☀︎
archives

Nostalgie du monde d’avant

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Théorie de la carte postale » (Sébastien Lapaque)

Célébrer un plaisir du monde d’avant, comme acte de résistance poétique : écrire des cartes postales.   «Il ne s’agissait pas de célébrer les lueurs d’un mourant paysage en rédigeant un livre plein d’images nocturnes, mais d’en proposer une théorie générale à l’usage de tous. Et non pas tant sous forme de spéculations abstraites que de … Lire la suite

Note de lecture : « Les jours d’après » (Jérôme Leroy)

Quinze nouvelles poignantes ou saisissantes, échos d’une civilisation crépusculaire. x Paru en mars 2015 aux éditions de La Table Ronde, dans la collection La Petite Vermillon, ce recueil permet de retrouver avec délectation, ou de découvrir, le talent de Jérôme Leroy pour dire le regret des printemps insouciants, la nostalgie poignante face à l’ultralibéralisme et la … Lire la suite

Note de lecture : « La minute prescrite pour l’assaut » (Jérôme Leroy)

Éloge du monde d’avant en pleine apocalypse, dans une société marchande en phase terminale. x Annoncée, évidente depuis plusieurs années pour Kléber, le héros du livre, l’apocalypse est là – attentats et guerre nucléaire, fièvre hémorragique tueuse de masse, enfants accros aux jeux vidéo qui deviennent des assassins sanguinaires, forces spéciales de sécurité qui tuent … Lire la suite

Note de lecture : « Physiologie des lunettes noires » (Jérôme Leroy)

Cachez ce monde que je ne saurais voir. x J’ai aimé les livres de Jérôme Leroy dès la première ligne, depuis « Monnaie bleue » (éditions du Rocher, 2009) jusqu’à l’exceptionnelle bombe glacée de « L’ange gardien » (Série Noire Gallimard, 2014), en passant par l’inoubliable « La minute prescrite pour l’assaut » (Mille et une nuits, 2008), le choc du « Bloc »  (Série Noire … Lire la suite

Note de lecture : « Super triste histoire d’amour » (Gary Shteyngart)

Quand Shteyngart entre en anticipation, avec sa verve et sa ruse, ça décoiffe, et c’est bon. x Troisième roman de ce digne représentant d’une certaine forme de la diaspora russe moderne, même s’il écrit en anglais, publié en 2010 (en ce début 2012 en France chez l’Olivier dans une traduction de Stéphane Roques), après « Traité … Lire la suite