☀︎
archives

Roman noir

Ce tag est associé à 115 articles

Note de lecture : « Capitaine Vertu » (Lucie Taïeb)

Lorsque la justice est devenue à son corps défendant l’auxiliaire d’un ordre idéologique qui ne dit même plus son nom, que peut devenir la vertu incarnée par ses serviteurs les plus dévoués ? Un roman poétique somptueux qui porte dans la douceur le fer de la question là où il peut faire le plus mal. … Lire la suite

Note de lecture : « La République des faibles » (Gwenaël Bulteau)

Superbement conduite et joliment surprenante, la chasse policière à un tueur d’enfants, dans un Lyon populaire de 1898 hanté par une poussée bourgeoise revancharde et antisémite qui ne s’arrêtera pas là. x Pierre Demange se réveilla dans son lit bien avant l’aube de ce premier jour de l’an 1898. Comme chaque nuit, il avait rêvé … Lire la suite

Note de lecture : « Jeannette et le crocodile » (Séverine Chevalier)

À bas bruit et à basse fureur, le choc sourd entre les espérances intimes et les chaos socio-politiques, dans la trace d’une fillette n’ayant pas pu voir le crocodile dont elle rêvait. x Il vaudrait mieux que dans la tête la salle de stockage soit accessible vingt-quatre heures sur vingt-quatre et correctement rangée. On saisirait … Lire la suite

Note de lecture : « Mycélium » (Fabrice Jambois)

D’une écriture percutante et incisive, naviguant à merveille entre réalisme technique et horreur scientifique, un premier polar qui porte un fer vigoureux parmi les fantasmes d’extrême-droite et parmi quelques autres démons. x Tous ces gens n’étaient clairement pas des partisans du vivre-ensemble. Des pans entiers de la nébuleuse d’extrême-droite se radicalisaient, quelque chose se détraquait … Lire la suite

Note de lecture : « Hôtel des actes irrévocables » (Carl Watson)

Qui raconte la société psychopathe, et comment ? La dèche et le crime revisités avec brio et malice pour les rendre aux enjeux propres du langage et de la narration. x Je me souviens surtout du son mat du pied de lampe quand il a heurté la tête de Hopper. Ses yeux sont devenus verts … Lire la suite

Note de lecture : « Les derniers jours des fauves » (Jérôme Leroy)

Au bord du gouffre, lorsque les grands monstres continuent largement à se vautrer dans la cupidité et le cynisme. Un régal d’humour noir, d’empathie et de pénétration politique. x Nathalie Séchard, cheffe des armées, grande maîtresse de l’ordre national de la Légion d’honneur, grande maîtresse de l’ordre national du Mérite, co-princesse d’Andorre, première et unique … Lire la suite

Note de lecture : « Leur âme au diable » (Marin Ledun)

Le clinique roman noir de la guerre marketing et financière occulte conduite par les cigarettiers en Europe et ailleurs. Un thriller confondant de violence et de cynisme au plus haut niveau. x Tout est détaillé dans le rapport de police que Nora a sous les yeux : les balles de 9 mm dans le crâne … Lire la suite

Note de lecture : « Appartement 816 » (Olivier Bordaçarre)

Dans le filet serré de la sécurité sanitaire et sociale, le huis clos ravageur, conté à même les murs, d’une famille presque ordinaire. Un tour de force justement terrifiant. x Vérification faite sur le calendrier : on va bientôt entamer le sixième mois d’Isolement Général Total (un IGT qui a succédé à six mois d’IGSP … Lire la suite

Note de lecture : « Mort en pleine mer et autres enquêtes » – Montalbano 27 (Andrea Camilleri)

Huit nouvelles particulièrement savoureuses issues de la jeunesse de notre commissaire sicilien préféré. x Ils étaient assis sur la véranda, à parler de choses et d’autres, quand Livia, soudain, sortit une phrase qui surprit Montalbano. – Quand tu seras vieux, tu te comporteras pire qu’un chat routinier, dit-elle. – Pourquoi ? demanda le commissaire, éberlué. … Lire la suite

Note de lecture : « Mira Ceti » (Sébastien Doubinsky)

Ex-peintre et néo-marin, un étonnant voyageur contemporain, entre Ulysse et Orphée, distille pour nous la poésie inattendue d’une traversée qui ne sera jamais ce qu’elle paraissait d’abord. x Il faisait une chaleur incroyable en ce début d’après-midi et mes galoches de matelot de seconde zone martelaient l’asphalte comme une plaque de métal chauffée à blanc. … Lire la suite