☀︎
archives

Rabelais

Ce tag est associé à 18 articles

Note de lecture : « Le banquet annuel de la Confrérie des Fossoyeurs » (Mathias Énard)

Une formidable tranche d’anthropologie rabelaisienne et de métempsycose truculente, au cœur du Marais Poitevin, entre langue, politique, joie du récit et sens de la vie. x 11 décembre J’ai résolu d’appeler cet endroit la Pensée Sauvage, bien sûr. Je suis arrivé il y a deux heures. Je ne sais pas encore vraiment ce que je … Lire la suite

Note de lecture : « Le Théâtre des paroles » (Valère Novarina)

Neuf textes dits « théoriques » de Valère Novarina sur son théâtre et sur le théâtre, neuf étincelles d’intelligence littéraire et de souffle continu, neuf œuvres à part entière. x RELECTURE L’acteur n’exécute pas mais s’exécute, interprète pas mais se pénètre, raisonne pas mais fait tout son corps résonner. Construit pas son personnage mais s’décompose le corps … Lire la suite

Note de lecture : « La grande épaule portugaise » (Pierre Lafargue)

À dos de titan et à grandes enjambées rageuses, le pas fourmillant de la littérature. Un foisonnement malicieux d’une rare beauté, ne craignant ni les machines à coudre ni les querelles picrocholines, bien au contraire – et déjà un réjouissant monument. x Ils ont été écartés. Ce n’étaient que des flûtistes. Des alarmistes. Des balnéo-botulistes. … Lire la suite

Note de lecture : « Christian Prigent : trou(v)er sa langue » (Bénédicte Gorrillot & Fabrice Thumerel)

Accepter le défi joueur de Christian Prigent : les actes d’un colloque de Cerisy pas tout à fait comme les autres. x Publiés en 2017 chez Hermann, voici donc les actes du colloque de Cerisy consacré à Christian Prigent en 2014, avec le soutien notable de l’IMEC. Autant dire qu’avec ses 480 pages (hors bibliographie … Lire la suite

Note de lecture : « Le Dernier Amour du lieutenant Petrescu » (Vladimir Lortchenkov)

Une farce débridée et poétique de la mélancolie tchékiste et de la paranoïa marchandisée. x – Réponds, salopard, où t’as foutu le magnétophone ? Le petit homme basané en pantalon crasseux, dont la couleur n’était identifiable qu’à une inscription – « Green jeans » – au niveau de l’aine, poussa un gémissement plaintif. Quant au lieutenant Petrescu, … Lire la suite

Note de lecture bis : « Requiem des aberrations » (Yves Gourvil)

La farce truculente et tragique d’un terrain vague en radeau de la bienveillance. x L’amitié est-elle soluble dans la dèche, dans la difficulté et dans l’espoir déçu ? La fraternité est-elle encore un concept viable dans un monde contemporain aux arêtes toujours plus acérées ? La bienveillance garde-t-elle encore’hui un espoir de survie ? Sous … Lire la suite

Note de lecture : « L’Autre côté – Un roman fantastique » (Alfred Kubin)

Questionnable utopie onirique, monde perdu volontaire livré à l’absurde, fable démiurgique irréelle : un roman-culte datant de 1909. x Publié en 1909, le premier roman du peintre, graveur et illustrateur autrichien Alfred Kubin a été traduit en français par Robert Valençay chez Eric Losfeld en 1962, avant d’être réédité chez Jean-Jacques Pauvert, chez Marabout, chez … Lire la suite

Note de lecture : « Les enragées de Cornebourg » (Roger Rabiniaux)

Fureur érotique et guerre des sexes à Cornebourg : Une farce bouffonne d’une verve inégale. x Troisième roman de Roger Rabiniaux (1914-1986), publié en 1957 aux éditions Buchet-Chastel, ce récit par Lorius Averpin, garde-champêtre assermenté de Cornebourg-en-Bragance, de la guerre des sexes dans le village déclenchée par les charmes de la voluptueuse et généreuse Améla Jambechiche, … Lire la suite

Note de lecture : « Le courtier en tabac » (John Barth)

L’épopée torrentueuse et farceuse, ironique et violente, de la colonisation de l’Amérique du Nord. Par les petits bouts acérés de l’aubergine et de la poésie. x RELECTURE Publié en 1960 aux États-Unis, traduit en français par Claro, au Serpent à Plumes en 2002, puis réédité dans une version légèrement revue, chez Cambourakis en octobre 2015, … Lire la suite

Note de lecture : « Camp de gitans » (Vladimir Lortchenkov)

Une farce moldave totale qui englobe peut-être l’ensemble du contemporain. x Publié en 2010, à paraître en français le 4 septembre prochain aux éditions Mirobole dans une traduction de Raphaëlle Pache, ce nouveau roman du Moldave (vivant désormais à Montréal) Vladimir Lortchenkov s’affirme comme la redoutable suite (pouvant parfaitement se lire indépendamment) de l’hilarant et … Lire la suite