☀︎
archives

Orphelinat

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Forêt-Furieuse » (Sylvain Pattieu)

Une déréliction post-apocalyptique violente, poétique, forestière et inventive où les enfants abandonnés et réinventés s’affranchissent du sort à eux promis par les propriétaires des corps et par les fous des âmes. x Ici ça se passe pas bulle pour les nouveaux, elle lui dit Destiny-Bienaimée en essuyant le sang de son nez, et d’habitude La-Petite-Elle-Veut-Tout-Faire-Toute-Seule … Lire la suite

Note de lecture : « Glory Hole » (Frédéric Jaccaud)

Une jeune Française et deux jeunes Français dans la spirale mortifère de leurs vies déjà enfuies et du porno américain des années 80 comme planche pourrie de salut illusoire. Décapant, étrange et bien noir. x Seul, Jean mâchonne le pain trop sec d’un jambon-beurre. Il contemple les miettes de son repas qui constellent la table, … Lire la suite

Note de lecture : « Quand sort la recluse » (Fred Vargas)

Un sommet du police procedural rusé, rêveur et poétique x ATTENTION : bien que les enquêtes n’en soient aucunement reliées, ce roman prend place quelques semaines à peine après le précédent, « Temps glaciaires », et cette note de lecture peut donc comporter des « spoilers » non pas tant quant à l’intrigue du roman précédent qu’à propos de … Lire la suite

Note de lecture : « Jeanne L’Étang » (Perrine Le Querrec)

Trouver la tendresse au cœur des enfermements : Jeanne et la Salpêtrière. x Ma mère n’est pas folle. Elle est mon amie. Je suis la poupée préférée de ma mère. Traces blanches, traînées rouges, silence noir, je m’habille de ses lambeaux ; le visage tourné vers la fenêtre, j’attends le bruit de ses pas, je … Lire la suite

Note de lecture : « La grande eau » (Živko Čingo)

L’imagination enfantine débridée contre les hauts murs, réels et métaphoriques, de l’orphelinat totalitaire. x Publié en 1971, traduit en français par Maria Bejanovska, d’abord en 1980 à l’Âge d’Homme, puis en 2016  au Nouvel Attila, qui en propose une somptueuse édition illustrée par Giovanna Ranaldi, le premier roman du Macédonien (Yougoslave à l’époque) Živko Čingo … Lire la suite