☀︎
archives

Pierre Senges

Ce tag est associé à 20 articles

Note de lecture : « Le Domaine des Douves » (Benjamin Planchon)

Incarner un imaginaire de Jérôme Bosch dans un récit contemporain baroque, hirsute, horrifiant, hilarant et dangereusement poétique, aux marges signifiantes de l’irréel : un pari fou et pleinement réussi. x Je ne repense jamais à mon enfance. Je n’en rêve pas et ne ressens pas le besoin d’en parler. Ce n’est pas que je sois … Lire la suite

Note de lecture : « L’invention du cinéma » (Luc Chomarat)

Une hilarante trituration passionnée de l’histoire du cinéma, qui en découvre bien des vérités dans le montage de l’absurde, à l’envers lorsque nécessaire et dans la joie caustique en permanence. x On ne sait plus lequel des frères Lumière eut l’idée. En tout cas il en parla immédiatement à son frère. – On devrait inventer … Lire la suite

Note de lecture : « Flache d’Europe aimants garde-fous » (Patrick Beurard-Valdoye)

Entre l’Alsace, la Suisse et Chypre, une nouvelle exploration poétique redoutable de six siècles européens pour effriter en conscience l’actuelle tentation du recroquevillement face aux exils. x Publié en 2019 chez Flammarion Poésie, « Flache d’Europe aimants garde-fous » est la septième installation (et pour l’instant la dernière en date) au sein du monumental cycle des Exils … Lire la suite

Note de lecture : « Andrea de dos » (Michel Jullien)

La réjouissante plongée au cœur de la foule extravagante et ordinaire d’un pèlerinage religieux où il s’agit avant tout, pendant plusieurs jours, de ne pas lâcher LA CORDE. Une réjouissante et malicieuse fête du langage. x L’autobus avala la via dos Anjos en se raillant des freins, léonin d’acabit, s’appropriant les carrefours ; il suffit … Lire la suite

Note de lecture : « Lazare attend » (James Morrow)

Enfin la véritable histoire du Lazare biblique, de ses amies et de ses amis, à travers quelques siècles, de l’Église des premiers temps au New York bariolé de 1962. Un grand moment farceur et fou de vertige philosophique et historique. x Le vil et vindicatif Marullus, préfet de Judée, était résolu à nous détruire, les … Lire la suite

Note de lecture : « Avec Bas Jan Ader » (Thomas Giraud)

Lorsque la traversée en forme de performance artistique devient disparition et mystère symbolique, éclairant toute une vie brève d’un soleil spéculatif et singulier – grâce à une science spécifique et rare des interstices psycho-biographiques. x Tu étais seul, tu as toujours été seul. Ca n’a jamais été d’une solitude déprimée et déprimante mais ce fut … Lire la suite

Note de lecture : « Le banquet annuel de la Confrérie des Fossoyeurs » (Mathias Énard)

Une formidable tranche d’anthropologie rabelaisienne et de métempsycose truculente, au cœur du Marais Poitevin, entre langue, politique, joie du récit et sens de la vie. x 11 décembre J’ai résolu d’appeler cet endroit la Pensée Sauvage, bien sûr. Je suis arrivé il y a deux heures. Je ne sais pas encore vraiment ce que je … Lire la suite

Note de lecture : « Fungus – Le roi des Pyrénées » (Albert Sánchez Piñol)

Justice pour les Champignons ! De retour à ses amours du fantastique historique, Albert Sánchez Piñol force sans doute un poil sur la farce pour un résultat néanmoins très réjouissant. x En 1888, quand on voulait franchir cette muraille de sommets appelés les Pyrénées, on passait par une vallée étroite au centre de laquelle se … Lire la suite

Note de lecture : « Le Théâtre des paroles » (Valère Novarina)

Neuf textes dits « théoriques » de Valère Novarina sur son théâtre et sur le théâtre, neuf étincelles d’intelligence littéraire et de souffle continu, neuf œuvres à part entière. x RELECTURE L’acteur n’exécute pas mais s’exécute, interprète pas mais se pénètre, raisonne pas mais fait tout son corps résonner. Construit pas son personnage mais s’décompose le corps … Lire la suite

Note de lecture : « La littérature inquiète » (Benoît Vincent)

Tout ce qui se joue dans l’interstice prolifique entre lire et écrire. Un texte passionnant et essentiel. x Le nom propre est le nom de nom.L’économie du nom, on ne peut la faire. Faire le nom, dire le nom, c’est non seulement réciter sa leçon de choses, faire son herbier de fleurs, mais c’est surtout … Lire la suite