☀︎
archives

Mémoire

Ce tag est associé à 85 articles

Note de lecture : « Résister en dansant » (Kimberly Blaeser)

De Kimberly Blaeser, vingt-et-un poèmes contemporains de la nation amérindienne anishiinabe, bouleversants de précision politique, de justesse humaine et de souffle combattant. x Ikwe-Niimi : Résister en dansant 365 clochettes en rangs sur ma robe tournées par les mains d’une qui a déserté pour fuir l’enseignement obligatoire délivré à Pipestone 430 kilomètres à regarder en … Lire la suite

Note de lecture : « Finir les restes » (Frédéric Fiolof)

La nécessaire colère du deuil des parents comme vous ne l’avez jamais lue. Une magie poignante et salutaire. x Je suis l’humble orphelin selon l’ordre des choses. L’ordre des chiffres. 1 + 1 = 0. Faut-il s’en prendre à l’arithmétique ? Absurde. Ferme ton clapet. Avance. Marche dans la nuit de ta petite poésie ventriloque. … Lire la suite

Note de lecture : « Ton avant-dernier nom de guerre » (Raúl Argemí)

Sur un lit d’hôpital au fin fond de la Patagonie, un chef d’œuvre de narration, dans la mémoire hallucinée d’horreurs qui ne veulent pas disparaître. x Je suis journaliste. Et le journalisme est un art qui oscille souvent entre une quête plus ou moins fructueuse de la vérité et la tentation de la fiction. Certains … Lire la suite

Note de lecture : « Les singes rouges » (Philippe Annocque)

De la Guyane à la Martinique, des Antilles à Paris, le parcours imagé d’une mère pour questionner en vignettes la mémoire, l’intime et la littérature. x Juste se souvenir d’une phrase Sur l’autre rive du fleuve on entendait les singes rouges. Il pourrait mettre des guillemets à cette phrase car elle n’est pas de lui. … Lire la suite

Note de lecture : « Gadjo-Migrandt » (Patrick Beurard-Valdoye)

Y aurait-il autant de « grand » dans le monde sans « migrant » ? C’est la démonstration positive et acharnée que nous propose, à travers des centaines de « gadjos », itinérants sans choix, cette fabuleuse poésie-fleuve, profonde, érudite et combattante. x Qu’est-ce qui relie, en une somptueuse démonstration de poésie investigative, John Howard (1726-1790), infatigable visiteur et dénonciateur de … Lire la suite

Note de lecture : « Le dormeur » (Didier Da Silva)

À partir de l’histoire d’un mythique court-métrage de 1974, l’un de ces livres rares qui démontrent, émotion et intelligence en main, pourquoi nous aimons, pouvons et devons aimer le cinéma. x Où étiez-vous pendant l’été 74 ? Presque trente millions de Français sur pas tout à fait soixante-dix pourraient répondre à cette question, quarante-cinq ans … Lire la suite

Note de lecture : « L’exercice de la disparition » (Mathieu Brosseau)

Retourner le corps et la poésie qui s’y incarne, pour confesser la possibilité d’une nouvelle échappée. Un langage intime et cinglant, foisonnant et pourtant redoutablement ciblé. x Ici l’appartement, murs et porte, volets, agencement des livres, cuisine où vaisselle choit, parquet épineux, le lit devant la fenêtre, l’air porte la poussière, des acariens plein les … Lire la suite

Note de lecture : « Nickel boys » (Colson Whitehead)

L’horreur d’un racisme systémique américain, au cœur d’une école de réhabilitation en Floride et jusqu’en 2011, retravaillée au corps et à la rage froide par une rusée mise en fiction. x Le jour de la rentrée, les élèves de Lincoln High School recevaient leurs nouveaux manuels d’occasion récupérés auprès du lycée blanc de l’autre côté … Lire la suite

Note de lecture : « Les Présents » (Antonin Crenn)

De Paris à la côte des Abers, du XIIème arrondissement au commandant Charcot, un itinéraire méticuleux et pourtant rêveur, entre histoire et géographie devenues intimes, de la saisie d’une création. x La dernière fois qu’il a retrouvé l’ami, il y a quelques semaines, il est tombé sur lui au square. Leur rencontre a été soudaine. … Lire la suite

Note de lecture : « L’appartement » (André Markowicz)

Comment un petit appartement hérité à Saint Pétersbourg devient le vortex d’une mémoire de rêves concrets et de vies abstraites. x La porte était restée fermée, les murs n’avaient pas ondulé non plus, mais elle, on aurait dit comme par effraction, ou justement, sans effraction aucune, un cycle des poumons, oui, juste un souffle, peut-être … Lire la suite