☀︎
archives

Littérature des Afriques

Ce tag est associé à 23 articles

Note de lecture : « Confessions d’une séancière » (Ketty Steward)

Yé krik. Lorsque se redit et se transforme le conte traditionnel martiniquais et que s’en actualise le sens. Yé krak. x « Comment aurais-je pu me douter que la plaisanterie me mènerait si loin ? – Mais ma petite demoiselle, tu le savais ! Au plus profond de toi. Les tabous n’ont jamais servi qu’à nous … Lire la suite

Note de lecture : « Zone 4 » (Éric Bohème)

Bars, boîtes et restaurants de la Zone 4 pour questionner Abidjan, le lien Europe-Afrique, et bien d’autres choses. x Je n’ai pas décidé tout de suite d’écrire ce journal. Cet exercice ne m’est pas familier, pas plus que l’écriture en soi, les ingénieurs en général préférant disserter sur les courbes de Gauss que sur leur … Lire la suite

Note de lecture : « Verre cassé » (Alain Mabanckou)

Inventer une nouvelle écriture, vivace et inventive, pour raconter les aventures d’une troupe d’éclopés d’un bar de Brazzaville. x Ancien instituteur alcoolique surnommé Verre cassé, le narrateur du cinquième roman d’Alain Mabanckou, publié en 2005 aux éditions du Seuil, passe tout son temps au «Crédit qui a voyagé», un bar crasseux de Brazzaville. Le patron … Lire la suite

Note de lecture : « L’écart » (Valentin-Yves Mudimbe)

Le chef d’œuvre romanesque de Mudimbe sur le déchirement identitaire de l’intellectuel africain « occidentalisé ». x Le troisième roman du Congolais (Zaïrois à l’époque) Valentin-Yves Mudimbe, paru en 1979 chez Présence Africaine, est sans doute son plus durement tragique. Tour de force construit autour de l’impossible quête identitaire du Congolais dit « évolué », tellement nourri de culture … Lire la suite

Note de lecture : « Monné, outrages et défis » (Ahmadou Kourouma)

L’humour corrosif de Kourouma pour ce roman de la colonisation française en Afrique. x Ce deuxième roman d’Ahmadou Kourouma, publié en 1990 après les 22 ans de silence ayant suivi le tonnerre du « Soleil des indépendances », se penchait à son tour sur la conquête et la colonisation française de l’Afrique de l’Ouest, à travers la … Lire la suite

Note de lecture : « La vie et demie » (Sony Labou Tansi)

L’inventivité langagière révolutionnaire et déjantée de Sony Labou Tansi, dès 1979. xxx Publié en 1979 au Seuil, le premier roman du Congolais Sony Labou Tansi, qui se révélera également un prolifique dramaturge, est souvent considéré, à raison, comme une étape-clé de la réinvention de la littérature africaine contemporaine, aux côtés du « Soleil des indépendances » d’Ahmadou … Lire la suite

Note de lecture : « La pièce d’or » (Ken Bugul)

Le conte de la pièce d’or, comme image ultime d’une reprise en leurs propres mains de leur destin par certains peuples africains face à leurs élites corrompues. xxx Publié en 2006 chez Ubu Editions, intercalé entre « Rue Félix-Faure » et « Mes hommes à moi », le septième roman de la Sénégalaise Ken Bugul était sans doute, à … Lire la suite

Note de lecture : « Le cavalier et son ombre » (Boubacar Boris Diop)

Fable mystérieuse, niveaux de récit mêlés, disant l’écrivain dans un monde en proie au chaos. Avec ce roman de 1997, le Sénégalais Boubacar Boris Diop, reconnu dès son premier roman « Le temps de Tamango » (1981), accédait à une tout autre dimension littéraire. Dans un pays africain non spécifié, qui peut être le Sénégal ou non, … Lire la suite

Note de lecture : « Dahij » (Felwine Sarr)

Très beau texte : choix et influences d’un homme qui cherche sa liberté. Intense et serein. xxx C’est grâce à la formidable Lina Husseini, animatrice infatigable de la librairie Athéna à Dakar (et désormais éditrice), que j’ai découvert ce premier texte, publié en 2009 chez l’Arpenteur, du Sénégalais Felwine Sarr. L’auteur est l’un de ces … Lire la suite

Note de lecture : « Solo d’un revenant » (Kossi Efoui)

Réconciliation après une guerre civile en Afrique : écriture précise, hilarante et riche en symboles. xxx Le dernier roman du Togolais Kossi Efoui, publié en 2008 et couronné par les prestigieux prix Tropiques et Ahmadou Kourouma, est une réussite d’écriture précise, hilarante et riche de symbolisme à la fois. Un pays fictif sort tout juste … Lire la suite