☀︎
archives

Marginalité

Ce tag est associé à 10 articles

Note de lecture : « Le théâtre des oiseaux » (Christophe Ségas)

La trajectoire d’une troupe déglinguée de comédiens-nomades : une fable baroque et cruelle d’une grande puissance d’évocation.   De la rencontre fortuite entre une carriole crasseuse tirée par un avorton difforme sous la direction d’Albane, comédienne à la poigne ferme et à la chair sensuelle, et un bus bondé rempli d’anonymes conduit par un chauffeur aux … Lire la suite

Note de lecture : « Requiem des aberrations » (Yves Gourvil)

Le rêve utopique d’un groupe de déclassés : un roman truculent, drolatique et une ode au langage et à la musique.   Théâtral, outrancier et charismatique, le personnage central du «Requiem des aberrations», dont le nom est une des premières et nombreuses aberrations jubilatoires du roman, Moïse Chant-d‘Amour, a reçu d’un oncle, vieillard égrotant et tyrannique, la … Lire la suite

Note de lecture : « Milo » (David Bosc)

Revenir sur les lieux dévastés de l’enfance, et tenter de renouer avec le monde. x Milo est revenu dans le village de son enfance, se soumettant à un bannissement aux visées obscures, sans doute pour fuir un monde trop mauvais et trop séducteur, pour tenter de se relever d’un gouffre dépressif, dans le désert de … Lire la suite

Note de lecture : « Le Messager » (Charles Stevenson Wright)

Instantanés de la fin des années cinquante dans les marges de la société new-yorkaise. x Né dans un coin perdu du Missouri, orphelin précoce élevé par ses grands-parents, lecteur avide de littérature dès son plus jeune âge, impatient de découvrir le monde, Charles Stevenson Wright (1932-2008) partait en stop toutes les semaines, dès quatorze ans, … Lire la suite

Note de lecture : « Soundtrack » (Furukawa Hideo)

Danse de guerre bienveillante et corbeaux de combat silencieux dans l’effondrement inexorable d’une Tokyo tropicalisée. Énorme. x Publié en 2003, traduit en français en août 2015 par Patrick Honnoré aux éditions Philippe Picquier, le sixième roman de Furukawa Hideo mérite certainement le titre, décerné par l’auteur lui-même, avec quelques années de recul, de « roman fondateur … Lire la suite

Note de lecture : « Ma fille folie » (Savina Dolores Massa)

L’obsession scandaleuse d’enfantement d’une marginale, qui bouscule un milieu fermé et conservateur. x Maddalenina vient d’avoir cinquante ans et elle vit seule. Ses proches, sa raison, et même son ombre, semblent l’avoir abandonnée depuis longtemps. Sa pension d’invalidité et les «nabrons» qu’elle brode et troque chez les commerçants du village sont ses seuls revenus. Tous … Lire la suite

Note de lecture : « Paris insolite » (Jean-Paul Clébert & Patrice Molinard)

L’exploration poétique et crue des marges du Paris de 1950 – et de toujours, peut-être. x Publié en 1952, somptueusement réédité chez Attila en 2009, le premier récit / essai de Jean-Paul Clébert est l’un de ces ouvrages qui marquent durablement une lectrice ou un lecteur. Dans les 350 pages de ce « roman aléatoire », ainsi … Lire la suite

Note de lecture : « Hors saison » (Sylvain Coher)

Une poétique et sombrement drôle fuite immobile, au bord de la falaise. x Publié en 2002 chez Joca Seria, réédité en 2011 chez Actes Sud, le premier roman de Sylvain Coher proposait déjà à la lectrice et au lecteur le redoutable triptyque fuite / rage / impossible apaisement qui hante une grande partie de son … Lire la suite

Note de lecture : « Super triste histoire d’amour » (Gary Shteyngart)

Quand Shteyngart entre en anticipation, avec sa verve et sa ruse, ça décoiffe, et c’est bon. x Troisième roman de ce digne représentant d’une certaine forme de la diaspora russe moderne, même s’il écrit en anglais, publié en 2010 (en ce début 2012 en France chez l’Olivier dans une traduction de Stéphane Roques), après « Traité … Lire la suite

Note de lecture : « Un amour d’outremonde » (Tommaso Pincio)

Malmener ses personnages pour créer un redoutable prisme social dans un exceptionnel flot d’humour. Paru en 2002, traduit en français en 2003 par Éric Vial chez Lunes d’Encre, le second roman de Tommaso Pincio – avant le récent et magique « Cinacitta » – constituait un tour de force, décrivant « de l’intérieur » le … Lire la suite