☀︎
archives

Langue réinventée

Ce tag est associé à 6 articles

Note de lecture : « Le silence » (Reinhard Jirgl)

Une histoire familiale pour dire un siècle allemand de catastrophes. Un roman=monumental, terrible & somptueux. x  «Août, encore un mois plein de chaleur à Berlin, en l’an 2003. Le pouls de l’après-midi ralentit, l’heure retient son souffle. Grillée depuis dessemaines desjoursédesnuits. Lesoleil – voilé, gris blanc son éclat, sans ombre é plombé. Le ciel un … Lire la suite

Note de lecture : « On n’est pas là pour disparaître » (Olivia Rosenthal)

Comment parler d’une maladie qui désoriente et engloutit la mémoire ? Olivia Rosenthal réinvente le langage pour parler d’Alzheimer. x Dans ce septième livre paru en 2007 aux éditions Verticales, Olivia Rosenthal réussit un tour de force, explorer, en emmenant son lecteur avec elle, la maladie d’Alzheimer, gouffre effrayant au-dessus duquel elle vient se pencher. x Olivia … Lire la suite

Note de lecture : « Ma mère musicienne est morte de maladie maligne à minuit mardi à mercredi au milieu du mois de mai mille977 au mouroir mémorial à Manhattan » (Louis Wolfson)

Refuser la langue maternelle, pour éluder jusqu’à la fin une relation impossible avec sa mère. x Ce livre, paru pour la première fois en 1984, soit sept ans après le décès de sa mère en 1977, qui a été revu par l’auteur en 2012 pour cette nouvelle publication par les éditions Attila démarre par une … Lire la suite

Note de lecture : « Renégat, roman du temps nerveux » (Reinhard Jirgl)

Deux hommes en quête d’un nouveau départ se croisent dans Berlin. Poésie insensée de la langue et effroi de l’histoire. x En l’an 2000, en cure de désintoxication dans une clinique de Hambourg, un journaliste dépressif – prétendant écrivain tombe amoureux de sa thérapeute, et quitte donc sa femme après douze ans de mariage. Tentant de devenir … Lire la suite

Note de lecture : « Ma fille folie » (Savina Dolores Massa)

L’obsession scandaleuse d’enfantement d’une marginale, qui bouscule un milieu fermé et conservateur. x Maddalenina vient d’avoir cinquante ans et elle vit seule. Ses proches, sa raison, et même son ombre, semblent l’avoir abandonnée depuis longtemps. Sa pension d’invalidité et les «nabrons» qu’elle brode et troque chez les commerçants du village sont ses seuls revenus. Tous … Lire la suite

Note de lecture : « L’effrayable » (Andréas Becker)

Inventer la véritable langue d’une société du viol ordinaire, en un texte extraordinaire. x Publié en août 2012 aux éditions de La Différence, le premier roman de l’Allemand Andréas Becker, vivant en France depuis 1991, fait certainement partie de ce petit ensemble de textes, relativement rares, majeurs, dans lesquels la langue, malaxée sans pitié, avec … Lire la suite