☀︎
archives

Littérature afro-américaine

Ce tag est associé à 5 articles

Note de lecture : « Nickel boys » (Colson Whitehead)

L’horreur d’un racisme systémique américain, au cœur d’une école de réhabilitation en Floride et jusqu’en 2011, retravaillée au corps et à la rage froide par une rusée mise en fiction. x Le jour de la rentrée, les élèves de Lincoln High School recevaient leurs nouveaux manuels d’occasion récupérés auprès du lycée blanc de l’autre côté … Lire la suite

Note de lecture : « L’incivilité des fantômes » (Rivers Solomon)

Associer le motif du vaisseau générationnel et de l’esclavage afro-futuriste en une narration puissamment neuro-atypique, pour un résultat hautement décapant. x x Elle s’étonna que ces femmes, qui savaient bricoler des étoiles-en-pot, ne puissent fabriquer des réchauds à alcool. Tout tenait à la géographie du Matilda, se dit-elle. Certaines choses se savaient depuis deux générations … Lire la suite

Note de lecture : « En direct de la planète Minuit » (Nalo Hopkinson)

Une conférence, deux nouvelles et un entretien d’une voix canadienne et jamaïcaine en science-fiction et fantastique, magnifique d’intelligence et de lucidité, encore beaucoup trop rare en français. x Bonjour. Je voudrais remercier l’Association internationale du fantastique dans les arts pour évoir dédié, cette année, l’ICFA aux questions de race dans la littérature du fantastique, et … Lire la suite

Note de lecture : « Underground Railroad » (Colson Whitehead)

Prendre la métaphore abolitionniste au pied de la lettre, tordre doucement ou violemment l’Histoire, et débusquer les composantes du sort afro-américain. x Les frères Randall. Depuis qu’il était tout petit, il suffisait pour apaiser James d’une friandise en provenance de la cuisine d’Alice, la pomme à la cannelle qui coupait court à toute crise ou … Lire la suite

Note de lecture : « Contrenarrations » (John Keene)

Nouvelles et novellas folles et rusées pour baliser la condition de l’Afro-Américain à travers les siècles. x C’est plus rapide, t’a une fois prévenu quelqu’un, quand on se laisse aller. Ici, dans la salle à manger étouffante, tu ne reconnais personne, pas une seule. Ta mère a soupé à son heure habituelle et est déjà … Lire la suite