☀︎
archives

Samuel Beckett

Ce tag est associé à 15 articles

Note de lecture : « Pedro Mayr » (Jérôme Orsoni)

L’auteur fictif en interlocuteur central d’une intime quête prométhéenne, pour un impressionnant miroir labyrinthique. x Publié en mai 2016 chez Actes Sud, le premier roman de Jérôme Orsoni, après son recueil de nouvelles « Des monstres littéraires » en 2015 et plusieurs essais traitant principalement de musique, nous propose une saisissante relecture, réécriture et envolée belle du … Lire la suite

Note de lecture : « Scalps » (Éric Chevillard)

Sept nouvelles, comme autant de trophées arrachées au réel. x Paru en 2004 aux éditions Fata Morgana, ces courts récits sont comme sept combats de ce dompteur de mots qu’est Éric Chevillard, qui «consignent les réactions épidermiques d’un sujet aux prises avec l’angoisse, laquelle s’incarne en des personnages suffisants ou bornés dont l’aplomb le renvoie sans cesse à ses propres … Lire la suite

Note de lecture : « Pas Liev » (Philippe Annocque)

 Le troublant brouillard des mots et de la folie. x Liev se rend au village de Kosko, pour y prendre un emploi de précepteur. D’emblée tout est étrange, bizarrement opaque : l’accueil de Liev, l’absence d’enfants, les conversations. Le rapport de Liev au monde est étonnant, est-ce parce qu’il est étranger, ou dominé par une introversion … Lire la suite

Note de lecture : « Une impossibilité » (Laird Hunt)

Un exceptionnel roman noir beckettien, où tout est dans le non-dit, le tabou transgressé et le prix à payer, toujours. x Publié en 2001, traduit en français en 2005 par Christophe Marchand-Kiss chez Actes Sud, le premier roman de Laird Hunt réussit d’emblée l’un de ces miracles littéraires qui laissent le lecteur pantois. Il développe … Lire la suite

Note de lecture : « L’effrayable » (Andréas Becker)

Inventer la véritable langue d’une société du viol ordinaire, en un texte extraordinaire. x Publié en août 2012 aux éditions de La Différence, le premier roman de l’Allemand Andréas Becker, vivant en France depuis 1991, fait certainement partie de ce petit ensemble de textes, relativement rares, majeurs, dans lesquels la langue, malaxée sans pitié, avec … Lire la suite