☀︎
archives

Réfugiés

Ce tag est associé à 39 articles

Note de lecture : « Ceux qui vont par les étranges terres les étranges aventures quérant » (Claude Favre)

Une langue poétique rare et de plus en plus affûtée pour réinventer la fuite et le refuge, et la route imposée face aux forteresses impavides. x N’imagine les disparus, errants, perdus, les poursuivis, les contrôlés, aimant, les ombres et les enfants de Deligny. Ceux du bord, boue de l’eau. Les vagabonds, aimant. Déserteurs de clans. … Lire la suite

Note de lecture : « Le trio bleu » (Ken Bugul)

Cocktail rare de rage et d’apaisement, de pamphlet et de poésie, un surprenant roman systémique, alerte et irrévérencieux, de la relation mortifère contemporaine entre Afrique et Europe. x C’est le matin. Dans une pièce baignée de pénombre, un homme se réveille. Il sort du lit, se dirige vers la fenêtre fermée et l’ouvre. Il regarde … Lire la suite

Note de lecture : « Nos corps pirogues » (Marie Cosnay)

Une bouffée de lucidité solaire et combative dans l’enfer français, pavé ou non de bonnes intentions, des mineurs étrangers isolés. x Je vis à la frontière basque, entre l’Espagne et la France. Au printemps 2021, la frontière est fermée, que franchissent malgré tout les personnes d’Afrique de l’Ouest quittant les îles Canaries. Si, depuis 2017, … Lire la suite

Note de lecture : « Mycélium » (Fabrice Jambois)

D’une écriture percutante et incisive, naviguant à merveille entre réalisme technique et horreur scientifique, un premier polar qui porte un fer vigoureux parmi les fantasmes d’extrême-droite et parmi quelques autres démons. x Tous ces gens n’étaient clairement pas des partisans du vivre-ensemble. Des pans entiers de la nébuleuse d’extrême-droite se radicalisaient, quelque chose se détraquait … Lire la suite

Note de lecture : « Ibrahim Qashoush » (Maxime Actis)

À travers la figure d’un chanteur militant improvisé, et de la foule de voix qui l’accompagnent, une impressionnante mosaïque de l’horreur chaotique de la guerre civile syrienne – et un rappel salutaire de ce qui crée les réfugiés. x D’après les informations recueillies, un corps est traîné au sol et des hommes le tirent jusqu’aux … Lire la suite

Note de lecture : « Le déportement » (Alexis Nouss)

L’audacieuse analyse d’un effet de seuil bien particulier, celui liant intimement la traduction et la migration. Un essai conceptuel passionnant pour une réflexion vitale sur le refuge physique et intellectuel. x Professeur de littérature comparée à l’Université Aix-Marseille et déjà auteur d’un notable « Paul Celan – Les lieux d’un déplacement » (2010), Alexis Nuselovici (dit Nouss) … Lire la suite

Note de lecture : « Thecel » (Léo Henry)

À partir d’un bouillant hommage au merveilleux de la fantasy en tant que genre littéraire, concevoir une fulgurante fable politique résolument contemporaine. Encore un tour de force discret de Léo Henry. x Dans son tout premier souvenir, Moïra est couchée sur le dos et regarde, au-dessus d’elle, la fresque en mosaïque qui orne l’intérieur du … Lire la suite

Note de lecture : « C’est beau, la guerre » (Youssouf Amine Elalamy)

Fuir les bombes et la misère pour risquer sa vie sur les chemins liquides de l’exil, et espérer plus tard une réparation qui se dérobe : un puissant roman en forme d’épopée macabre, nimbée d’humour du désastre, pour nous confronter à ce que trop persistent à nier. x Dieu que c’est beau, la guerre vue … Lire la suite

Note de lecture bis : « Sidérer, considérer » (Marielle Macé)

Pour dépasser la sidération et retrouver et déployer la considération vis-à-vis des humains en fuite, réfugiés sous nos yeux, un petit texte de combat à la robustesse intelligente et pénétrante. Encore et toujours nécessaire. x Sur le quai d’Austerlitz, à Paris, s’est établi pendant quelques mois un camp de migrants et de réfugiés qui a … Lire la suite

Note de lecture : « Le phare, voyage immobile » (Paolo Rumiz)

Entre sentinelle et carrefour, un phare méditerranéen comme emblème intime d’une géopolitique évolutive et d’une humanité qui se cherche mal. x C’était ce qu’on appelle une nuit pourrie. Je gravissais le sentier à pic au-dessus de la mer, luttant contre les rafales, et dans l’obscurité il fallait poser les pieds avec circonspection. L’orage arrivait de … Lire la suite