☀︎
archives

Négritude

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « La veuve Basquiat » (Jennifer Clement)

L’artiste en néon brûlant vu vivement par sa plus proche amante. x De ses toutes premières œuvres en 1980 jusqu’à sa mort brutale en 1988, à vingt-huit ans, Jean-Michel Basquiat a été un météore improbable traversant l’art new-yorkais et l’art contemporain, météore dont la frénésie hautement inflammable reste encore aujourd’hui difficile à appréhender pleinement, même … Lire la suite

Note de lecture : « Éloge de la créolité » (Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant)

Le manifeste-clé des littératures antillaises francophones contemporaines – mais pas seulement. x Publié en 1989, le travail collectif de Jean Bernabé, de Patrick Chamoiseau (trois ans avant la reconnaissance large que lui apportera, quoi qu’on dise, le prix Goncourt de « Texaco ») et de Raphaël Confiant est à la fois un aboutissement (celui d’une réflexion collective … Lire la suite

Note de lecture : « Black-Label et autres poèmes  » (Léon Gontran Damas)

Les très beaux trois recueils de poèmes de Damas ayant suivi « Pigments ». x x Dans la bien souvent inspirée collection Poésie de Gallimard, ce recueil de Léon-Gontran Damas, Guyanais considéré comme l’un des principaux animateurs de la « négritude » aux côtés notamment d’Aimé Césaire et de Léopold Sédar Senghor, et tout récemment replacé sous les projecteurs … Lire la suite

Note de lecture : « Texaco » (Patrick Chamoiseau)

Symphonie de 150 ans de Martinique dans le récit de la fondatrice de l’ex-bidonville Texaco. x RELECTURE Publié en 1992, « Texaco », le troisième roman de Patrick Chamoiseau après les remarqués « Chronique des sept misères » et « Solibo magnifique », lui offrit la consécration du prix Goncourt, et la reconnaissance de sa voie particulière, tant romanesque que théorique, … Lire la suite

Note de lecture : « Giambatista Viko ou le viol du discours africain » (Georges Ngal)

Un moment-clé de la littérature africaine contemporaine, en 1975. x Premier roman du polygraphe congolais Georges Ngal, publié en 1975, ce court « roman », associé à sa suite parue la même année, « L’errance », marque un moment-clé de la littérature africaine contemporaine. Utilisant avec brio un style éminemment parodique, suracadémisant, pompeux et rationalisateur, introduisant massivement en contrepoint … Lire la suite

Note de lecture : « Batouala » (René Maran)

Prix Goncourt 1921, précurseur de la littérature de la négritude, censuré et conspué à sa sortie pour son audace (pourtant modeste) anticolonialiste. xxx Étonnant livre, prix Goncourt en 1921, précurseur de la littérature de la négritude, et qui valut à son auteur, administrateur colonial d’origine antillaise, les foudres de la censure, et une carrière brisée. … Lire la suite