☀︎
archives

Philippe Annocque

Ce tag est associé à 30 articles

Les 25 lectures les plus marquantes pour Hugues en 2020

256 livres lus ou relus en 2020, soit 57 de plus qu’en 2019 (+ 30 %) : on sent bien que deux confinements de plusieurs semaines sont passés par là… Parmi ceux-ci : – 16 relectures et 240 découvertes, – 51 essais et 205 fictions (ou assimilées), – 181 écritures en français et 75 traduites … Lire la suite

Note de lecture : « Catastrophes » (Pierre Barrault)

De secrets fragments quantiques pour prétendre, en beauté, évoquer l’absurde et ce faisant, en poésie, dévoiler le réel. x Depuis son « Tardigrade » de 2016, qui affectait de nous entretenir d’un minuscule animalcule, le plus résistant qui soit, Pierre Barrault nous propose de fort rusées constructions qui dissimulent leur dense tissu métaphorique sous l’apparence d’un voyage … Lire la suite

Note de lecture : « L’aide à l’emploi » (Pierre Barrault)

Vingt recettes pour constituer le roman alerte et fou, faussement absurde et joliment cruel, de la course à l’employabilité. x Je grimpe à bord du bus n°84 et demande au conducteur s’il s’arrête bien à la station Félix Lemoine. Le conducteur me répond que non, il ne va pas dans cette direction. Je le remercie … Lire la suite

Note de lecture : « L’arrachée belle » (Lou Darsan)

Chanter un nomadisme poétique cavalier pour échapper à l’aliénation rampante et à ses nombreux azimuts : la beauté efficace d’une arrachée indispensable. x Dans la baignoire fermée, l’eau coule, pas plus haut que ses jambes étendues. Elle ne sait pas ce qu’elle écrirait si elle voulait évoquer l’eau, les mollets, la peau nue, le triangle … Lire la suite

Note de lecture bis : « Les saisons » (Maurice Pons)

La fable culte de la soumission librement consentie, l’humour grinçant de l’absurde quotidien, la joie sombre de la poésie inattendue et déchaînée. x RELECTURE Il arriva par le sentier de la cluse, vers le seizième mois de l’automne, qu’on appelait là-bas : la saison pourrie. C’est Louana qui l’aperçut la première, et plus tard, lorsque … Lire la suite

Note de lecture : « Blockhaus » (Mathieu Larnaudie)

Retrouver la possibilité du lien social et de la parole politique au cœur du béton de l’Histoire réputée achevée. Une fabuleuse parabole contemporaine, pas du tout hors saison. x En traînant ma valise, dont les roulettes sur le goudron humide me paraissaient commettre un vacarme du diable propre à déranger les riverains engourdis dans le … Lire la suite

Note de lecture : « Un titre simple » (Arno Calleja)

« Je vais faire un poème qui tombe » : une malicieuse déclaration d’amour au langage qui invoque, crée, fait trembler et ravit. Sans adoucissants et en toute beauté cruelle et rêveuse. x Je vais faire un poème qui tombe. Au début il tient. C’est à la fin qu’il tombe. C’est normal. Au début le poème il … Lire la suite

Note de lecture : « Discernement » (Guillaume Contré)

Un rusé dispositif d’exploration des frontières et des seuils, déguisé en promenade vespérale anodine et pleine de doutes. x Que s’était-il passé ? L’heure était étrange : lorsque la nuit n’est pas jour et que le jour n’est pas nuit. Une lumière diffuse régnait, on n’aurait pas su dire si électrique ou naturelle, comme répandue … Lire la suite

25 premiers aperçus de la rentrée (septembre 2018)

RAPPEL DÉSORMAIS LARGEMENT RITUEL : celles et ceux qui suivent ce blog et / ou qui connaissent la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris) savent que nous n’attachons pas a priori une importance déterminante à la notion de nouveauté au sens usuel du terme (pour nous comme heureusement pour beaucoup d’autres, une nouveauté … Lire la suite

Note de lecture : « Omniscience » (André Ourednik)

Une belle fiction métaphorique d’un futur possible des océans de données et des enjeux de leur exploration. x L’Omniscience s’infiltrait quand même un peu par la jointure du scaphandre, il la sentait, la coquine. Ça lui coulait sur la nuque. Renvoyait des flashs de sa sœur assise dans une chambre blanche, ses yeux noir vert … Lire la suite