☀︎
archives

Russell Hoban

Ce tag est associé à 17 articles

Note de lecture : « L’Évangile selon Myriam » (Ketty Steward)

Fable à tiroirs et melting pot décisif de mythologies et de croyances réputées indispensables à la survie du peuple religieux, un redoutable roman d’humour sérieux pour écouter différemment les récits prétendant structurer nos visions du monde. x Confinés dans les interstices laissés libres par la puissante Babylone, les membres de l’Église des Derniers Temps (qui, … Lire la suite

Note de lecture : « Par instants, le sol penche bizarrement » (Nicolas Richard)

Les carnets d’un traducteur éclectique en diable : une ode à l’art étrange du changement de langue, et à la littérature tous azimuts, tout simplement. x « Ah, vous traduisez des livres ? Vous faites comment ? Mot à mot ? » Quand je dis que je suis traducteur, cette question m’est régulièrement posée et chaque fois … Lire la suite

Note de lecture : « Le créateur de poupées » (Nina Allan)

Travaillée par une densité surnaturelle, avec ses coutures devenant invisibles, la fable contemporaine extrême et tendre des préjugés délétères sous toutes leurs formes. x Mon père ne voulait pas que je l’aie, mais il finit par céder. Ma mère réussit à le persuader que sa réaction était exagérée. Un soir, longtemps après que je fus … Lire la suite

Note de lecture : « Agrapha » (luvan)

En immersion dans un mystérieux manuscrit ancien évoquant une communauté de femmes vers l’an 1000, un extraordinaire détour poétique et politique par le passé pour mieux essayer de libérer l’avenir. Une écriture acérée, somptueuse et malicieuse, une conception graphique rare et particulièrement rusée. x au commencementÀ l’origine de ce travail de recherche et d’édition, une … Lire la suite

Note de lecture : « Brûlées » (Ariadna Castellarnau)

L’étrange et rugueuse poésie des lendemains de décisions collectives désespérées. x La nuit vient et Rita et l’homme m’ont toujours pas décidé qui des deux mangera la dernière pêche au sirop. C’est une décision importante, non seulement car c’est la dernière, mais aussi parce qu’ils ont également convenu qu’une fois la boîte terminée ils se … Lire la suite

Note de lecture : « La Ritournelle » (Perrine Le Querrec)

Deviner le langage d’une obsession, extraire la beauté d’un dysfonctionnement, saisir la genèse d’un art brut de l’entassement. x Dans la chambre parentale le jour entre de nouveau, c’est une expérience nouvelle à laquelle ni Georgia ni Eugen n’étaient suffisamment préparés. Ils restent dans cette clarté plusieurs jours soudés l’un à l’autre visage tourné vers … Lire la suite

Note de lecture : « Remington » (Christophe Ségas)

Cinq formidables récits tapés à la même machine à écrire par un bien curieux concours de circonstances – d’une superbe fiabilité douteuse à l’ère du Reset x L’an dernier, tandis que nous campions depuis trois jours près de Trois-culs-aux-cèpes, village que nous croyions abandonné, nous aperçûmes une silhouette glisser entre les murs pour nous épier. … Lire la suite

Note de lecture : « La Voix du feu » (Alan Moore)

Douze tranches saisissantes de la ville de Northampton à travers les âges, en une somptueuse et glaçante réécriture signifiante de l’Histoire. x Alan Moore est avant tout connu comme l’un des scénaristes ayant largement révolutionné les comics (avec, entre autres, « V pour Vendetta » en 1982-1985, « Watchmen » en 1986-1987 et « From Hell » en 1989-1996 – il ne … Lire la suite

Note de lecture : « Station Eleven » (Emily St. John Mandel)

Avec ou sans catastrophe, le sens d’une vie reste ce qui se dérobe. Une magnifique subversion du genre post-apocalyptique. x Comment miner de l’intérieur le roman post-apocalyptique pour y constituer une forme de niche écologique littéraire résolument autre – ou plutôt, peut-être, comment détourner le centre de gravité apparent de ce genre bien particulier pour … Lire la suite

Note de lecture : « Vongozero » (Yana Vagner)

Sur les routes enneigées de la Russie du Nord, pour échapper à un fléau sanitaire et à la folie humaine qui l’accompagne sans doute. x Publié en 2011, traduit en français en 2014 aux éditions Mirobole par Raphaëlle Pache, le premier roman de la Russe Yana Vagner aurait pu se contenter d’être une n-ième variation … Lire la suite