☀︎
archives

Mélancolie

Ce tag est associé à 10 articles

Note de lecture : « Un peu tard dans la saison » (Jérôme Leroy)

Fuir, là-bas fuir… Retour énigmatique sur une tendre apocalypse. x Quand j’ai su qui il était et que je l’ai retrouvé, c’était peu de temps avant les attentats, dans les derniers jours de décembre 2014. Pendant les Fêtes, comme on dit. Il habitait dans un bel appartement, au dernier étage, square Henri-Delormel, dans le XIVe, … Lire la suite

Note de lecture : « La Maison des épreuves » (Jason Hrivnak)

Dans les replis paradoxaux de l’imagination fantastique, un formidable remède à la mélancolie. x x Le 7 mai 2006 au petit matin, mon amie d’enfance Fiona est entrée par effraction dans l’école élémentaire qu’elle et moi fréquentions il y a plus de vingt ans. Elle était vêtue de couches de vêtements élimés et portait dans … Lire la suite

Note de lecture : « CapharnaHome » (Collectif)

La maison, lieu de toutes les joies et de tous les dangers dans ces 10 nouvelles étonnantes. x Publié en 2010, le quatrième recueil collectif thématique des éditions Antidata se consacrait à la maison, en proposant 10 nouvelles qui succédaient à celles des anthologies précédentes, sur la noirceur, le sommeil et l’éveil. Parmi les auteurs, … Lire la suite

Note de lecture : « C’est tout ce que j’ai à déclarer » (Richard Brautigan)

La somptueuse intégrale bilingue de la poésie de Richard Brautigan. Un immense must. x x x De son adolescence quasiment jusqu’à sa mort à quarante-neuf ans, Richard Brautigan a écrit de la poésie. Unique moyen solide d’être accepté par les chantres et les piliers de la beat generation lors de son arrivée à San Francisco … Lire la suite

Note de lecture : « Sucre de pastèque » (Richard Brautigan)

Le sucre de pastèque en panacée apaisée succédant à la pêche à la truite. Du grand Brautigan. x Il règne un équilibre délicat à penseMORT. Et cela nous va très bien. La cabane est petite mais elle est agréable et aussi confortable que ma vie, et elle est faite en pin, en sucre de pastèque … Lire la suite

Note de lecture : « La magie dans les villes » (Frédéric Fiolof)

Un extraordinaire et paradoxal réenchantement du quotidien par la plume de l’imagination. x Publié en août 2016 chez Quidam éditeur, le premier texte long de Frédéric Fiolof, dont je ne connaissais jusqu’ici que les excellentes interventions dans les trois premiers numéros de la revue « La moitié du fourbi » (1, 2 et 3), dont il est … Lire la suite

Note de lecture : « Les couleurs d’un hiver » (Pierre Silvain)

Le dernier roman lumineux de Pierre Silvain. x En 1823, Anselme, préparateur de couleurs au service d’un peintre saumurois ayant conçu une certaine vanité de sa gloire locale, quitte l’atelier de son maître et prend le chemin de Paris, subitement poussé sur les routes par une nécessité sourde à tout raisonnement. «Anselme dépérissait, peu à … Lire la suite

♥︎ Charybde 1 : « American Prophet » (Paul Beatty)

Renverser les clichés en beauté, entre rire et mélancolie. x Ce boulot de messie est une plaie. N’empêche qu’il m’a permis de venir combler l’absence chronique de leader chez les Afro-Américains. Désormais, les citoyens de seconde zone écœurés par le système n’ont plus besoin de la petite annonce dans le journal du dimanche qui disait … Lire la suite

Note de lecture : « Les Nuits de laitue » (Vanessa Barbara)

Méditation étonnamment légère sur la perte d’un être cher, et intrigue policière inattendue. x Excentriques voisins d’un quartier pourtant très banal, les personnages des «Nuits de laitue», semblent toujours en mouvement, y compris Otto, le personnage central insomniaque et antisocial, accablé depuis le décès imprévisible de son épouse Ada. «Lorsque Ada est morte, le linge … Lire la suite

Note de lecture : « Je ne retrouve personne » (Arnaud Cathrine)

Une mélancolie tendre et poétique pour saisir un moment d’oscillation d’une vie. x Publié en août 2013, le onzième roman d’Arnaud Cathrine, le huitième aux éditions Verticales, fait partie, si l’on en croit sa quatrième de couverture, du type d’écrits qui ne m’attirent normalement guère, pour diverses raisons… Lorsqu’Aurélien Delamare débarque à Villerville un dimanche … Lire la suite