☀︎
archives

Post-soviétisme

Ce tag est associé à 13 articles

Note de lecture : « Adar » (Collectif)

La quintessence collective, naturelle ET enrichie, de Yirminadingrad. x L’un des plus beaux mystères de la création littéraire – et l’un de ceux que je préfère, en tout cas – est sans doute celui de la solidité des constructions imaginaires que nous proposent les grands inventeurs, de leur épaisseur et de leur authentique résilience aux … Lire la suite

Note de lecture : « La maison haute » (Anne Nivat)

Apparatchiks décrépits et nouveaux riches : la visite intime d’un gratte-ciel de Moscou après l’effondrement de l’Union Soviétique. x Quatrième livre de l’auteur publié en 2002 aux éditions Fayard, «La Maison haute» de la journaliste, écrivain et reporter de guerre Anne Nivat qui est surtout connue pour ses livres sur les guerres, en Tchétchénie, en Irak … Lire la suite

Note de lecture : « Les eaux glacées du Belomorkanal » (Anne Brunswic)

L’histoire contrastée et la trace actuelle du canal Baltique – Mer Blanche, exhumée depuis le terrain, en Carélie. x Publié en 2009 chez Actes Sud, l’avant-dernier en date des récits d’autobiographie et de voyage de la journaliste Anne Brunswic s’intéresse au mythique canal Baltique-Mer Blanche, creusé en 1931-1933 à travers la partie soviétique du plateau … Lire la suite

Note de lecture bis : « Des mille et une façons de quitter la Moldavie » (Vladimir Lortchenkov)

Les tribulations des moldaves cherchant la terre promise. x «Si j’avais été François Villon, j’aurais composé La Ballade des pendus. Comme je suis Vladimir Lortchenkov, j’ai écrit ce roman. Des mille et une façons de quitter la Moldavie.» x Les tentatives réitérées et désespérées des habitants de Moldavie qui cherchent à quitter ce pays frappé … Lire la suite

Note de lecture : « Milieu hostile » (Thierry Marignac)

Dessaignes, désespéré, retourne aux magouilles de l’Ukraine post-soviétique. x Publiée fin 2011 chez Baleine, la suite de « Renegade Boxing Club » permet au lecteur de retrouver le héros de Thierry Marignac, Dessaignes, ayant quitté New York pour revenir, par amour et par désespoir, courtiser son ancienne conquête, « l’Infirmière » dans une Crimée où les tensions russo-ukrainiennes sont … Lire la suite

Note de lecture : « La fin de l’homme rouge » (Svetlana Alexievitch)

Illusions et désenchantement : L’exil intérieur des Russes après la chute de l’Union Soviétique. x «Quand Gorbatchev est arrivé au pouvoir, nous étions tous fous de joie. On vivait dans des rêves, des illusions. On vidait nos cœurs dans nos cuisines. On voulait une nouvelle Russie… Au bout de vingt ans, on a enfin compris : … Lire la suite

Note de lecture : « Des mille et une façons de quitter la Moldavie » (Vladimir Lortchenkov)

Farce cruelle et résolument hilarante de l’émigration à tout prix hors de l’enfer moldave. x Écrit en 2006, publié en 2008 en russe, traduit en français en avril 2014 par Raphaëlle Pache pour Mirobole, ce roman du Moldave Vladimir Lortchenkov, journaliste et écrivain, très récemment émigré au Canada, conjugue à merveille la tradition de la … Lire la suite

Note de lecture : « Fox Mulder a une tête de cochon » (Andreï Guelassimov)

Les débuts de Guelassimov : cinq nouvelles d’un quotidien un rien désabusé, toutes en finesse et en concision. x x x Première publication en 2001 d’un auteur qui accèdera à la reconnaissance avec son roman «La soif» sur la guerre en Tchétchénie, le recueil « Fox Mulder a une tête de cochon » a été traduit en … Lire la suite

Note de lecture : « Homo Zapiens » (Viktor Pelevine)

La farce débridée, subtile et délirante, de l’accouplement de la publicité et du post-soviétisme. x Ce quatrième roman du « jeune prodige » et enfant terrible Viktor Pelevine, publié en 1999 (et traduit en français en 2001 au Seuil par Galia Ackerman et Pierre Lorrain), met en scène Tatarski, un docteur russe en littérature qui, … Lire la suite

Note de lecture : « La brèche » (Vladimir Makanine)

Superbe allégorie de la fin du monde soviétique, et des « hauteurs béantes » qui menacent aussi nos sociétés. x Publié artisanalement en russe en 1991, et dès cette époque en français chez Belfond (et réédité chez L’imaginaire de Gallimard en 2007 dans la traduction de Christine Zeytounian-Beloüs), ce court roman de Vladimir Makanine constitue sans doute … Lire la suite