☀︎
archives

Nicolas Rozier

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Le Domaine des Douves » (Benjamin Planchon)

Incarner un imaginaire de Jérôme Bosch dans un récit contemporain baroque, hirsute, horrifiant, hilarant et dangereusement poétique, aux marges signifiantes de l’irréel : un pari fou et pleinement réussi. x Je ne repense jamais à mon enfance. Je n’en rêve pas et ne ressens pas le besoin d’en parler. Ce n’est pas que je sois … Lire la suite

Note de lecture : « Monstrueuse féérie » (Laurent Pépin)

Étonnante et redoutable initiation à une psychiatrie merveilleuse, comme d’outre-monde : un exercice poétique, tendre, cruel et inattendu, de haute volée. x x Il y a toujours une fenêtre que je laisse ouverte pour que les Monstres puissent entrer. Je ne le fais pas vraiment exprès. Mais tous les Monstres rentrent dans toutes les têtes … Lire la suite

Note de lecture : « Villebasse » (Anna de Sandre)

Inquiétant roman-mosaïque condensé d’une ville fictive, parcours tendre, cruel et poétique parmi des gens ordinaires qui ne le sont bien entendu pas tant que ça, une réussite rare et impressionnante. x Villebasse était une nasse de bois et de pierres sur une terre ferme au fond d’une vallée fertile qui avait grandi machinalement dans le … Lire la suite

Note de lecture : « Sous le ciel vide » (Raphaël Nizan)

Une envoûtante descente amoureuse aux enfers des nuits glauques et de la dèche, proposée en une langue rare, hypnotique et acharnée. x Le 15 avril 2019, Notre-Dame flambait. Notre-Dame flambait, et moi, seul, les pieds ancrés sur l’asphalte graisseux d’un trottoir parisien, la gorge irritée par les fumées âcres qui se dégageaient du brasier, je … Lire la suite

Note de lecture : La moitié du fourbi – 8 : « Instants biographiques »

Alors que la littérature fourmille de « tranches de vie », comment leur offrir une dimension supplémentaire ? Un huitième numéro intense et perspicace. x Pour son numéro 8, paru en octobre 2018, la passionnante revue La moitié du fourbi, désormais bien installée dans sa quatrième année, avait pris un véritable risque thématique : en se plaçant … Lire la suite