☀︎
archives

Littérature allemande

Ce tag est associé à 32 articles

Note de lecture : « Vertiges » (W.G. Sebald)

Les voyages et l’écriture pour ressusciter une réalité ensevelie, sur les traces de Stendhal et Kafka. x Publié en 1990, superbement traduit en 2001 par Patrick Charbonneau pour les éditions Actes Sud, «Vertiges», s’ouvre sur la «légendaire» traversée du Grand-Saint-Bernard vers l’Italie par les armées napoléoniennes en 1800, dans les rangs desquelles se trouve le … Lire la suite

Note de lecture : « Le Temps des immortelles » (Karsten Dümmel)

L’ancienne machine est-allemande à broyer les âmes, dans une spirale d’enfermement intérieur dont se dégage une étrange poésie. x La vieille aciérie était propriété du peuple à l’instar de la rue et du quartier. Seule la ville n’appartenait à personne – elle était déchirée, à l’image du pays et de ses habitants. Reposant encore dans … Lire la suite

Note de lecture : « Les anneaux de Saturne » (W.G. Sebald)

Voyage dans l’espace et le temps d’un chasseur de fantômes. x «Fin août 1992, comme les journées caniculaires approchaient de leur terme, je me mis en route pour un voyage à pied dans l’est de l’Angleterre, à travers le comté de Suffolk, espérant parvenir ainsi à me soustraire au vide qui grandissait en moi à … Lire la suite

Note de lecture : « Greenland » (Heinrich Steinfest)

Humour, finesse, aventure et émotion machiavéliquement associés dans ce roman parcourant (peut-être) les confins du fantastique, de l’horreur et de la science-fiction. x x Là où se trouvait la fenêtre, il n’y avait jamais eu de store. Pas de store, pas de rideau, pas de volet, rien de tout cela. Les parents n’en voulaient pas. … Lire la suite

Note de lecture : « Opium pour Ovide » (Yoko Tawada)

À Hambourg de nos jours, les Métamorphoses d’Ovide, en aliénations flagrantes et en libérations subtiles pour 22 femmes. x Léda entra dans la baignoire. La porte de la salle de bains était fermée. Léda avait les deux bras paralysés. Cela l’empêchait de se laver, mais elle refusait l’aide d’autrui. Elle ne voulait plus montrer son … Lire la suite

Note de lecture : « Le Dossier Robert » (Karsten Dümmel)

La chronique, en bribes difficilement reconstituées, d’une destruction physique et psychique dans la RDA des années 1950-1990. L’horreur impalpable et brillante. x En octobre de l’année 1949, dans la prison des femmes de Hoheneck / Stollberg, Martha F., condamnée à deux fois vingt-cinq ans de réclusion pour incitation au boycott, mit au monde un garçon … Lire la suite

Note de lecture : « Les émigrants » (W. G. Sebald)

L’exil inguérissable et le retour inéluctable des souvenirs. x Ce récit ponctué de photographies de l’auteur, publié en 1992, et traduit en 1999 par Patrick Charbonneau pour les éditions Actes Sud, juxtapose les biographies littéraires de quatre hommes hantés par des fantômes de souvenirs indéfinissables, indéfinissables sans doute car l’horreur ne peut être dite frontalement. … Lire la suite

Note de lecture : « Le silence » (Reinhard Jirgl)

Une histoire familiale pour dire un siècle allemand de catastrophes. Un roman=monumental, terrible & somptueux. x  «Août, encore un mois plein de chaleur à Berlin, en l’an 2003. Le pouls de l’après-midi ralentit, l’heure retient son souffle. Grillée depuis dessemaines desjoursédesnuits. Lesoleil – voilé, gris blanc son éclat, sans ombre é plombé. Le ciel un … Lire la suite

Note de lecture : « Le noyau blanc » (Christoph Hein)

La débâcle d’un intellectuel précaire, naïf et obsolète, au royaume de l’argent. x Enseignant à l’université de Leipzig, Rüdiger Stolzenburg s’approche de la soixantaine. Cet intellectuel précaire n’a obtenu à ce stade de sa carrière qu’un demi-poste de professeur dans un département aujourd’hui fragilisé par l’orientation de l’université vers un enseignement uniquement «rentable». Menacé de … Lire la suite

Note de lecture : « Toi » (Zoran Drvenkar)

Somptueux et original thriller polyphonique, tortueux cheminement des âmes mortes. x Publié en 2010, traduit en français en 2012 chez Sonatine par Corinna Gepner (dont le travail ici, après celui sur « Sorry », est à nouveau impressionnant de justesse et d’allant), le quatrième roman (hors littérature jeunesse) de l’Allemand Zoran Drvenkar parvient à nouveau à proposer … Lire la suite