et des lettres » (Vélimir Khlebnikov)

Un passionnant regard en coupe sur l’œuvre d’un poète mathématicien, linguiste et historien. x C’est le texte consacré par Vassili Golovanov au poète, linguiste et mathématicien Vélimir Khlebnikov (l’un des six de son si beau « Espace et labyrinthes ») qui m’a donné envie de me précipiter séance tenante sur cet auteur, sans avoir la patience d’attendre … Lire la suite

Note de lecture : « La marraine du sel » (Maurice Fourré)

Drames de l’amour ou sorcellerie dans le bocage ? Un poétique et indécidable roman de 1955. x C’est en 1955 que paraît chez Gallimard ce deuxième roman de Maurice Fourré, romancier-poète ayant « débuté » cinq ans plus tôt, à soixante-quatorze ans, avec le soutien de Julien Gracq, d’André Breton et de Michel Butor (excusez du peu). … Lire la suite

Note de lecture : « Préférences » (Julien Gracq)

En deux essais généraux et onze approches d’auteurs, Gracq nous montre déjà, en 1961, comment la lecture nourrit son écriture. x Publié en 1961 chez José Corti, ce recueil rassemble l’essentiel de la production critique de Julien Gracq jusqu’à cette date, incluant le célèbre pamphlet « La littérature à l’estomac », déjà chroniqué ici pour sa parution … Lire la suite

Note de lecture : « Bruges-la-Morte » (Georges Rodenbach)

La femme aimée et la ville, toutes deux défuntes, unies en un symbolisme extrême et curieusement émouvant. x Publié en 1892, le roman le plus célèbre du poète symboliste belge Georges Rodenbach demeure encore aujourd’hui une étoile mystérieuse de la littérature. Très court (on parlerait sans doute aujourd’hui plutôt de novella), il offre à la … Lire la suite