☀︎
archives

Liberté

Ce tag est associé à 17 articles

Note de lecture : « Béante » (Marie-Andrée Gill)

Nous sommes exotisme nous sommes millénaire : s’arracher en poésie aux injonctions identitaires pour pouvoir exister x allez rentre à pas d’heure ne compte plus les chandelles du désastre j’assiste les stratégies dérives sans rien faire la magie n’existe pas pour les égarés Sept ans avant « Chauffer le dehors », trois ans avant « Frayer », « Béante » fut … Lire la suite

Note de lecture : « Lykaia » (DOA)

Dans l’enfer vide – et se voulant pourtant habité – du désir extrême et contraint, et de son illusoire transgression. Impressionnant. x De ces lieux dont on ne revient plus, ces dédales où les corps et leurs âmes, libres, s’égarent avec volupté. Elle en rêve, la Fille aux cheveux écarlates, tandis qu’elle tressaute vers l’abîme, … Lire la suite

Note de lecture : « Un souvenir de Loti » (Philippe Curval)

Utiliser la matrice du space opera pour confronter Épicure et l’amour fou à la mort et à la fin. x Maintenant on nous a laissés seuls, tandis que les ordres de la nige s’exécutent. Je tends l’oreille, accroupi sur mon cube d’espace, au milieu de la blancheur de ce tapis de fourrure. Marjorie se glisse … Lire la suite

Note de lecture : « En camping-car » (Ivan Jablonka)

Récit d’une époque libre et heureuse en camping-car. x Juifs polonais communistes immigrés en France dans les années 1930, les grands-parents d’Ivan Jablonka furent déportés et assassinés à Auschwitz, ce qu’il a raconté dans «Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus» (éditions du Seuil, 2012). Son père, né à Paris en 1940, a vécu … Lire la suite

Note de lecture : « Le droit à la paresse » (Paul Lafargue)

Éloge de la valeur paresse. x L’homme politique, journaliste et écrivain Paul Lafargue (1842-1911) rédigea cet essai qui le rendit célèbre, tandis qu’il était incarcéré à Paris pour propagande révolutionnaire, en réponse aux paroles de Thiers qui appelait l’homme à souffrir au travail et à ne pas jouir de la vie, et en réfutation du … Lire la suite

Note de lecture : « Un beau ténébreux » (Julien Gracq)

Extraire d’un absolu cliché romantique la rare essence surréaliste des témoins du Desdichado. x Publié en 1945 chez José Corti, le deuxième roman de Julien Gracq, à l’écriture interrompue par la guerre, capitalise bien entendu sur la magie diaphane et sur le succès d’estime rencontré sept ans plus tôt par « Au château d’Argol », et use … Lire la suite

Note de lecture : « Mourir et puis sauter sur son cheval » (David Bosc)

La trajectoire et la chute insensées d’une poète pour évoquer le désir et le refus absolu de se conformer. x À partir de la trace ténue d’un fait divers tragique et mystérieux, tirée d’un passage des carnets du poète surréaliste Georges Henein, le suicide en septembre 1945 à Londres de Sonia A., défenestrée après s’être dévêtue, «suicide ayant donné lieu, … Lire la suite

Note de lecture : « Par ailleurs (exils) » (Linda Lê)

«Toute littérature porte en elle l’exil, peu importe si l’écrivain a dû prendre le large à vingt ans ou s’il n’a jamais bougé de chez lui.» (Roberto Bolaño) x C’est en lisant le roman de Marie Redonnet, «La femme au colt 45», à paraître en janvier 2016 aux éditions Le Tripode, en résonance avec notre époque … Lire la suite

Note de lecture : « Anomalie des zones profondes du cerveau » (Laure Limongi)

Fascinant chant poétique tous azimuts, à la face personnelle, sociale, économique et politique des maladies invisibles. x À paraître le 26 août 2015 chez Grasset, ce nouveau roman de Laure Limongi réussit l’une de ces prouesses littéraires pas si fréquentes, dont pourtant bien des indices et précurseurs se dissimulaient dans les plis de cet objet … Lire la suite

Note de lecture : « Un matin de grand silence » (Eric Pessan)

Une bulle de mots enveloppée de silence. x Ce récit, paru en 2010 aux éditions du Chemin de fer et illustré par le peintre Marc Desgrandchamps, sonne effectivement comme «un matin de grand silence, comme recouvert comme par une épaisse couche de poussière.» Un jeune garçon se réveille un matin tardivement dans son appartement, ou pas un … Lire la suite