☀︎
archives

Littérature mexicaine

Ce tag est associé à 13 articles

Note de lecture : « Quatorze crocs » (Martín Solares)

Les policiers de la Brigade nocturne traquant le surnaturel dans les nuits du Paris des années folles. Alléchant et frustrant. x Vers quatre heures et demie d’une nuit sans lune, l’agent Karim Khayam, qui était de garde, a frappé à la porte de ma chambre. « Pierre, le patron a appelé la Brigade nocturne. Ça urge. » … Lire la suite

Note de lecture : Europe n°1070 : « Roberto Bolaño » (Revue)

Quinze ans après la mort de Bolaño, un magnifique numéro spécial de la revue Europe. x Il y a quinze ans presque jour pour jour, Roberto Bolaño s’éteignait dans un hôpital de Barcelone, en attente d’une greffe de foie qui ne devait jamais arriver, terrassé par la grave maladie hépatique qui le minait depuis de … Lire la suite

Note de lecture : « Ni vivants ni morts » (Federico Mastrogiovanni)

Impressionnante, glaçante et nécessaire enquête dans un pays traumatisé par ses disparus. x Roberto Bolaño a écrit avec 2666 «un millier de pages où les crimes de Ciudad Juárez brillent d’un éclat noir», des crimes sur lesquels Sergio González Rodríguez avait déjà enquêté, dénonçant au péril de sa vie la collusion entre trafiquants de drogue et … Lire la suite

Note de lecture : « Paris Mexico District Fédéral » (Roberto Wong)

La carte rêvée, le territoire intérieur. La dérive poétique dans toute sa sombre puissance. x J’ai d’abord cru que j’étais à plat ventre. Puis, je me suis rappelé que j’étais allongé sur le dos. J’ai respiré. Il y avait une douce odeur dans les draps. Une odeur fraîche de propre, d’adoucissant. L’idée m’est venue comme … Lire la suite

Note de lecture : « Batailles dans le désert » (José Emilio Pacheco)

Après-guerre au Mexique et fin d’un monde, voire de plusieurs. x Publié en 1981, traduit en français en 1987 aux éditions La Différence par Jacques Bellefroid, ce très court roman en douze étapes du Mexicain José Emilio Pacheco, son deuxième et dernier, pour ce poète et nouvelliste couronné en 2009 par le prix Cervantès, cinq … Lire la suite

Note de lecture : « Don Durito de la forêt Lacandone » (Sous-Commandant Marcos)

Les incroyables conversations entre un guérillero et un scarabée devenu chevalier errant, conteur et stratège. x RELECTURE Les textes résolument inclassables rassemblés dans ce recueil ont d’abord été publiés comme une série de pièces jointes aux communiqués « sérieux et officiels » adressés par le sous-commandant Marcos à divers journaux mexicains et espagnols, au nom de l’EZLN … Lire la suite

Note de lecture : « Salon de beauté » (Mario Bellatin)

Explorer le salon de beauté – aquarium – mouroir d’un étonnant travesti. x Publié en 1994, le quatrième roman du Péruvien vivant au Mexique Mario Bellatin est probablement son plus célébré, ayant été, entre autres, finaliste du prix Médicis étranger chez nous, dans la traduction d’André Gabastou publiée en 2000 chez Stock. Christophe Lucquin en … Lire la suite

Note de lecture : « La plus limpide région » (Carlos Fuentes)

Tragique et drôle, l’une des plus impressionnantes coupes transversales et historiques d’une société, celle du Mexique des années 50 et celle d’un monde. x Publié en 1958, traduit en 1964 par Robert Marrast chez Gallimard, le premier roman du Mexicain Carlos Fuentes résonnait très rapidement comme un coup de tonnerre dans les lettres mexicaines, sud-américaines … Lire la suite

Note de lecture : « Terra Nostra » (Carlos Fuentes)

Immense roman : réinvention à portée universelle de la légende noire de l’Espagne. x RELECTURE Publié en 1975, traduit en 1979 par Céline Zins chez Gallimard, le huitième roman du Mexicain Carlos Fuentes, après les coups de tonnerre que furent « La plus limpide région » (1958), « La mort d’Artemio Cruz » (1962) et … Lire la suite

Note de lecture : « Le mitard » (José Revueltas)

La prison mexicaine, métaphore d’une société de victimes, de brutes et de mercenaires aveugles au réel. x Publiée en 1969, traduite en français en 1990 par Philippe Chéron dans la belle collection L’Heure furtive des éditions Complexe, cette nouvelle de soixante pages, presque un court roman, de José Revueltas, est l’un des textes les plus … Lire la suite