☀︎
archives

Nostalgie

Ce tag est associé à 12 articles

Note de lecture : « Des mirages plein les poches » (Gilles Marchand)

Cinq nouvelles inédites et neuf nouvelles plus anciennes pour composer comme un bréviaire poétique de la forme courte, rêveuse et malicieuse. x Beaucoup de lectrices et de lecteurs connaissent et aiment désormais Gilles Marchand à travers ses deux romans publiés chez Aux Forges de Vulcain, « Une bouche sans personne » (2016) et « Un funambule sur le … Lire la suite

Note de lecture : « En route vers Okhotsk » (Eleonore Frey)

Le voyage insensé comme point d’ancrage paradoxal des existences qui tournoient. x L’homme à l’imperméable reste un instant planté devant le bistro qu’il vient de quitter, il regarde à gauche et part à droite. Sans raison. Les feuilles tombent des arbres et s’élèvent dans le vent. Lui, autant que possible, va vers le bas. Comme … Lire la suite

Note de lecture : « Un peu tard dans la saison » (Jérôme Leroy)

Fuir, là-bas fuir… Retour énigmatique sur une tendre apocalypse. x Quand j’ai su qui il était et que je l’ai retrouvé, c’était peu de temps avant les attentats, dans les derniers jours de décembre 2014. Pendant les Fêtes, comme on dit. Il habitait dans un bel appartement, au dernier étage, square Henri-Delormel, dans le XIVe, … Lire la suite

Note de lecture : « Le Dernier Amour du lieutenant Petrescu » (Vladimir Lortchenkov)

Une farce débridée et poétique de la mélancolie tchékiste et de la paranoïa marchandisée. x – Réponds, salopard, où t’as foutu le magnétophone ? Le petit homme basané en pantalon crasseux, dont la couleur n’était identifiable qu’à une inscription – « Green jeans » – au niveau de l’aine, poussa un gémissement plaintif. Quant au lieutenant Petrescu, … Lire la suite

Note de lecture : « Retour à My Lai » (Dominique Legrand)

Quarante-cinq ans après le terrible massacre, une douce et cruelle parenthèse pour deux protagonistes de l’époque. x Danang. Depuis quarante-cinq ans, ces deux syllabes s’entrechoquent comme des pierres au fond de mon cerveau. Elles ne m’ont laissé en paix ni une journée, ni peut-être même une seule heure. Depuis cette aube de mars 1968, pas … Lire la suite

Je me souviens de : « Jack Barron et l’éternité » (Norman Spinrad)

Médias et corruption, richesse et fantasmes d’immortalité : faites ch… Jack Barron, il vous le rendra. x Découvert avec son « Rêve de fer » (1972) en 1978, c’est bien avec son « Jack Barron et l’éternité » de 1969, son quatrième roman (dont on regrettera pourtant éternellement que la traduction française, par Guy Abadia en 1971 chez Ailleurs … Lire la suite

♥︎ Charybde 3 : « Le jardin dans l’île » (Georges-Olivier Châteaureynaud)

On trouve de tout dans ce petit recueil qu’est Le Jardin dans l’île. x x On y tombe amoureux dans des circonstances pour le moins particulières (« La Nuit des voltigeurs », « Le Jardin dans l’île »). Les hommes y sont fréquemment brisés par la vie mais retrouvent, au gré des circonstances, un peu … Lire la suite

Note de lecture : « Hommage aux Indiens d’Amérique » (Ernesto Cardenal)

Sept chants lyriques à la gloire de l’Amérique précolombienne et de la part la plus noble de sa culture. x Publié en 1969, partiellement traduit en français en 1989 par Jacques Jay aux éditions La Différence, le huitième recueil de poésie du Nicaraguayen Ernesto Cardenal (dont j’ai abondamment fourni les éléments biographiques à propos de … Lire la suite

Note de lecture : « Shangrila » (Malcolm Knox)

Itinéraire guerrier halluciné d’un enfant de la vague dans un surf glissant du psychédélique au monétisé à outrance. x Publié en 2011, traduit en français en 2012 chez Asphalte par Patricia Barbe-Girault, le quatrième roman de l’écrivain et journaliste australien Malcolm Knox orchestre brillamment et brutalement, en une étrange danse poétique échevelée, le choc d’une … Lire la suite

Note de lecture : « Lumières de Pointe-Noire » (Alain Mabanckou)

Cahier d’un retour au Congo, vingt-trois ans après le départ de l’auteur. x Publié en janvier 2013 au Seuil, le dixième roman d’Alain Mabanckou figure son « Cahier d’un retour au pays natal » à lui, dans une dimension quasiment inversée à celui d’Aimé Césaire. Ici, colère et indignation ne semblent plus être de mise : les … Lire la suite