☀︎
archives

Misère

Ce tag est associé à 16 articles

Note de lecture bis : « Histoires maigres » (Alasdair Gray, James Kelman, Agnes Owens)

Trois maîtres de Glasgow dans cet éblouissant recueil de 1985. Essentiel. x Ce recueil de nouvelles de 1985 (Lean tales), traduit en 2008 par Catherine Richard pour les excellentes et regrettées éditions Passage du Nord-Ouest, rassemble les écrits de trois écrivains écossais de générations différentes, Alasdair Gray et James Kelman, fondateurs de l’école de Glasgow, et Agnes Owens la … Lire la suite

Note de lecture : « Parc industriel » (Patrícia Galvão)

La misère ouvrière et la lutte sociale dans les années 1930 à São Paulo. Saisissant. x Dans le grand pénitencier social, les métiers à tisser se dressent et avancent en hurlant. Bruna a sommeil. Elle est restée tard à un bal. Elle s’arrête et frotte avec colère ses yeux brûlants. Ouvre sa bouche cariée, baille. … Lire la suite

Note de lecture : « Pssica » (Edyr Augusto)

Aux confins du Brésil et de la Guyane, l’extrême violence des échanges en milieu équatorial corrompu par l’avidité et la misère. x Ç’aurait dû être une journée de cours normale. Mais, en arrivant au collège, Janalice a compris que quelque chose clochait. Bien sûr, quand elle traverse la cour, ce n’est jamais sans provoquer un … Lire la suite

Note de lecture : « Ça va aller, tu vas voir » (Chrìstos Ikonòmou)

Au Pirée, de nos jours, on ne va pas bien du tout. x Publié en 2010, traduit en français en 2016 chez Quidam par Michel Volkovitch, le deuxième recueil de nouvelles du Grec Chrìstos Ikonòmou nous entraîne dans les rades des quartiers populaires du Pirée, de nos jours, là où des hommes et des femmes, … Lire la suite

Note de lecture : « Hello and Goodbye » (Athol Fugard)

Le terrible huis clos d’un frère et d’une sœur Afrikaners au cœur de l’apartheid. x Publiée et créée en 1965, adaptée en français en 1987 par Pierre Laville aux éditions Théâtrales / Edilig, la sixième pièce de l’auteur sud-africain anglophone Athol Fugard appartient à sa souple « Trilogie familiale », avec « The Blood Knot » (1961) et « Boesman … Lire la suite

Note de lecture : « Camp de gitans » (Vladimir Lortchenkov)

Une farce moldave totale qui englobe peut-être l’ensemble du contemporain. x Publié en 2010, à paraître en français le 4 septembre prochain aux éditions Mirobole dans une traduction de Raphaëlle Pache, ce nouveau roman du Moldave (vivant désormais à Montréal) Vladimir Lortchenkov s’affirme comme la redoutable suite (pouvant parfaitement se lire indépendamment) de l’hilarant et … Lire la suite

Note de lecture : « Snapshots – Nouvelles voix du Caine Prize » (Collectif)

Six nouvelles voix d’Afrique pour dire la dureté et les drames intimes, les espoirs et les barrières à l’exil. x Heureuse initiative des éditions Zulma (2014) pour faire connaître la jeune génération d’écrivains anglophones d’Afrique, ce recueil rassemble six nouvelles distinguées par le Caine Prize, qui récompense depuis 2000 la meilleure nouvelle écrite en anglais d’un jeune … Lire la suite

Note de lecture : « La bombe » (Frank Harris)

Un roman de 1908 d’une actualité explosive, sur les événements qui conduisirent à l’attentat de Haymarket Square en 1886. x «Je m’appelle Rudolph Schnaubelt. C’est moi qui ait lancé la bombe qui tua huit policiers et en blessa soixante à Chicago, en 1886.» «La bombe», premier roman de l’écrivain et journaliste américain d’origine irlandaise Frank … Lire la suite

Note de lecture : « Rue Involontaire » (Sigismund Krzyzanowski)

La langue ivre de Sigismund Krzyzanowski. x Malgré la considération dont il jouissait auprès des intellectuels, aucun livre de Sigismund Krzyzanowski ne fut publié de son vivant, jusqu’à la découverte extraordinaire de ses écrits dans les archives soviétiques et le début des publications près de quarante ans après sa disparition. Né en 1887 en Ukraine … Lire la suite

Note de lecture : « L’homme aux lèvres de saphir » (Hervé Le Corre)

Un peu trop encensée sans doute, la rencontre de Lautréamont et d’un serial killer. x Paru en 2004, ce roman noir « d’époque » d’Hervé Le Corre lui valut le Grand Prix du Festival de Cognac. Dans le Paris de 1870, où les ouvriers souffrent sous la botte du capitalisme industriel naissant et de la police impériale … Lire la suite