☀︎
archives

Paradoxes

Ce tag est associé à 33 articles

Note de lecture : « Demi-ciel » (Joël Casséus)

Terrible et magnifique poésie matérielle de l’écrasement, créant du mythe brutal au pied du mur séparant de nous ceux qui endurent le pire ou presque pour notre confort et nos profits. x La terre regorgeait de minerais. Des hommes aux visages pareils aux bêtes délogèrent les indigènes avec fer et feu. Ces derniers s’installèrent dans … Lire la suite

Note de lecture : « Please » (Derek Munn)

La poésie songeuse, malicieuse et humblement combative d’un maître des feux secrets de la prose romanesque et de l’exégèse artistique. x x on revient à la ligne rassemble en troupeau de vulnérables mots pour imaginer un courage conjurer les menaces moqueuses d’un désert blanc d’une nuit de tempête quand le loup rôde x Les textes … Lire la suite

Note de lecture : « Promenades accompagné (minuties) » (Olivier Hervy)

Une treizième occasion de se plonger dans le travail discret – et minutieux, bien entendu – d’un rare spécialiste de la narration ultra-courte issue de l’aphorisme malaxé et détourné. x Note préambulaire de l’auteur Note est trop général ! Aphorisme désigne un fragment indépendant ! Greguería est déjà pris ! Après quelques livres, il est … Lire la suite

Note de lecture : « Nuits silencieuses » (Till Lindemann)

La poésie troublante, brutale, sensuelle et paradoxale, du chanteur et parolier de Rammstein x SENS Oyez braves gens contemplez ma vie paraît compliquée voler et mentir duper et trahir cependant dès demain très tôt levé des trésors vers le Sud j’emporterai Till Lindemann est certainement connu d’abord et avant tout comme le principal chanteur et … Lire la suite

Note de lecture : « Le chien a des choses à dire » (Jean-Marc Agrati)

Enfin de retour, « Le chien a des choses à dire » est toujours aussi affreusement et délicieusement mordant, dix-sept ans après sa première publication. Alerte sauvage dans la pop culture et dans les cages d’escalier, sang, stupre et bière pas seulement au lycée, mais dans tout le sens de la vie. Phénomène retors et poétique en … Lire la suite

Note de lecture : « Betty » (Tiffany McDaniel)

L’enfance et l’adolescence d’une « Petite Indienne », la mère de l’autrice, dans l’Ohio rural et raciste des années 1960. Âpre et beau. x Betty, la narratrice, est la « Petite Indienne » : sixième parmi huit enfants, sa mère est caucasienne et son père cherokee, dans une Amérique des années 1960 où tout ce qui n’est « pas blanc », … Lire la suite

Note de lecture : « Le chant de la frontière » (Jim Lynch)

À l’extrême ouest de la frontière entre États-Unis et Canada, un garde-frontière pas comme les autres, géant ornithologue et artiste, bouleverse bien malgré lui les subtils équilibres des trafics, des contrebandes et des paranoïas économiques, politiques et patriotiques. Humour caustique et grand art. x Tout le monde se souvenait de la nuit où Brandon Vanderkool … Lire la suite

Note de lecture : « Requiem pour une apache » (Gilles Marchand)

Une fable alerte, poignante et paradoxalement enjouée pour un moment bien particulier de la vie de certains humiliés et offensés – lorsque la farce et le tragique se mêlent si étroitement dans la poésie et dans la musique. x Parution : 21 août 2020 Il aurait fallu commencer par le début mais le début, on … Lire la suite

Note de lecture : « Les Petrov, la grippe, etc. » (Alexeï Salnikov)

Dans le quotidien faussement ordinaire d’Iekaterinbourg, la métropole de l’Oural, le couple névralgique et stratégique formé par un mécanicien et une bibliothécaire, pour une subtile et drôle mélancolie teintée d’étrange. x Parution : 20 août 2020 Il suffisait à Petrov de prendre le trolleybus pour se faire aussitôt assaillir et importuner par des fous. Le … Lire la suite

Note de lecture : « J’ai conjugué ce verbe pour marcher sur ton cœur » (Laure Limongi)

Neuf textes pour s’emparer, dans le jeu, le tragique et l’imagination, du lieu des langues – et de ce qui y évolue ou dévolue. x Quelques mois après les superbes secrets corses et leur engendrement d’une radicale indocilité que proposait « On ne peut pas tenir la mer entre ses mains », Laure Limongi nous offre en mars … Lire la suite