☀︎
archives

Maîtrise du langage

Ce tag est associé à 7 articles

Note de lecture : « Dino Egger » (Éric Chevillard)

«À quoi ressemblerait le monde si Dino Egger avait existé ?» x Éric Chevillard semble capable de tout, de choisir un sujet – l’arrivée inopinée d’un hérisson sur sa table de travail ou bien la détestation du gratin de chou-fleur -, ou un non sujet – ici les conséquences pour le monde de la non-existence … Lire la suite

Note de lecture : « Du hérisson » (Éric Chevillard)

Le hérisson en drôle de zèbre, parasite épuisant et drolatique de l’autofiction. x L’écrivain seul et industrieux à sa table de travail, prêt à l’abdication de son ambition littéraire, est sur le point de démarrer l’écriture d’un roman réaliste et autobiographique – sous le savoureux titre de Vacuum extractor – dans lequel il dévoilera tous ses … Lire la suite

Note de lecture : « Scalps » (Éric Chevillard)

Sept nouvelles, comme autant de trophées arrachées au réel. x Paru en 2004 aux éditions Fata Morgana, ces courts récits sont comme sept combats de ce dompteur de mots qu’est Éric Chevillard, qui «consignent les réactions épidermiques d’un sujet aux prises avec l’angoisse, laquelle s’incarne en des personnages suffisants ou bornés dont l’aplomb le renvoie sans cesse à ses propres … Lire la suite

Note de lecture : « Péloponnèse » (Éric Chevillard)

L’ivresse langagière d’Éric Chevillard. x Dans ce livre court, bel objet paru en 2013 aux éditions Fata Morgana, illustré par des dessins du peintre Jan Voss, Éric Chevillard s’insurge contre les évidences de la vie présentées comme des scandales : marcher sur nos deux pieds, avoir le ciel au dessus de nos têtes, devoir se … Lire la suite

Note de lecture : « L’auteur et moi » (Éric Chevillard)

Mon royaume pour un Chevillard ! x Pour le prix de seulement six choux-fleurs, il est possible d’acheter ce roman d’Éric Chevillard, et ainsi non seulement éviter de s’engluer dans le gratin de ce légume douteux, tout en s’offrant un morceau de grande littérature et de jubilation totale. Un lecteur averti en vaut deux et Éric … Lire la suite

Note de lecture : « Juste ciel » (Éric Chevillard)

À force de se cogner aux limites du roman, Eric Chevillard s’aventure dans l’au-delà. x Albert Moindre, personnage conformiste, banal sans doute, velléitaire peut-être, ingénieur de maintenance des ponts transbordeurs depuis vingt-cinq ans et poète à ses heures perdues, est mort percuté et «dénoyauté» sur la chaussée par une camionnette de livraison de l’entreprise «Olives & … Lire la suite

Note de lecture : « Palafox » (Éric Chevillard)

Le troisième Chevillard, l’éclat : l’œuf se fendille, Palafox en sort, un immense écrivain est né. Publié en 1990, le troisième roman d’Éric Chevillard est peut-être celui où, tout à coup, cette forme si particulière de jeu narratif, esquissée dans « Mourir m’enrhume » et « Le démarcheur », tombe en place, et lance ce formidable mouvement, incessant et … Lire la suite