☀︎
archives

Saint-Nazaire

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Intervalles de Loire » (Michel Jullien)

Vingt-six jours en barque sur la Loire pour des découvertes poétiques et physiques insoupçonnables. x Nous disposions d’un an pour tenir parole ou l’enterrer. La sotte idée revint parfois au détour d’un dîner, plus molle que dans le jardin nivernais, elle reprit corps vers Noël quand les trois cinquantenaires répondirent à une annonce du Bon … Lire la suite

Note de lecture : « Alvéoles Ouest » (Florence Jou)

Trois cales sèches bruissantes de vie et de poésie pour dire sans fard l’histoire sociale et industrielle d’une grande ville portuaire. x « Architecture datant des années 1860, le Grand Café a d’abord été un lieu de restauration et de convivialité. Central, l’édifice se déploie sur deux étages. Après avoir ensuite connu diverses utilisations, il est … Lire la suite

Note de lecture : « Double fond » (Elsa Osorio)

Quarante ans après, l’ombre vivace et noire des vols de la mort argentins. x Ce sont des pêcheurs qui l’ont trouvée, à La Turballe. Dans sa robe à fleurs, le visage serein, le corps bien conservé. Il n’y avait pas longtemps qu’elle était morte, a dit le médecin légiste. Maintenant que j’ai pu mener l’enquête … Lire la suite

Note de lecture : « Taba-Taba » (Patrick Deville)

L’exode de 1940 comme point d’ancrage d’une histoire familiale et comme creuset d’une collection de traces de la France dans le monde. Émouvant et méticuleusement grandiose. x Cela fait plusieurs années que je me délecte de la manière bien particulière qu’a Patrick Deville, en choisissant en apparence une région précise ancrée sur un personnage ou … Lire la suite

Note de lecture : « Liberté grande » (Julien Gracq)

Le magique recueil de poèmes en prose de Julien Gracq. x Après « Au château d’Argol » (1939) et « Un beau ténébreux » (1945), c’est en 1946 que Julien Gracq concrétise son excursion avouée dans la poésie (en prose) avec cette publication (toujours chez José Corti) de textes mêlant des inédits à certains déjà parus en revue depuis … Lire la suite

Note de lecture : « Le triangle d’hiver » (Julia Deck)

Mademoiselle ne tourne pas rond. x Plutôt que de vivre une existence banale, Mademoiselle a choisi de se renommer Bérénice Beaurivage, comme une romancière dans un film d’Éric Rohmer, et de se détacher d’une routine sans issue, boulots précaires, bas salaires et petits chefs tyranniques. Elle a quitté son dernier poste chez Darty après avoir … Lire la suite