☀︎
archives

Surréalisme de proximité

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Une bouche sans personne » (Gilles Marchand)

Toutes les ressources de la tendresse et de la fantaisie absurde pour le dévoilement d’un secret trop lourd. x J’ai un poème et une cicatrice. De ma lèvre inférieure jusqu’au tréfonds de ma chemise, il y a cette empreinte de l’histoire, cette marque indélébile que je m’efforce de recouvrir de mon écharpe afin d’en épargner … Lire la suite

Note de lecture bis : « Le désordre Azerty » (Éric Chevillard)

L’île enchantée d’Éric Chevillard. x RENTRÉE «Le monde littéraire entre en ébullition des le début de l’été. Combien va-t-on publier de romans à la rentrée ? Passionnante énigme, il est vrai, car sitôt la réponse connue, une rapide soustraction permettra de chiffrer précisément l’augmentation par rapport à l’année précédente. L’information met en émoi les rédactions … Lire la suite

Note de lecture : « Scalps » (Éric Chevillard)

Sept nouvelles, comme autant de trophées arrachées au réel. x Paru en 2004 aux éditions Fata Morgana, ces courts récits sont comme sept combats de ce dompteur de mots qu’est Éric Chevillard, qui «consignent les réactions épidermiques d’un sujet aux prises avec l’angoisse, laquelle s’incarne en des personnages suffisants ou bornés dont l’aplomb le renvoie sans cesse à ses propres … Lire la suite

Note de lecture : « Péloponnèse » (Éric Chevillard)

L’ivresse langagière d’Éric Chevillard. x Dans ce livre court, bel objet paru en 2013 aux éditions Fata Morgana, illustré par des dessins du peintre Jan Voss, Éric Chevillard s’insurge contre les évidences de la vie présentées comme des scandales : marcher sur nos deux pieds, avoir le ciel au dessus de nos têtes, devoir se … Lire la suite

Note de lecture : « Le désordre azerty » (Éric Chevillard)

Vingt-six mots décortiqués, reconstruits, rendus à leur véritable sens et à leur véritable absurdité, en suivant le clavier de l’ordinateur. L’intelligence et la joie. Publié en janvier 2014 chez Minuit, ce nouveau texte d’Éric Chevillard (le 29ème, auquel il faut ajouter les six « Autofictifs » déjà parus) poursuit ce travail permanent de sa part, jouant avec … Lire la suite